Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Katanga 1. Diamants

07/04/2017 13263 visiteurs 7.4/10 (10 notes)

1960. Le Congo accède à l’indépendance. Quelques mois plus tard, le nouvel Eldorado qu’est le Katanga fait sécession. Commence alors une période de troubles et d’exactions en tous genres…

Après avoir clôturé le cultissime Il était un fois en France, le retour du tandem Nury/Vallée était attendu avec une once de curiosité. Exit la Seconde Guerre mondiale et la vieille Europe, le duo a jeté son dévolu en terre africaine en un temps où le continent noir s’émancipe de la tutelle coloniale et cherche à assumer, seul, son destin. Mais toutes les richesses que recèle son sous-sol attisent la convoitise d’aventuriers et d’industriels peu scrupuleux prêts à mettre le pays à feu et à sang pour s’enrichir.

Après une introduction tout en panoramiques qui est à elle seule un petit bijou de concision et d’ellipses, Fabien Nury plonge le lecteur dans l’horreur d’un conflit fratricide où la machette sert de juge de paix. En quelques pages, le contexte est posé dans toute sa complexité, la galerie typée des protagonistes est mise en place et le chassé-croisé d’arrivistes, de mercenaires et de politiciens véreux de tout bord peut dès lors commencer ! Au fur et à mesure que le fil de son histoire s’étire, Diamants résonne des barbouzeries de la Françafrique ou des derniers massacres en date. Et même si le cruel l’emporte sur le sordide, la violence affichée n’est pas gratuite et concoure à la puissance d’un thriller politique dont il sera difficile de s’extraire tant les planches de Sylvain Vallée sont - par leur composition et leur puissance d'évocation - d’une efficacité redoutable

Katanga est un nouvel exemple du talent conjugué de ces deux auteurs qui n’ont plus rien à démontrer, mais qui s’attachent à nous gratifier d’un triptyque qui s’annonce déjà comme un modèle du genre.

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
7.4

Informations sur l'album

Katanga
1. Diamants

  • Currently 4.55/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.6/5 (149 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Random- Le 18/04/2019 à 15:28:29

    Ce 1er tome est clairement une mise en place... d'abord une introduction geographico-politique un peu longue à mon goût, suivie de la classique mais toujours efficace constitution de l'équipe de choc. Puis, place à beaucoup d'action, de violence, et de jeux de pouvoir. La suite s'annonce palpitante...

    kingtoof Le 02/04/2019 à 22:56:46

    Et à la fin c'est toujours les méchants qui gagnent...
    Excellente série en 3 tomes : à découvrir absolument !
    Le meilleur exemple est le nombre d'avis déposés sur ce site concernant ce triptyque.

    voltaire Le 17/02/2019 à 18:17:51

    Nous sommes en 1960, le Congo vient d’accéder à l’indépendance mais sa plus riche province, le Katanga, poussée par des compagnies occidentales fait sécession. Pour l’OUA (Organisation de l’Unité Africaine) et l’ONU pas question d’ouvrir un boite de pandore qui contaminerait tout le continent (Kamerun, Biafra, Erythrée, etc.). Le régime katangais est donc illégal au regard de la communauté internationale. Du coup le gouvernement sécessionniste recrute avec l’argent des compagnies occidentales des mercenaires qu’on surnommera bien vite les affreux.
    C’est le début d’un épisode sanglant pour lequel les magazines anglo-saxons titreront « The Darkest Africa » et qui d’une certaine manière se prolonge encore aujourd’hui.
    C’est ce contexte qu’a choisi Nury pour nous raconter une formidable histoire avec un clin d’œil au film « Le dernier train du Katanga » (l’épisode du coffre qui s’ouvre à une heure précise et bien sûr les diamants).
    C’est aussi superbe que sordide, l’homme dans son côté le plus sombre et le plus sauvage ... mais malheureusement tellement vrai.
    Le dessin de Sylvain Vallée, à la limite de la caricature, sert de contrepoint magnifique à la noirceur du récit. Les couleurs de Jean Bastide sont à l’unisson.

    historybd Le 03/02/2019 à 11:41:19

    Brillantissime ! Quelle classe, quel talent ! Fabien Nury est incroyable, Sylvain Vallée idem au dessin. Rien à redire, du très gros niveau. Chapeau bas Messieurs.

    pierren25 Le 14/01/2019 à 19:39:59

    Excellent premier tome signé par le tandem Nury-Vallée. Le dessin est très bon mais ce qui est excellent, c'est qu'il n'y a aucun partis pris ni pour les mercenaires ni pour les fonctionnaires et politiciens corrompus

    minot Le 15/04/2018 à 20:20:15

    Afrique noire, dans les années 60. Des diamants, cachés quelque part dans la nature, à récupérer. Et tout un tas de salauds en concurrence pour empocher le butin.

    Le scénario très accrocheur et le dessin irréprochable (en particulier les cadrages, quasi-cinématographiques) rendent cette BD très attrayante. Ajoutez-y une atmosphère nauséabonde et tout un tas de personnages répugnants (mercenaires sans scrupule, hauts-fonctionnaires corrompus, ethnies africaines aux moeurs barbares ...), et vous obtenez une BD d'aventure très efficace. Très très bon !

