Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Sixtine 1. L'Or des Aztèques

22/09/2017 2497 visiteurs 8.0/10 (1 note)

S ixtine n'a jamais connu son papa, décédé alors qu'elle avait 5 ans ; elle vit avec sa maman. C'est d'ailleurs le jour où, épaulées par une amie de cette dernière, elles ont dispersé les cendres du défunt sur une plage que l'enfant s'est découverte une particularité... Celle d'être la seule à voir et à communiquer avec trois pirates fantômes plutôt rigolos ! Depuis ce jour, le Captain Archembeau et ses acolytes, Igor et Tranche-Trogne, veillent sur la fillette et lui prêtent une oreille attentive. Alors forcément, lorsqu'elle commence à se poser des questions sur son père, elle s'en ouvre à ses amis.

C'est en voyant un croquis de Cécile Brosseau représentant une petite fille accompagnée de pirates que Frédéric Maupomé a eu envie d'écrire une histoire avec une telle héroïne. Il a donc imaginé une adolescente d'aujourd'hui confrontée à des questions contemporaines et plongée dans un univers où le fantastique aurait une place prépondérante. Ainsi, en plus d'un récit d'aventures dans lequel des spectres de flibustiers côtoient des collégiens, il est question de l'absence du père et de monoparentalité, de mort et de deuil, de difficultés pécuniaires et d'huissier, de quête de ses origines aussi. Le tour de force du scénariste est d'aborder ces thèmes de façon naturelle ; ils font partie du quotidien sans que l'ensemble ne paraisse artificiel. Il faut dire qu'il brosse le portrait d'une adolescente débrouillarde, bien dans son jean et ses baskets, pour qui ne pas connaître sa leçon de géométrie ou ne pas être apprêtée comme les mannequins en une des magazines de mode n'a guère d'importance.

Sixtine a des défauts mais elle se moque du regard des autres. Elle est spontanée et surtout rêveuse, intrépide et courageuse, ce qui la rend immédiatement attachante. La galerie de personnages, qu'ils soient vivants ou plus vraiment, est particulièrement bien trouvée. Chacun est parfaitement caractérisé et s'insère dans la trame avec fluidité, notamment le trio de fantômes, plus proche des Pieds Nickelés que de Long John Silver. Grâce à eux, aux camarades de classe et aux adultes qui gravitent autour de la jeune fille, l'auteur parvient, tout au long du récit, à maintenir l'équilibre entre action, humour et sujets plus graves. Enfin, les dialogues concourent à la bonne impression d'ensemble, bien écrits, ils sonnent justes quelques soient les situations.

Sixtine a pris naissance sous le pinceau d'Aude Soleilhac (Le tour du monde en 80 jours). En soixante-seize planches, la jeune dessinatrice développe un univers riche empreint de modernité. Dans la continuité de ce qu'elle avait proposé avec Histoire de poireaux..., l'artiste opte pour un dessin dynamique, qui n'est pas sans rappeler le travail de Jérôme Jouvray (Lincoln) ou de Dawid (SuperS). Elle admet d'ailleurs s'être inspirée des techniques de travail de ce dernier pour réaliser ses planches, notamment dans l'utilisation des lavis avant une mise en couleurs via l'outil informatique. Cette colorisation, justement, souligne avec à-propos son trait lâché sans jamais le masquer et lui permet de donner à ses différentes séquences encore plus de vie. Un dessin vif donc, de belles couleurs, des cadrages variés et un découpage sobre qui assurent une lisibilité constante. Le tout est mis en valeur dans un album soigné, comme souvent avec les éditions de la Gouttière, pour un prix très raisonnable au regard de la pagination.

L'Or des Aztèques, est tout simplement emballant et lance superbement cette nouvelle série destinée à tous les publics. Vivement le mois d'août 2018 pour partir à l'abordage du deuxième tome de Sixtine !

Par M. Moubariki
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Sixtine
1. L'Or des Aztèques

  • Currently 4.75/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.8/5 (4 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Au Fil des Plumes Le 08/04/2018 à 10:48:47

    Sixtine voit des fantômes de pirates depuis la mort de son père. Sa mère va se faire saisir la maison donc elle décide d'aller voler l'or des aztèques dans le musée de sa ville.

    Cette BD a un savoureux goût d'aventure avec un fond de tendresse. Le scénario est bien rythmé, on ne s'ennuie pas. Je dirai même que la fin arrive un peu trop vite. Le dénouement laisse le lecteur en suspend et donne envie de découvrir au plus vite le tome 2.

    Dans cette BD, c'est également la question de l'identité qui est abordée. Beaucoup de choses sont tues sur le passé de notre héroïne Sixtine. Elle veut en connaître plus sur son père décédé mais sa mère n'est pas encore prête à parler. Entre frustration et rébellion, Sixtine décide de trouver elle même les réponses. Sixtine est donc une ado en souffrance mais qui fait courageusement face à ses démons. La relation mère- fille est touchante et très émouvante. On sent que ces deux personnages ont un lien fort.

    J'ai adoré l'esthétique de cette BD. Tout ce que j'attends d'une BD jeunesse se trouve dans ce livre. De belles couleurs, des dessins soignés et une belle identité graphique.

    Pour plus d'avis: http://aufildesplumesblog.wordpress.com