Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L 'arrivée d'une jeune stagiaire est prétexte à l'immersion dans le service peu connu des soins palliatifs de l'hôpital Victor Provo de Roubaix. À ses côtés, nous découvrons les infirmier(e)s, médecins et aides-soignant(e)s, qui ont généralement une raison toute personnelle de s'être engagé(e)s au sein de ce service qui prend en charge les patients en fin de vie. Au fil de la narration, nous faisons également connaissance avec des malades qui nécessitent avant tout un accompagnement humain et un traitement de la douleur allant de pair avec leur pathologie.

Avec ces séquences, Xavier Bétaucourt (Noir Métal) alterne des passages expliquant différentes traditions entourant la mort le deuil à travers le monde, ou encore des scènes retraçant l'histoire des soins palliatifs et des personnages-clés qui ont fait évoluer cette spécialité, tournée vers le soin et non plus la guérison. Les auteurs n'oublient pas pour autant de s'inscrire dans le territoire et sa situation défavorisée.

Côté graphisme, Olivier Perret propose un dessin tout en simplicité et en clarté, en noir et blanc et lavis gris, parfaitement indiqué dans ce récit grave et émouvant.

Cette bande dessinée permet d’appréhender le quotidien des praticiens, qui demande un fort investissement émotionnel, comme l'annonce la couverture symbole d'une grande compassion. Au final, si Quelques jours à vivre n'est pas la lecture idéale d'un dimanche pluvieux, elle constitue un bon moyen d'aborder un sujet difficile, voire encore tabou, de manière instructive et touchante, ainsi qu'un bel hommage à la profession.

Par T. Bisson
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Quelques jours à vivre

  • Currently 4.33/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (6 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 30/08/2020 à 14:55:59

    Il est vrai que le titre donne un peu la tonalité de ce documentaire sur les services spécialisés en soin palliatif. Il ne s’agit plus de guérir mais de soigner pour soulager la douleur avant l’heure fatidique. Ce genre de service a vu le jour dans le milieu des années 80 en France alors que cela existait depuis une bonne vingtaine d’années dans d’autres pays européens notamment au Royaume-Uni. Encore une fois, notre pays était un peu à la traîne souvent pour des raisons bassement financières.

    La question de l’euthanasie sera également abordée. On apprendra que seuls les pays du Benelux l’ont autorisé légalement. Il s'agit d’éviter l’agonie d’une personne et d'abréger au plus vite ses souffrances. Pour autant, car le débat est plus complexe qu’il n’y paraît, le personnel des soins palliatif n’est visiblement pas préparé pour cela car il poursuit une autre voie à savoir la gestion des souffrances physiques et psychiques.

    Cet ouvrage est une sorte de documentaire sur le travail du personnel soignant dans les services de soins palliatifs. Il met en valeur leur travail un peu particulier. Le contexte géographique est celui de la ville de Roubaix, l’une des plus pauvres de France avec un taux d’espérance de vie considérablement faible par rapport à la moyenne nationale.

    La lecture a été assez fluide ce qui permet une bonne compréhension. On voit des situations de tous les jours avec parfois beaucoup de peine mais parfois un peu d’humour. Il n’y a point de dramatisation à outrance. Il y a beaucoup d’humanité ce qui fait du bien. Tout sonne vraiment juste.

    Un mot sur le dessin. Le graphisme est doux avec des aquarelles de nuances de gris. On notera un trait assez fin.

    Je mets 4 étoiles à une œuvre qui le mérite bien. Il est vrai que nos sociétés prônent le culte de la jeunesse et qu’on préfère aisément éluder ces sujets peu réjouissants. Cependant, il faut également envisager sa mort ou celle d’un proche afin de mieux gérer cette phase car on y sera tous confrontés un jour ou l’autre.