Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Dérives 2. Dérives 2

07/09/2017 2736 visiteurs 8.0/10 (3 notes)

A yant clôturé Arq et Capricorne, deux séries majeures au long cours, Andreas avait envie de respirer un peu. Exit les longues sagas tentaculaires, bonjour les histoires courtes. Mieux encore, il a choisi de se concentrer exclusivement sur le dessin en demandant à d’autres – Mazan, Dieter, Jean-Luc Cornette, Hyuna, Achim Raven et Isabelle Cochet – de s’occuper des scénarios. Une récréation sous le signe du farniente ? C’est mal connaître le créateur de Rork. Dans Dérives tome 2 (le précédent volume date de 1991), il offre un véritable festival graphique de haute tenue. Même avec plus de cinquante albums à son actif, c’est comme si l'artiste n’avait rien montré. Attention les yeux et prenez-en de la graine.

Couleurs directes, crayons gras, N&B, avec ou sans encrage, etc. Avec autant de techniques différentes pour autant de thématiques variées et originales, l’ouvrage, un peu disparate au premier coup d’œil, se mue rapidement en une expérimentation visuelle saisissante. Sûr de son art malgré la diversité des manières, la patte du dessinateur est immédiatement reconnaissable. Quelque part aux confins du cosmos, à l’intérieur de l’âme d’un révolutionnaire, sur les plateaux de la télé-réalité ou dans une angoissante cour de ferme, Andreas se promène partout comme chez lui. De plus, même s’il n’oublie pas les recettes qui ont fait sa renommée (le découpage extrême des planches), il ose sortir de sa zone de confort avec des pages aux allures et aux tonalités nouvelles et percutantes (Maidstone signé de Dieter, en particulier). Le résultat est impressionnant de maîtrise et de justesse.

Pour ce qui est du contenu – il s’agit de raconter des histoires, ne l’oublions pas -, ces fables majoritairement sombres se montrent parfaitement à la hauteur de l’entreprise. Graves sans être complètement tragiques, celles-ci jouent sur les nuances et les métaphores pour se développer. Heureusement, au milieu de ces récits passablement torturés, L’ours, avec Jean-Luc Cornette, apporte un petit répit humoristique bienvenu et espiègle.

Feu d’artifice pictural, Dérives est une réussite démontrant une nouvelle fois toute l’étendue du talent d’un des maîtres actuels du Neuvième Art.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Dérives
2. Dérives 2

  • Currently 2.67/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.7/5 (3 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.