Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Dark Museum 2. Le cri

12/10/2017 703 visiteurs 6.0/10 (1 note)

Q uelque chose s'est emparé de son subconscient. Depuis le décès de son père en 1890, Edvard perd pieds, vacille et plonge dans une folie de plus en plus profonde. Dans la clinique de Copenhague où il est interné, l'arrivée impromptue de Marie Marne, une amie de Paris, pourrait provoquer un sursaut de lucidité. Lorsque le professeur Jacobson ouvre la cellule lugubre, la vision est effrayante : le peintre s'est tailladé les veines et de son sang, a contouré une tête, des yeux vides et une bouche ovale, esquissant sa propre détresse, figée. Cette expression, l'artiste l'a reproduite auparavant, un motif récurrent et inquiétant qui vire à l'obsession. Pour tenter de comprendre les méandres de l'esprit malade, un médecin pratique une séance d'hypnose d'où s'échappent des propos sibyllins : un crabe, de la poussière écarlate... comment traduire et surtout, guérir cette fracture de personnalité ?

Voici le deuxième tome de Dark museum, la série qui propose une genèse teintée d'épouvante aux œuvres picturales célèbres. Après American gothic, le duo d'auteurs Alcante et Gihef optent pour une toile hautement inspirante pour ce thème, le «Cri», du norvégien Edvard Munch.

À partir d'un fait scientifique avéré et d'un mythe indonésien, les scénaristes tissent une intrigue qui, mis à part la chronologie arrangée, apparait relativement cohérente au regard de sa dimension fantastique. Le sentiment d'inquiétude est instillé dès le début et évolue progressivement vers la terreur, parallèlement aux délires de l'être possédé. Il n'y a pas de héros à proprement parlé, la personnalité bestiale et chaotique de l'expressionniste n'engageant pas à l'empathie, mais ce simple visage étrange, empreint de malaise et d'une fièvre mystique qui le rendrait presque vivant tellement il est expressif. Cette interprétation horrifique surprend par son originalité, passant du froid de la neige au bouillant d'un volcan en furie, du sérieux de la psychanalyse à l'exotisme des légendes guerrières.

L'ambiance angoissante exsude des pages par le biais du jeu d’ombres et de traits fins de Luc Brahy (Imago mundi, Insiders genesis). La densité de son encrage est contrebalancée par les couleurs de Delphine Rieur qui rappellent celles du tableau, notamment les contrastes des tons froids et chauds qui traduisent idéalement l'alternance d'apathie et d'éclats de violence. Les scènes visuellement marquantes bénéficient d'un découpage plus recherché, marquant la progression dans la tension du récit.

«Le soleil se couchait. Il baignait dans les flammes, plongeait sous l'horizon. C'était une épée de sang enflammée qui coupait en deux la concavité des cieux. Le ciel était ciel de sang, strié de lames de feu. Le bleu, pâle et terne, le jaune et le rouge taillaient le fjord. Le rouge sang explosait et éclaboussait le sentier de la rambarde», ainsi s'exprimait Munch lorsqu'il évoquait son ressenti par rapport à sa création. Ne vous bouchez pas les oreilles, ouvrez grand les yeux et découvrez la version convaincante de l'origine de cet illustre «Cri».

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Dark Museum
2. Le cri

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    kergan666 Le 02/10/2017 à 20:53:56

    j'avais bien aimé la première histoire racontée dans le tome 1 de cette série, mais, là, j'ai vraiment adoré cette vision des origines du "cri" de Munch et cet un euphémisme.
    je ne connaissais d'ailleurs de ce peintre que cette toile.
    une fois cet album dévoré je suis allé découvrir séance tenante les autres ouvres de l'artiste.
    entre autres, le tableau "cendres" d'dont il est question à la toute fin de l'histoire.
    bref, cet album n'est peut-être pas parfait mais il mérite sans problème de rejoindre les meilleurs de ma bibliothèque.
    à découvrir et à apprécier sans modération.