Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le sentier des reines 2. La Vallée du diable

18/09/2017 3416 visiteurs 8.0/10 (5 notes)

A près avoir traversé la France dans Le sentier des neiges, Florentin, le narrateur, Blanca, une vieille dame, la jolie Pauline et Arpin, un blessé de guerre, montent à bord d’un paquebot à destination de la Nouvelle-Calédonie. Dès leur arrivée, ils croisent James Jacques, un franco-australien, éleveur prospère qui demeure avec sa fille Marie. Le propriétaire terrien adopte le clan et l’aide à s’installer. Sur fond de tensions politiques dans un pays où règne une forme d’apartheid, les destins se lient et se délient. Tout est chaud : le climat, les tempéraments (l’esprit du bagnard n’est jamais bien loin), sans oublier les interactions entre les autochtones et les colons. Alors il ne faut pas s’étonner qu’éclatent les incendies.

Le scénario explore un univers méconnu, celui de la colonisation des terres australes par les Européens. Mais fondamentalement, en Afrique, en Amérique ou en Océanie, l’histoire se répète. Clivage, ségrégation plus ou moins officielle, mais aussi cohabitation tranquille et discrètes amours interraciales. En cela, les protagonistes constituent un microcosme au sein de ce monde. Au travers les aventures (et surtout les mésaventures) des membres des deux familles, s’affirme une organisation dans ce qu’elle a de meilleur et de pire. Bien que situé dans une région qui n’existe pas vraiment, le récit est pleinement ancré dans la réalité. En fin de volume, le commentaire d’Isabelle Merle, historienne au CNRS, propose d’ailleurs une intéressante mise en contexte qui confirme l’ancrage social et historique de la chronique.

Le dessin est exceptionnel. Le trait, très mince, ressemble à un crayonné particulièrement élaboré, tellement qu’il vivrait facilement seul, mais les couleurs composent pratiquement un niveau de lecture supplémentaire. Chaque planche a une dominante ; sans qu’il s’agisse d’une contrainte absolue, les scènes de violence tendent à être teintées de rouge, les séquences extérieures de jaune ou de vert, les intérieurs, qui donnent lieu à des discussions sombres, s’habillent de bruns foncés et de gris. L’artiste est conscient de la force de ses illustrations et il n’hésite pas à les laisser s’exprimer. À plusieurs reprises, des pages complètes sont présentées sans aucun dialogue, invitant ainsi le bédéphile à prendre le temps de décrypter les images. Les paysages sont magnifiques, tant les forêts luxuriantes que les déserts. Idem pour les moments d’agressivité présentés avec retenue, presque avec grâce. Le pinailleur pourrait reprocher le manque d’expressivité de certains visages, mais il n’aura vraiment rien d’autre à redire sur cet album.

Anthony Pastor se rend aux antipodes pour sonder les âmes des femmes, des hommes, des Occidentaux, des Aborigènes, des lâches et des purs. L’exercice est réussi avec brio.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Le sentier des reines
2. La Vallée du diable

  • Currently 4.57/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.6/5 (7 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Hellzed Le 14/10/2017 à 21:07:11

    Preuve du talent de Pastor, dès les premières pages le charme opère, on est immédiatement transporté dans cet archipel fraîchement colonisé du Pacifique qu'est la Nouvelle-Calédonie de 1920. Il y a un je-ne-sais-quoi de La Leçon de Piano de Campion dans la façon de dépeindre cette immersion de petits gens civilisés en pleine cambrousse inhospitalière, loin du bruit et de la fureur des villes industrielles d'alors mais aussi loin de la communauté et de la société qui leur ressemble (les villages de Savoie pour notre quatuor).
    Le malaise est prégnant, à travers le personnage de Pauline notamment, qui transmet à merveille cette incapacité de se sentir chez soi sur une terre volée, dans un monde qui n'est pas le notre. Alors que tout concorde à faire croire que cela pourrait être un petit bout de paradis , la plage de sable fin, la faune et la flore exotique, des autochtones sympathiques et corvéables, un style de vie simple mais confortable pour les colons (pensée émue du Coup de Torchon de Tavernier), ce microcosme va progressivement s'auto-détruire et transformer l'histoire en véritable tragédie.
    Le dessin -numérique qui n'en a pas l'air à base de hachures "Bic"- de Pastor sert avec virtuosité ce beau récit d'aventure historique, des cases sont sublimes (la poursuite sous la pluie, les paysages de forêts tropicales), les couleurs chatoyantes, l'atmosphère ilienne superbement retranscrite.

    Une belle lecture qui m'invite à me précipiter sur l'opus antérieur qui peut aussi se suffire à lui-même, Le Sentier des Reines.

    ALICECOOPER Le 21/09/2017 à 16:09:06

    Cet album respire la réalité d'une vie dans un monde qui n'est pas le mien mais qui pourrait être une réalité pour chacun de nous. Cet album m'a vraiment surpris. Un fait divers qui est beau, triste, réel, cruel, violent... Tout se déroule comme on l'attend pas. C'est la vie! Je reste un peu déçu du crayonnage qui s'estompe mais c'est très beau. Bravo aux auteurs et merci pour cette belle lecture.