Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

D ès sa parution en 1899, Au cœur des ténèbres de Joseph Conrad décontenança le lectorat. Cette longue nouvelle mettait en scène une Afrique trouble, peuplée des personnages, autant les Blancs que les Noirs, ambigus et peu recommandables. Brûlot anticolonialiste pour les uns, œuvre aux relents de racisme pour les autres, cette fine et étrange étude psychologique est devenue depuis un classique de la littérature anglo-saxonne. Le texte a également inspiré de nombreuses adaptations cinématographiques comme les célébrés Aguirre, la colère de Dieu de Werner Herzog ou Apocalyspe Now de Francis Ford Coppola. Xavier Coste et Olivier Cotte « s’attaquent » à leur tour au délicat travail de retranscription et de modernisation avec Le lendemain du monde.

Situé dans un futur proche alors qu’un virus informatique a rendu impossible l’utilisation de l’électricité, l’album rejoue la trajectoire fluviale de Charles Marlow renommé James Graham Keran à cette occasion. Celui-ci s’embarque à la recherche de la source supposée de la catastrophe qui paralyse la planète : Allan Trickster, le codeur à l’origine du programme criminel. La rumeur raconte que ce dernier vivrait dans une cité perdue au fin fond du Continent noir. Pour atteindre son but, l’ancien soldat, dont la mission est clairement d’éliminer cet individu et ses serveurs, va devoir traverser des territoires anarchiques, tenter de survivre au milieu de populations fanatisées et échapper à des agents concurrents.

Le scénario d’Olivier Cotte met les peurs engendrées par la généralisation des intelligences artificielles au centre du débat. L’humanité est-elle assez solide pour embrasser les progrès technologiques sans perdre son âme ? Et, d’ailleurs, en quoi l’humanité est « humaine » en fin de compte ? Entre mini-discussions éthiques et scènes chocs fantasmagoriques, le héros remonte un fleuve aux eaux poisseuses et méphitiques. L’atmosphère pesante du texte original est impeccablement reprise et la traversée n’offre que peu d’espoir à ses habitants. Même si les échanges philosophiques tournent parfois courts, l’ouvrage se montre à la hauteur de son sujet. Intelligemment construit et d’une grande cohésion, le récit en impose.

Pour rendre cette épopée implacable, Xavier Coste sort le grand jeu. Le trait acéré et réaliste passe à un expressionnisme inquiétant dès que la nuit tombe et glisse même dans l’abstraction quand l’esprit capitule, écrasé par des forces inconnues. Heureusement, le résultat reste d’une parfaite clarté. En effet, le dessinateur ne s’égare jamais dans des métaphores graphiques trop audacieuses. Les planches collent à la narration et, après le cauchemar, la navigation reprend, la barre fermement fixée vers sa destination. Les amateurs des travaux d’Enki Bilal (période Animal’z/La couleur de l’air) et de ceux de Mathieu Bablet (Shangri-La) devraient se retrouver dans ces pages.

Quête initiatique, fable spéculative et véritable thriller d’aventure en même temps, Le lendemain du monde est une réussite et n’a en rien à rougir face aux précédentes relectures du roman de Conrad.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le lendemain du monde

  • Currently 4.13/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (8 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.