Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

C onçu par les laboratoires Marvel, Johnny Bing est un robot spécialisé dans l’empathie artificielle. Il peint, il s’intéresse aux gens et il désire ses maîtresses. On reconnaît d’ailleurs qu’il est un amant fantastique, mais sa condition d’humanoïde l’empêche de nouer des relations durables. En tant qu’automate doté de sentiments, il pourrait être précurseur du futur de l’humanité, d’autant plus que ses capacités intellectuelles sont largement supérieur à celles des H. Ses pulsions se révèlent cependant de plus en plus troubles. À l’autre bout du monde, Camille, elle aussi artiste, vit dans une capitale française dévastée à la suite d’un attentat à la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine en novembre 2085. Les deux se rencontreront, la Parisienne fera de lui l’avenir du monde, mais pas vraiment de la façon dont l’androïde l’imaginait.

Au départ, Luc Giard a produit des centaines de croquis, dessins et toiles s’apparentant à l’Art brut. La plupart de ces œuvres représentent des femmes, mais on voit également unne poignée d'hommes (dont Quinquin, un blondinet à houppette), quelques voitures et des fauteuils. De ces représentations se dégagent violence et brutalité. Réunies, elles ne forment pas vraiment une bande dessinée ; la plupart des vignettes sont autonomes, les personnages n’interfèrent pas dans les illustrations, il n’y a pas de phylactères, à peine quelques onomatopées.

Partant de ce matériau, Jean-Marie Apostolidès construit un récit apocalyptique. Il accompagne chacune des cases d’un court texte qui permet de lier l’ensemble, de donner un sens à un corpus fragmenté en lui superposant une narration. La contrainte était de taille, mais l’auteur s’en tire assez bien. Peut-être aurait-il pu trouver un meilleur prétexte pour amener le protagoniste dans l’Hexagone mais, dans le fond, là n’est pas vraiment l’enjeu de cet ouvrage expérimental.

Parfois, le roman graphique va complètement ailleurs. Il s’interroge et se remet en question. Quand c’est réussi, c’est jouissif.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Les robots aussi croient à l'amour fou

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.