Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Migrant

14/11/2017 2759 visiteurs 7.0/10 (1 note)

I ls le savaient pourtant : voyager en famille dans la même embarcation, cela porte malheur ! Il est minuit et depuis trois heures, Ebo et Kwame essayent de se rassurer, mais, au milieu de l'immensité salée, noire et froide, il est difficile de garder le moral. D’autant que, prévu pour six, le canot miteux à fâcheuse tendance à prendre l’eau du fait deses quatorze occupants. Mais chacun d’eux peut prétendre à une place pour une vie meilleure. D’un petit village du Niger à un centre de réfugiés en Italie, le parcours d’Ebo illustre celui de millions de migrants qui se lancent sans réellement mesurer les risques encourus, avec pour unique bagage, l’espoir au cœur.

Il fallait bien deux scénaristes pour un sujet aussi grave, à la portée universelle. Le lecteur averti connaît plus ou moins le contenu : une existence précaire, l'absence d'avenir, puis l'exploitation des candidats à l'exil, les successions de déboires et de déceptions. Cependant, Eoin Colfer (auteur de la série de romans Artemis Fowl) et Andrew Donkin contournent l'écueil de la trame classique aux péripéties attendues grâce à un procédé intelligent : mettre en parallèle la traversée de l’océan des deux adolescents et le périple dans le désert du cadet pour rejoindre l'ainé, parti dix-neuf mois auparavant. Le découpage alterne le gaufrier et les larges bandes qui s'ouvrent en pleines pages pour créer un effet dramatique. La personnalité solaire du petit héros et son don pour le chant empêche le récit de sombrer dans la caricature misérabiliste. Sa relation étroite avec son frère est émouvante et compose le point fort de l'histoire : la misère est moins lourde à porter quand elle est partagée, quant aux joies, elles sont multipliées.

Giovanni Rigano met son graphisme au niveau du jeune narrateur avec un style plutôt naïf qui permet également d'adoucir la dureté du propos. Les jolies couleurs participent au parallélisme des lieux en accentuant le contraste du bleu de la mer et le jaune du sable. Les illustrations tout public permettent un accès pour les plus précoces bédévores et leur faire prendre conscience des maux de ce monde.

Vous qui passez sans me voir, je suis un fait de société qui constitue un problème majeur et concerne un nombre de plus en plus important d'êtres humains. Cet ouvrage parle à travers moi et pour moi, Immigration. Si mes ravages rapportaient autant que des forages, je serais la priorité des dirigeants de tous bords.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Migrant

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 03/09/2020 à 18:54:38

    Que ferions-nous à leur place si on vivait dans un pays régit par une dictature, en proie à la guerre et si la température ambiante dépassait régulièrement les 35 degrés à l’ombre ? Les motivations légitimes de ces migrants sont de trouver une vie meilleure pour eux et leur famille dans le cadre d’un pays pacifique et prospère. Sans aller jusqu’au risque de persécution politique, il y a beaucoup de motivation économique parmi les candidats au franchissement de la Méditerranée.

    Cette œuvre montre les européens sous un bon jour avec une volonté de sauver des vies humaines en mer entre les côtes de la Libye et l’Italie. C’est surtout les passeurs qui sont décriés car ils n’ont aucune considération pour la vie humaine dans leur business de transport des migrants d’un point A vers un point B. Les pauvres migrants se retrouvent souvent au point C en pleine mer sur des bateaux pneumatiques pas équipés pour affronter une telle traversée de 500 kilomètres.

    A aucun moment, il n’est évoqué une quelconque hostilité de la part des pays européens. En effet, je ne crois pas que l’heure soit à l’accueil dans une société qui ne souhaite plus servir de déversoir. Il est vrai que certains militent pour que les riches monarchies du golfe prennent leur part d’humanité ou un peu de la misère du monde. Mais bon, en attendant, des êtres humains meurent par noyade ou dans le Sahara. Cette bd nous montre tout cela afin de nous sensibiliser alors qu’on ferme les yeux. J’avoue parfaitement les comprendre mais je ne peux pas par exemple les accueillir chez moi. C'est un problème qui nous dépasse.

    Dans l’absolu, les pays pauvres ne devraient pas exister. Le climat devrait être bénéfique partout. Les guerres devraient être interdites. Oui, tout cela dans le meilleur des mondes.