Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

La geste des Chevaliers Dragons 25. La Guerre des ombres

14/12/2017 4916 visiteurs 5.0/10 (1 note)

L a matriarche l’a décrété : l’ennemi, c’est Amarelle, la responsable de la scission, et toutes celles qui l’ont rejointe dans sa trahison. Il a été décidé d’envoyer les Ombres pour manipuler, corrompre, intimider, assassiner et finalement détruire l’influence montante de cette nouvelle concurrence.

Ce vingt-cinquième opus – qui fait suite aux conséquences de la guerre des Sardes (cf. tomes 17, 18 et 20) – est dans la droite ligne du précédent. Point de dragon ou de « veill » mais des jeux de barbouzes et des complots politiques entre l’ordre des Chevaliers Dragons de Messara et celui d’Orient, le dissident ; en fait rien de vraiment trépidant ! Si aucune faute de goût n'est réellement à reprocher à Ange, il est cependant difficile de se passionner pour des événements qui se déroulent bien trop vite et des personnages qui ont juste le temps d’être esquissés. Le lecteur a presque l’impression de suivre un résumé de quelque chose de plus grand et plus complexe, avec les points et les acteurs à retenir. Le graphisme de Stefano Martino ne peut pas offrir plus de corps à cette histoire. Sa prestation classique est plutôt solide, dynamique et assez séduisante.

Un épisode anecdotique dans cette longue saga qui semble souffrir de son modèle organisé autour de successions de one-shots et de ses tentatives décousues de donner de la continuité entre certains albums.

Par O. Vrignon
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

La geste des Chevaliers Dragons
25. La Guerre des ombres

  • Currently 3.75/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (8 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    jojo74 Le 19/12/2017 à 22:05:20

    pas le pire et pas le meilleurs, le dessin de Martino est de bonne facture ! mais le scénario peu trépidant, cet épisode n'est pas indispensable à la série. je pense que deux albums par an c'est peu être trop maintenant.

    sam-le-gris Le 26/11/2017 à 16:08:22

    L'Ordre d'Occident a décidé d'en finir avec l'Ordre d'Orient une bonne fois pour toute. La matriarche charge donc ses Ombres de se débarrasser d'Amarelle, le chevalier félon à la tête de l'Ordre dissident. Les espionnes de l'ordre menées par Lou, véritable atout dans la main de la matriarche, suffiront-elles à mettre fin à la guerre. D'autant que Lou commence à douter.

    Le fil rouge de la Geste des Chevaliers Dragons s'épaissit d'album en album. Moins de sauts dans le temps, quasi plus d'anecdotes sur l'histoire de l'Ordre. La guerre des Sardes, le schisme entre Orient et Occident et leur conséquences sont au coeur des derniers tomes. On s'éloigne des dragons, du Veil (dommage) et des chevaliers en armures minimales (pas un mal en soi), pour des intrigues toujours très humaines mais plus politiques. Ici, l'intrigue avance à bon train (trop?) à coup de rebondissements (trop?) jusqu'à un final qui s'il n'est pas surprenant a le mérite d'être satisfaisant.