Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Le réseau Mirabelle Opération Boomerang

06/11/2017 4193 visiteurs 5.0/10 (1 note)

A u plus fort de la Seconde Guerre Mondiale, Hitler doit se rendre à Lyon. Il est attendu fébrilement par Klaus Barbare, le maître de la Gestapo locale. Depuis Londres, De Gaulle et Churchill veulent profiter de cette occasion pour assassiner le Führer. Les Américains mettent à leur disposition un commando de quatre excités, tirant sur tout ce qui bouge. La logistique doit être assurée par le réseau de résistants dit Mirabelle. Mais ce dernier a été démantelé et se résume désormais à deux compagnons sympathiques et gaffeurs, Gaston Berthier et Henri Morel. La sérénité de Cruchon-sur-Cotivet va être mise à mal.

Cet album est sans prétention et doit être lu comme tel. Le but est de produire une histoire plaisante truffée de références, notamment à des films et acteurs ayant marqué les années 60 et 70. Les 12 salopards (1967) et la trilogie de La septième compagnie (1973 – 1977) forment ainsi l’ossature de l’album. Le dessinateur, Philippe Loirat, illustrateur polyvalent, nouveau venu dans le neuvième Art, caricature ainsi avec brio Lee Marvin, Charles Bronson, Jess Hahn et autres Jean Lefebvre. Par ailleurs, il montre une réelle aisance dans le cadrage, les visages ahuris, les plans larges et la colorisation.

Philippe Chanoinat, qui s’est notamment attelé à l’adaptation en bande dessinée de plusieurs classiques de la littérature, signe ici une jolie farce, assombrie épisodiquement par des moments plus lourds, qu’il emprunte à l’univers grinçant de Quentin Tarantino (l’interrogatoire du résistant Letellier évoquant la fameuse scène d'ouverture d’Inglorious Basterds). L’accumulation de cadavres est aussi un clin d’œil au célèbre réalisateur.

Avec de l’humour et de l’action, la lecture du Réseau Mirabelle, rapide et agréable, ne révolutionne rien et n’en a probablement pas l'ambition. Reste à voir si les frasques de Berthier et Morel trouveront leur public. Le jeu des allusions exclut les plus jeunes et il n’est pas certain que les sexagénaires, qui maîtrisent cet arrière-plan culturel, fréquentent assidûment ce style léger.

Par F.Houriez
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Le réseau Mirabelle
Opération Boomerang

  • Currently 2.88/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.9/5 (8 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    BudGuy Le 27/03/2021 à 13:59:05

    Le réseau Mirabelle est ce que l'on pourrait appeler une grosse farce référencée à l'extrême et remplie de bons mots.
    Le scénario est basique à l'extrême: "douze salopards" qui doivent tuer Hitler lors d'un séjour en France; cela va ainsi convoquer des clichés et des séquences d'action mettant en scène des acteurs français, anglais et américains d'anciennes générations, où la subtilité sera aux abonnés absentes !
    Le dessin des personnages est correct, ce qui n'est pas le cas des décors beaucoup trop simples et peu détaillés.
    Cela ne vole pas très haut mais se laisse lire sans déplaisir.