Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

G érard de Nerval n’est pas un sujet simple. Son père le voyait médecin, mais c’est la littérature qui gagne son cœur. Malgré un succès précoce, à l’âge de dix-neuf ans, avec sa traduction du Faust de Goethe, sa carrière ne démarrera jamais vraiment. Il fraye avec l’élite littéraire de son époque, mais témoins de ses hallucinations et de ses séjours en maison de repos, ses confrères finissent par prendre leurs distances. C’est la descente aux enfers ; par moments, celui qui est né Labrunie frôle l’indigence et vit dans des taudis. Le bougre aime les femmes, est régulièrement amoureux fou, mais la réciproque s’avère rare. Enfin, il souffre de priapisme et a une propension à l’autoérotisme, idéalement en s’asphyxiant avec sa cravate.

Après avoir dépeint les vies de Mary Shelley et d’Adelbert von Chamisso, David Vandermeulen raconte les déboires de celui qui a signé Voyage en Orient. Le récit à l’allure d’une farce, le petit bonhomme est maladroit et ridicule, mais plutôt sympathique. Bien que le ton soit badin, le biographe retrace avec application les errances de l’homme de Lettres. Pour établir le sérieux de l’entreprise, plusieurs pages sont du reste surmontées de citations tirées de ses œuvres ou de sa correspondance.

Le trait caricatural de Daniel Casanave est reconnaissable entre mille. Son coup de pinceau est nerveux, minimaliste, voire enfantin, mais toujours élégant. Ses illustrations sont par ailleurs diablement efficaces. L’artiste est en effet particulièrement doué pour caractériser les personnages et les lieux. Il va à l’essentiel pour qu’au premier regard le lecteur reconnaisse Vienne, Constantinople ou Bruxelles. Idem lorsqu’il pastiche La décapitation d’Holopherne d’Artemisia Gentileschi ou La balançoire de Jean-Honoré Fragonard. Les couleurs en aplat de Claire Champion ajoutent à la joliesse de l’ensemble ; cela dit, la toute dernière planche permet d’apprécier le dessin pour ce qu’il est, nu et sans fart, et il demeure très beau. Il existe d’ailleurs une version noir et blanc (à l’italienne) de ce livre.

L’album inclut un intéressant dossier, lequel met en perspective le travail du scénariste qui raconte la vie d'un prosateur sur lequel on ne sait finalement que bien peu de choses.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Nerval l'inconsolé

  • Currently 3.67/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.7/5 (6 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    MediathequeMonaco Le 03/08/2018 à 15:18:44

    Une biographie sur le poète, l’essayiste et journaliste, Gérard de Nerval qui nous présente aussi bien sa courte vie rocambolesque que son œuvre. C’est un réel plaisir de se plonger dans le Paris du début du siècle et de suivre cet écrivain « romanesque » dans les quartiers bohèmes. Les lignes narratives se croisent et nous ne savons plus très bien dans quel monde nous sommes : la vraie vie de Nerval ou bien sa folie.
    Nathalie - Médiathèque de Monaco