Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

M ikaël, garde forestier, est le héros des bois dont il est le gardien. Les articles publiés dans L’Écho de la forêt noire, sont du reste éloquents : « La patte broyée dans le piège du Jogger : Boris le loup est soigné par Mikaël à l’Office de la forêt », « Ginette la hase sauvée de la noyade par Mikaël » ou encore « Un terrible incendie : Une fois de plus Mikaël sauve la forêt noire ». Dans cette civilisation paradisiaque, les bûcherons sont gentils et prévenants (même s’ils ont de sales gueules), les hommes discutent avec les bêtes et les oiseaux servent le café.

Tout n’est cependant pas rose pour le protecteur des lieux. Certains animaux jugent qu’il n’est pas vraiment des leurs et complotent pour l’éliminer. Puis, il y a ce braconnier qui a tué le roi Louis, un cervidé admiré par toute la ménagerie. Enfin, la sentinelle est hantée par ses démons. De nombreux drames ont ponctué la jeunesse du protagoniste. Ce dernier a été élevé par des fourmis après s’être égaré, abandonné par son mentor et souffert du tragique décès de sa bien-aimée. Il a oublié ces mésaventures, mais en a tout de même constamment des réminiscences. Il ne manque par ailleurs pas d’en retrouver les traces dans cette oasis de nature somme toute petite ; à peine vingt-cinq kilomètres carrés si l’on en croit le plan imprimé en début d’ouvrage.

Le récit de Fabien Grolleau est décoiffant. Sa fable écologique aux accents surréalistes va dans toutes les directions. Découpée en cinq actes, l’histoire scrute la vie du personnage principal, son enfance et ses tragédies dans ce microcosme quasi idyllique, bien qu’il soit bordé par une autoroute qui rappelle que la modernité n’est finalement pas très loin. La localisation exacte de l’endroit est indéfinie. Ce pourrait être les tropiques évoqués par les singes et les guépards, à moins qu’il ne s’agisse du Nord où vivent les ours et les sangliers qui gambadent dans cet ouvrage.

Cette contrée est une synthèse de tous les mondes inexplorés, tant physiques que psychiques. En s’y aventurant, le bédéphile pénètre dans l’univers tortueux du poète. Pour s’orienter dans cette luxuriance, il devra suivre le guide. L’accompagner dans la cité perdue, puis à la vieille cabane de Roberto, pagayer avec lui sur la Koutoukmak et rencontrer les peuples troglodytes.

Le propos est merveilleusement servi par un dessin à l’encre et au lavis. Les illustrations sont foisonnantes, vacillantes et presque à l’état sauvage. Souvent, elles prennent la forme de croquis réalisés dans l’urgence. De l’ensemble se dégage pourtant une solide harmonie. Les compositions sont réussies et l’artiste n’hésite pas à leur offrir des planches complètes, voire des doubles pages, parfois sans y insérer le moindre phylactère. Le lecteur est alors invité à apprécier en silence, comme il est de coutume de le faire face à un beau paysage.

Une bien agréable balade dans un monde chimérique.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Mikaël, ou le mythe de l'homme des bois

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    stefan Le 23/05/2017 à 12:24:09

    J'ai toujours aimé les balades en forêts. Cette impression de paix, de sécurité et de menace, de mystère, d'aventure, d'être dans un immense château végétal. Je ne suis pas le seul. Nombreuses sont les fictions où elles jouent un rôle central.

    Mikaël, est garde forestier, il est le gardien de la forêt noire, cette forêt c'est un peu toutes les forêts, réelles ou imaginaires, celles de Blanche neige, de Totoro, de Mononoke, des castors junior, de Peter Pan, de David Crocket, de Bilbo le hobbit, de Frodon et Gandalf, de Twin Peaks... celles que vous avez lues, celles que vous avez vues, celles que vous avez vécues, elles se rejoignent toutes en une seule grande forêt et Fabien Grolleau, amoureux de la nature a chargé Mikaël de nous la faire visiter. De nous faire découvrir ses arbres majestueux sa faune composée d'animaux réels et imaginaires, amicaux ou dangereux, imposants ou minuscules, ses cours d'eaux et ses galeries souterraines, bref tous ses secrets.

    Mikaël est un personnage qui suit Fabien depuis quelques temps, depuis 2007, exactement, d'abord sous forme d'une expérience de Bande dessinée en ligne, que vous pouvez découvrir ici :  foretdemikael.free.fr, il arrive maintenant sous la forme d'un album de 254 pages, et quel album !

    Non content de créer une mythologie, un univers magique et forestier contenant une infinité de sentiers menant chacun tout droit vers une infinité de mystères, en plus de nous raconter une histoire d'amour perdu, tout en nous peignant une galerie de personnages secondaires attachants, bûcherons pieds nickelés, braconnier repenti, diva mystique, et gourou disparu, sans oublier de créer une Némésis, un vrai salaud lié au héros par un secret tragique, et bien sûr, en n'oubliant pas de mettre en avant la dimension écologique de son histoire, Fabien nous y raconte, avant tout, un vrai et beau héros d'aventure, un Dean Martin, un Corto Maltese, un Indiana Jones.

    Avec sa plume et ses lavis, Fabien donne vie à cet univers foisonnant de contrastes et de clairs obscurs pour une promenade en forêt qu'on aimerait voir durer encore de nombreux albums.