Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

A yant à peine la force d'espérer, mais encore moins celle de renoncer, une femme dévisage la foule qui la fixe sur les murs de l'hôtel Lutétia. Odette cherche la photo qui prouverait le retour de 38117, enfin, de Ferdinand. Un lâche, une balance ? C'est ce que les autres disent. Malgré cela, il est avant tout son frère. C'est sûr, il préférait faire profil bas, pêcher et jouer aux échecs, que de monter aux créneaux avec les autres. La grève, pour quoi faire ? Par les patrons au sommet ou les Schleus tout autour, les mineurs se feront toujours exploiter, dans le fond. Reste à savoir, du grisou ou de la guerre, qui est le moins pire...

Les récents Gueules rouges et Gueules noires abordaient le bassin minier dans le Nord. Ici, c'est dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale qu'il est abordé. Le récit est partagé en trois périodes très proches. Maximilien Le Roy (Faire le mur) développe donc un des premiers actes de résistance contre l'occupant allemand. Opprimés et exploités doublement (patronat, occupants) et surveillés par les collabos, les houilleurs naviguent tant bien que mal entre Charybde et Scylla. Le quotidien et le climat de suspicion permanents abominables, l'attente et les espoirs à la libération, ainsi que la préparation de la manifestation sont bien dépeints. Cependant, le lecteur doit être attentif car les va-et-vient entre les époques qui sont nombreux et parfois, seulement sur une ou deux planches, nuisent à la fluidité de l'histoire.

Changement de style pour le dessinateur Félix Brune (Les poilus d'Alaska) : beaucoup plus atypique, le traitement est ici tout en nuances de gris avec un lavis libre de contour. Le résultat est très esthétique et instaure une ambiance parfaitement adaptée à la situation grave et sombre. En contrepartie, la distinction des différents éléments et des personnages n'est pas des plus aisée.

Sans conteste, La révolte des terres évoque un sujet fort, illustré par un graphisme original. Mais la lecture est souvent laborieuse à cause du récit trop déstructuré. Cela reste un ouvrage offrant un éclairage mérité à des anonymes courageux.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

La révolte des terres

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    6350frederic Le 27/04/2018 à 18:59:08

    Je suis tres géné pour noter cette BD : l'histoire est superbement menée et nous maintient en haleine pendant les 100 pages avec une superbe fin à decouvrir mais le dessin en noir et blanc , tres stereotypé , pas de details , on a du mal à reconnaitre les personnages , donc à lire pour lescenrio