Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

R ien ne va plus pour Frédéric Delachaise. Issu de la petite noblesse, il s’apprête à épouser une femme qui convoite le titre de duchesse. À la mort de ses parents, il se découvre cependant ruiné. Fini le château familial, idem pour le bel appartement. Le héros n’a jamais rien fait et ne sait rien faire, sinon danser comme Fred Astaire. Acculé à la ruine, il décroche un emploi de gardien de musée à Beaubourg. Entre les mauvaises nouvelles de son notaire, le sale caractère de sa fiancée et les réprimandes de son patron, il se réfugie dans l’univers muséal. Il discute, au sens propre, avec les peintures, particulièrement avec un autoportrait de Lucian Freud, avant de s’autoproclamer œuvre. C’est assez pour devenir la coqueluche de tous les branchés de la capitale.

Avec Le syndrome de Stendhal, Aurélie Herrou signe son premier scénario. Elle explore la détresse d’un homme qui s’évade dans le rêve alors qu’il perd tous ses repères. Au départ, il résiste à ces formes d’expression artistique qui sont à des années-lumière du classicisme qui a jusqu’alors bercé sa vie. « Picasso, je veux bien, à la limite ! Mais là, je ne vois pas… Des œuvres ??? Ces plaques de béton incrustées de cailloux ? » Mais voilà que, petit à petit, il part à la rencontre d’un monde teinté d’onirisme et de folie où on emballe les objets (Christo), où on s’émerveille devant un phallus géant (Takashi Murakami) et où on expose des cochons peints (Wim Delvoye). Et du coup, il s’émancipe du microcosme étriqué où il a grandi. Cette extravagance et cette liberté seront sa rédemption. L’album, coédité par le Centre Pompidou présente par ailleurs une intéressante réflexion sur la création moderne. Les acteurs se questionnent sur ce qu’est l’Art, son avenir, son économie et sa signification.

Le dessin semi-caricatural de Sagar, lequel débute lui aussi dans le métier, se révèle tout autant convaincant. Avec un coup de pinceau qui rappelle celui de Christophe Blain et par moment celui de Daniel Casanave, il propose un trait nerveux qui se marie bien avec son exploration du milieu de la production contemporaine. Au fil des pages, il se mesure, avec assurance, à tous les styles. Il n’hésite d’ailleurs pas à pasticher les tableaux d’Edward Hopper, les sculptures d’Alberto Giacometti, les photographies de Man Ray, mais également la pratique d’artistes moins connus, par exemple Ben, qui en 2017 écrit, en très gros sur une toile, « Est-ce bien de l’Art ? ».

Une histoire touchante, originale, pleine de douceur et de fantaisie. Il serait étonnant qu’on ne réentende pas parler de ce duo de créateurs.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le syndrome de Stendhal

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.