Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

C'est la jungle C'est la jungle !

12/10/2017 2492 visiteurs 9.5/10 (2 notes)

G énial créateur de MAD, précurseur de la BD underground et maître incontesté de l’humour parodique, Harvey Kurtzman (1924 – 1993) n’a pas joui de la reconnaissance publique que son immense contribution au Neuvième Art aurait dû lui procurer, il a néanmoins marqué son époque et son domaine d'expression. À défaut de séduire les foules, Robert Crumb, Art Spiegelman, Cavanna, Gotlib, Robert Shelton et même Terry Gilliam citent unanimement ce grand ami de René Goscinny comme une influence majeure. Au centre d’une œuvre éparpillée dans une myriade de magazines plus ou moins éphémères, trône C’est la jungle !, un étrange volume composé de quatre histoires distinctes. Publié originellement en 1959 sous la forme d’un livre de poche mal imprimé sur du papier de dernière catégorie, l’ouvrage fut un échec commercial, mais frappa les esprits. Kurtzman proposait de faire rire différemment en s’attaquant frontalement au rêve américain.

Deux parodies de séries télévisées entremêlés de racontars biographiques, avec ce sommaire dépareillé, C’est la jungle ! étonne dès le départ. Évidemment, une partie des références est peut-être devenue obscure pour le lecteur du XXIe siècle. En revanche, le rythme, l'intelligence de l'écriture et, surtout, les incessantes trouvailles scénaristiques et graphiques n’ont pas pris une seule ride.

Le polar Thélonius Violence est mené tambour battant grâce à des onomatopées jazzy frénétiques, tandis que Frénésie sur la prairie, un western, plonge dans l’absurde avec une inimaginable série de duels au coucher du soleil. Entre deux gags, ces fables démontent méticuleusement les stéréotypes des divertissements télévisés. De plus, l’auteur s'amuse à dénoncer, comme ça en passant, sans avoir l’air, le sexisme et le racisme consensuels communs aux USA à cette période. Derrière l’énormité des situations se cachent une multitude de dénonciations à peine voilées des tares de la société : la vraie nature de l’entreprise se situe dans la crème des tartes.

Changement de décors avec Le cadre supérieur au complet en flanelle grise, histoire pour laquelle le scénariste a puisé dans son expérience personnelle. Il y présente sans gants la face cachée des maisons d’édition. Il dépeint un monde violent où tout est permis pour le profit et où il ne vaut mieux pas être une femme. Ce récit pourrait dater d’aujourd’hui tant les observations résonnent avec les dernières actualités. Finalement, Décadence dégénérée (notez au passage l'ironie de ces titres tout en nuances) dresse un sombre portrait de la mentalité des habitants d’une petite ville du sud des États-Unis. Kurtzman, l’intellectuel new-yorkais, se rappelle ici son séjour au Texas dans les rangs de l’armée. Il n’a eu qu’à se baisser pour recueillir des anecdotes relatant la bêtise et la xénophobie ambiante. Le ton se fait plus noir, mais pas moins hilarant.

Signe d’une œuvre essentielle, outre son importance historique, ce véritable pamphlet a conservé, malgré les années, sa fraîcheur comme sa force d'évocation. Il y a eu un avant et un après Kurtzman, C’est la jungle ! en est la parfaite illustration.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
9.5

Informations sur l'album

C'est la jungle
C'est la jungle !

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.