Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Zátopek

08/01/2018 3509 visiteurs 7.0/10 (1 note)

E mil Zátopek (1922 – 2000) est considéré à juste titre comme un des plus grands coureurs de fond de l’histoire de l’athlétisme. Son triplé inégalé (5000, 10000 mètres et marathon) réalisé au JO d’Helsinki en 1952 avait profondément marqué les esprits. Pour atteindre de tels résultats, il a développé tout au long de sa carrière de nombreuses techniques d’entraînement innovantes qui sont encore utilisées actuellement. Esprit libre dans un corps d’acier, il a aussi dû s’accommoder de la situation politique de son pays n’hésitant pas à tenir tête à un Parti Communiste tout puissant.

C’est à ce héros national que Jan Novák et Jaromir 99 se sont intéressés. Biographie appliquée au design soigné, Zátopek se concentre exclusivement sur la première moitié de l’existence du sportif. Sa naissance dans un monde d’avant la découverte de la pénicilline où la moindre infection pouvait se révéler fatale, le développement de sa passion – son obsession serait plus juste – pour la course à pied et les premières victoires. Cette plongée dans l’Europe Centrale de l'entre-deux-guerres se montre excellente. En quelques scènes bien choisies, le scénariste réussit à retranscrire l’atmosphère générale d’une époque tout en présentant un portrait convaincant d’un homme en devenir. La peur de la maladie, de l’échec, les efforts et les sacrifices nécessaires pour se surpasser ; ces éléments sont omniprésents et angoissants, alors que la ligne d’arrivée est à peine en vue.

Puis, hasard de la géopolitique, la mise sous tutelle du pays par l’URSS au sortir de la Deuxième Guerre mondiale vient changer la donne. Le sport devient raison d’Etat et les athlètes des moyens de propagande. Toujours à la poursuite du meilleur chrono, le Tchèque doit maintenant faire avec une machine gouvernementale peu encline à favoriser l’individualité. Heureusement, sa position de star médaillée lui donnera juste ce qu’il faut d’ascendant afin de concrétiser ses objectifs. Le côté humain n’est pas oublié pour autant. Par exemple, ses relations et son mariage avec Dana Zátopková sont remplis d’humour et d’espièglerie. Seul bémol, le choix de clôturer le roman à l’apogée de la carrière du coureur. Certes, la deuxième partie de sa vie sous le signe d'une déchéance imposée par le pouvoir était certainement moins palpitante à raconter. Cependant, celle-ci aurait offert un contre-champ intéressant à ce destin admirable.

Pour illustrer ces exploits, Jaromir 99 a intelligemment puisé son inspiration dans le creuset artistique tchèque : rendu façon xylogravure, un soupçon d’expressionnisme pour dépeindre la douleur, une bonne dose de réalisme socialiste quand le Rideau de Fer tombe, de nombreux emprunts aux affiches du mouvement olympique, etc. sont au programme. Parfaitement intégrées à la narration, ces influences donnent beaucoup de tenue et d’homogénéité à l’album. Mieux encore, le look vintage des silhouettes et la coupe impeccable de leurs habits apportent une ultime note élégante au récit de cette destinée marquée par le dépassement de soi.

Biopic riche en qualités et raconté avec un panache à la patine délicieuse, Zátopek devrait autant séduire les sportifs de bibliothèque que les amateurs de running extrême.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Zátopek

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 05/09/2020 à 20:59:39

    C'est vrai que j'ignorais tout de ce grand champion d'athlétisme tchécoslovaque spécialiste des courses de fond, du 5000 mètres au marathon. Il va acquérir 5 médailles olympiques entre les Jeux Olympiques de Londres en 1948 et ceux d'Helsinki en 1952. Plus encore, il va pulvériser à plusieurs reprises les records du monde.

    J'ai bien aimé cette biographie sur un athlète de talent dont j'ignorais à peu près tout. On verra qu'il est issu d'une famille pauvre et qu'il n'était pas du tout destiné à un tel exploit. Il y aura surtout les difficultés avec un tel régime communiste très autoritaire et oppressant auquel il va tenir tête. On a à chaque fois peur pour lui. Gagner les médailles lui sauvaient pratiquement la vie. Le récit s'arrête à l'année 1952. C'est un peu dommage car on sait qu'il va lui arriver des épreuves terribles par la suite.

    Sa vie privée sera également largement évoquée au travers de sa relation avec une autre championne lanceuse de javelots à savoir Dana qui était l'amour de sa vie. Certes, la course était pour lui une véritable religion. C'est un esprit sportif qui a aujourd'hui totalement disparu. Sa biographie permet de remettre certaines valeurs sportives à l'honneur.