Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

A près avoir visionné le documentaire And Along Came a Spider de la journaliste irano-canadienne Maziar Bahari, Mana Neyestani choisit d’adapter son reportage sur Saïd Hanaï, un humble maçon qui, en 2000 et 2001, a tué seize prostituées à Mashhad, une ville du nord reconnue pour son fondamentalisme religieux.

Le livre permet de découvrir un homme gentil, courtois, calme, posé… et qui n’a aucun remords. Il expose minutieusement comment et pourquoi il a commis ses crimes au nom d’Allah qui n’aime pas les filles de joie. Le champ de l’enquête s’élargit à son épouse, à son fils, à ses voisins et à ses connaissances qui sont tous très conciliants. Après tout, ce n’étaient que des putains. En les faisant disparaître, il libère la cité d’une engeance et il fait ce que le prophète attend de ses fidèles.

Le ton est sobre. Divisé en courts chapitres, le roman graphique alterne entre le protagoniste et ses proches. Professionnelle, la reporter interroge, écoute, relance parfois avec une sous-question, mais refuse le débat. En fait, il n’y a rien à dire lorsqu’un gamin se sert d’un coussin pour froidement démontrer de quelle façon son père se servait du tchador de ses cibles pour les étrangler au milieu du salon ; ni quand une femme assure que son mari est un bon époux, que sa perception n’a pas changé et qu’au terme de l’entrevue sa principale préoccupation est qu’aucune mèche de cheveux n’ait dépassé de son foulard. Un seul reproche peut être fait à ce récit : on ne sait pas ce qui est vrai et ce qui relève de l’imaginaire de l’auteur. Le propos étant grave, c’est un peu embêtant.

Le dessin en noir et blanc, fait de petites hachures, est saisissant de beauté. Il est passablement statique (un plan fixe peut se poursuivre sur plusieurs planches), sans que cela soit dérangeant. Bien au contraire même. Cette austérité incite le lecteur à s’attarder sur les détails : un sourire, un geste, un regard qui en révèlent plus que bien des mots. Vers la fin de l’album, une illustration est particulièrement saisissante ; une foule entièrement constituée de sosies du sociopathe déambule sereinement dans la rue. Une case et tout est dit.

Partant d’un fait divers judiciaire, le bédéiste parvient, avec une économie de paroles et d’images, à décrire une société. Un joli tour de force.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.7

Informations sur l'album

L'araignée de Mashhad

  • Currently 4.60/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.6/5 (5 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 25/08/2020 à 19:32:35

    Ce sont des titres comme celui-ci qui me font renouer avec le monde de la bande dessinée dans ce qu’elle possède de plus beau et de plus passionnant.

    En effet, j‘ai trouvé le sujet fort intéressant car peu connu du grand public. Il faut savoir que dans l’Iran des Ayatollah, il y a également des meurtriers en séries mais qui ont leurs propres spécificités. Bref, un sérial-killer religieux. Cependant, celui-ci se considère comme un très bon père de famille qui fait le ménage à la place de l’Etat chiite pour se débarrasser des immondes prostitués qui inondent le trottoir de leur venin charnel. A l’écouter, il devient véritable héros à la nation, adulé par les commerçants de la place, vénéré par son fils et par son épouse. J’avoue avoir été bluffé du début jusqu’à la fin où l’on apprend la terrible vérité qui dépasse l’entendement.

    Ce titre est mon coup de cœur du moment. Je m’aperçois qu’il n’y a pas que Marjane Satrapi comme auteur iranien et qu’il y en a un autre à savoir Mana Neyestani qui fait un véritable carton. Le dessin est beaucoup plus abouti sans compter le scénario qui est maîtrisé d’une main de maître. Cela me donne même envie de connaitre les autres œuvres de cet auteur qui est devenu un réfugié politique dans notre pays. On peut en comprendre aisément les causes en lisant par exemple l’araignée de Mashhad.

    Le récit sera très fort et parfois assez poignant. Mais inutile d’ajouter que cela sera sidérant pour un lecteur occidental qui parviendra dès lors à mieux comprendre comment un Etat religieux peut bousculer les comportements et les consciences. Cela fait très peur sur ce qui nous attend si on approuve les entreprises de nettoyage qu’elles soient ethniques ou morales.

    Note Dessin: 4/5 - Note Scénario: 4.5/5 - Note Globale: 4.25/5