Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Médicis 2. Laurent le Magnifique - De père en fils

22/05/2017 2572 visiteurs 6.0/10 (1 note)

A près Cosme, le grand-père, qui a donné le pouvoir aux Médicis, Pierre, le père, qui s’est révélé être un grand diplomate malgré un règne de seulement cinq ans, c'est au tour de Laurent de prendre la direction des affaires à vingt ans à peine. Malgré une puissance financière en déclin, il compte bien faire savoir à l’Italie tout entière, et en particulier au Pape qui lorgne sur la Toscane, qu’il est le seigneur de Florence. Loin de la discrétion de ses aïeux, le jeune homme entend s’imposer par la force.

Après une ouverture réussie, ce second chapitre de la saga des Médicis s’avère tout aussi intéressant. Pour conter une vie aussi riche en événements, Olivier Péru est bien entendu contraint de faire des choix. Il focalise son récit sur la première moitié du règne de Laurent le Magnifique, période des plus mouvementées qui faillit mal se terminer pour lui. L’approche frontale de la politique par ce descendant de banquiers lui confère des ennemis puissants bien décidés à jeter à terre cette famille de parvenus. Le scénariste s’inscrit dans la grande histoire pour composer la sienne, esquissant un portrait réaliste d’un homme capable d’utiliser la violence pour arriver à ses fins tout en faisant preuve d’un habile sens tactique.

Si la narration est solide et efficace, le dessin d’Eduard Torrents n’est pas en reste. Toutefois, son style est plus sec que celui de Giovanni Lorusso (qui œuvre sur le tome 1) et peine à dégager la chaleur propice à une pleine immersion. La faute à quelques approximations sur les visages et les silhouettes et, surtout, à des décors beaucoup moins évocateurs. Le dessinateur n’est également pas avantagé par une colorisation qui manque de lumière et d’éclat.

En dépit de cette réserve, il n’en demeure pas moins que cette vulgarisation de l’histoire de cette dynastie qui aura tant marqué son époque se poursuit de manière agréable, mixant habilement divertissement et connaissances.

Par O. Vrignon
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Médicis
2. Laurent le Magnifique - De père en fils

  • Currently 4.08/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (13 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    paillasse71 Le 28/08/2017 à 11:17:48

    Après Cosme l'ancien, Peru et Torrents se penche sur la vie du jeune et ambitieux Laurent, le petit-fils de Cosme. Moins d'humanisme et plus de scènes de combat pour ce tome 2. Toujours aussi beau graphiquement, le deuxième tome est un plaisir de lecture. A suivre, on en redemande.

    gazouz Le 22/07/2017 à 01:24:47

    Le scénario est, je pense, bien documenté. On découvre un Laurent encore plus Belliqueux et Ambitieux que Magnifique.

    Le dessin m'a gêné, je le trouve beaucoup trop moyen et terne par rapport à la beauté des représentations des artistes de cette époque.

    Un agréable moment de lecture ... mais le sujet méritait mieux