Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

C laire, Wouki et Jules sont inséparables. Parce qu’ils s’aiment bien, mais également parce qu’ils ont tous les trois une passion pour les ovnis. Paraît-il que des soucoupes sont passées au-dessus de leur village ; ça les énerve car ils ne les ont pas vues. Le véritable émoi ne viendra cependant pas de l’espace. Ce sera plutôt la séduisante nouvelle prof de philo, Mme Arnault, qui perturbera les esprits. L’enseignante est mariée, mais sa douce moitié travaille comme pilote de l’air. La pauvre s’ennuie seule dans ce bourg à l’écart de tout. Et d’un coup, les garçons se découvrent un intérêt pour les penseurs. C’est écrit dans le ciel que tout cela finira mal.

Le récit d’Arnaud le Gouëfflec évoque les séries télévisées américaines : adolescents aux hormones bouillonnantes, amours contrariées, jalousie, sans oublier les parents qui ne comprennent jamais rien sinon qu’il faut absolument réussir son bac pour ne pas rater sa vie. Bref, rien de vraiment nouveau dans cette énième fable sur le passage à l’âge adulte. L’histoire, minimaliste et convenue, se cherche entre la science-fiction, le thriller et la bluette.

Le dessin de Laurent Richard s’avère davantage convaincant ; à la fois dépouillé (visages sommaires, décors rares) et inachevé (trait brut), il est loin d’être inintéressant. Sûr de lui, l’artiste n’hésite pas à passer directement du crayonné à la colorisation, sans encrer ses illustrations. La mise en couleur repose généralement sur de larges aplats ; chaque planche est ainsi dominée par une teinte (souvent dans des tons d’ocre ou de bleu), assurant de cette façon une belle unité dans la composition. Les vignettes sont très grandes (rarement plus de trois ou quatre par page); l’effet est intéressant, mais comme plusieurs sont muettes, le rythme de la lecture tend à s’accélérer. Ce roman graphique, pourtant dodu, se parcourt en une trentaine de minutes.

Un scénario mince, un coup de crayon épuré ; l’ensemble n’est pas désagréable, juste trop vide. Comme le cosmos d’ailleurs.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

La carte du ciel

  • Currently 2.33/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.3/5 (3 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.