Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Afterz

18/09/2017 2234 visiteurs 6.0/10 (1 note)

I ls sont jeunes, ils sont branchés en permanence et ils se cherchent… Heureusement pour eux, Charles Berbérian les a trouvés et il se propose de les décrypter avec malice. Leur habitat primaire (le canapé), leur faune associée (le félin chafouin, le canin affamé), leurs lieux de chasse (le spa bouillonnant, les discothèques à la mode) et les matins glauques, alors que l’heure du brunch arrive : bienvenue dans la jungle urbaine du XXIe siècle.

Recueil de strips parus dans la presse féminine, Afterz oscille entre étude « comico-sociologique » comme le faisait Claire Brétécher il y a quarante ans et le sarcasme façon Tranches de vie de Gérard Lauzier d’un peu après. En résumé, rien de très différent entre les années soixante-dix et 2017, à part les téléphones intelligents évidemment. L’évasive âme sœur, la peur de la solitude, l’énervante copine à qui tout réussi, le co-créateur du Petit Peintre boucle la boucle en refaisant le coup de la Lucie de Catel et Grisseaux (qui, pour rappel, s’étaient elles-mêmes inspirées de Monsieur Jean en imaginant leur héroïne).

Berbérian emploie à bon escient son talent pour l’humour pince-sans-rire dans cette mini-romance découpée en tranches. Les observations sont bien vues et le traitement juste assez féroce sans être méchant ou gratuit. Sur le fond, cette suite logique du Bonheur occidental et, dans une certaine manière, de Boboland se lit avec pas mal de jubilation, à défaut de vraiment étonner. La distribution est excellente, en partie grâce à des personnages secondaires – l’imbuvable surfeur-artiste Arvö Mariposa, par exemple – parfaitement croqués. Pour finir, la mise en couleurs, qui rappelle les travaux de Brecht Evens, est également très in. Celle-ci apporte une ultime couche de modernité à cette mise à jour de propos et d’interrogations universels.

Élégant et mordant, Afterz peine quand même à surprendre tant le sujet a déjà été abordé. Point positif, la réalisation soignée ainsi que les nombreux bons mots lui évitent de tomber dans la simple redite.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Afterz

  • Currently 3.25/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.3/5 (4 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.