    Shaddam4 Le 22/02/2018 à 11:39:18

    L’indépendance du Congo en 1960 attise les convoitises sur les matières premières d’un territoire encore mal contrôlé par un régime hautement corrompu. La Francafrique se mets en place à l’aide de conseiller de l’ombre et de barbouzes cherchant de l’activité après la fin des guerres coloniales. L’histoire ne sent pas bon et les hommes sont cupides. Bienvenue dans la réalité de la Francafrique…

    Le duo d’il était une fois en France se reforme pour une série très ressemblante dans son traitement historico-realiste mais transposé dans la francafrique. Ce que j’aime chez Fabien Nury, comme chez Lupano, c’est que tout en restant dans de la vraie BD plaisir ils gardent toujours une part politique, polémique, grise.

    J’avais lu avec réticence Il était une fois en France dont le thème ne m’attirait pas, avec des dessins que je trouvais assez grossiers… Et à la lecture j’avais été conquis par le talent d’écriture du scénariste et par une certaine expressivité des visages du dessinateur. Il en est de même ici. On part dans une BD d’aventure politique au sein des sales opération politico-economiques, à base de barbouseries les plus noires. Les héros sont de gros réac venus en Afrique pour buter du nègre et se remplir les poches… Pas vraiment de gentils chez Nury, mais comme il se place dans de la BD d’aventure cela n’est pas déprimant comme peuvent l’être certaines BD documentaires. La vision des africains pourrait même friser le racisme… si les blancs n’étaient pas tout aussi monstrueux.

    La part graphique est étonnante, avec le trait presque cartoon ou BD jeunesse de Vallée qui s’avère (une fois qu’on s’y est habitué) très précis, lisible et particulièrement bien découpé. Si la version N&B de l’album permet d’apprécier les encrages du dessinateur, ce sont surtout les extraordinaires couleurs de Jean Bastide (pour moi le meilleur coloriste actuel) qui rehaussent ces dessins de façon impressionnante. Nous avons ici une vraie BD à trois mains où du scénariste au coloriste chacun participe à une partition graphique d’assez haut niveau.

    Malgré son traitement vraiment sans détours et totalement pessimiste, Katanga réussit le pari d’allier l’action, l’exploration historique et la dénonciation d’une époque au sein d’un album de BD très grand public. Une réussite qui donnent envie de lire la suite.
    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2018/02/22/diamants/

    Franckchen Le 12/02/2018 à 10:04:36

    Le scénario approche une partie de l'histoire africaine peu raconté, dans la bédé ou en général. Le dessin appuie bien l'action et on sent qu'il n'y a pas vraiment de partie pris entre cet univers qui semble a priori séparer les blancs des noirs.

    En fait, seuls le pouvoir et l'argent dictent les actes des hommes quelques soient leur clan. Une réussite dans ce domaine. Ambiance inédite années 60 en Afrique inédite.

    Katanga est une très bonne bédé mais de là à crier au génie...

    pierre999 Le 28/12/2017 à 21:35:12

    A la personne qui n'aime que l'eau de rose :

    Le Katanga, j'y ai vécu ! Je l'ai quitté il y a un an et je peux assurer que le travail de Nury (le scénariste pour info !) est encore plus archi-doux que la réalité !
    On ne vit plus (a t-on déjà vécu ce genre d'époque) à l'ère des bisousnours !!!
    Pq ne pas présenter des réalités ? Cela vous fait mal à votre compte en banque ?? !!! Vous vivez des métaux dits "précieux" ?
    Vous avez tjs envie de vous payer votre dernier IPhone vendu à un prix pour débiles mentaux ???
    La BD, comme les romans SE DOIVENT aussi de nous présenter ce qui existe, et encore une fois, c'est encore plus loin de la réalité qu'on ne le pense...
    C'est ce qui a fait que je me suis "enfuis" du Katanga malgré un salaire "net d'impôts" (quel impôts ??) que vous ne pourriez espérer !!!
    Moi non plus je n'ai pas aimé "il était une fois en France", histoire réelle qui, bien avant la BD (ce que je reproche par ailleurs à cette BD...) avait été mise en scène avec Roger Hanin comme le "juif" de service. Et JAMAIS on n'avait "signalé" la chose... D'où mon propre boycotte aussi, même si les cotes BDM sont élevées.
    Mais ici, on parle de qlq chose que les journaleux (journaleux, parce que les vrais journalistes d'investigations n'existent presque plus, et que ceux qui existent encore, ne font pas échos de par leur rareté, triste époque que nous vivons où tout finira par péter, je plains nos gosses !!), je disais donc, que l'on parle de qlq chose qui est encore pire que dans la BD.
    Et si faire de la BD est pour vous n'est de ne faire que des images d'Epinal, et bien c'est que :
    soit vous êtes plein de frics et n'avez aucune empathie, soit que vous êtes aveugle (volontaire ??) des milliers, je dis bien des milliers de "crasses" qui se passent dans notre "beau" monde que l'on appelle "Terre"...
    Triste sire !
    Et pour bien me faire comprendre : j'aime aussi les BD amusantes (de qualité !!) et ne suis pas un pessimiste prêt à se flinguer !
    Don acte ! Et je reste poli !!

    Saint -Jean Le 27/12/2017 à 14:09:26

    Y a du rythme et du dessin et de l'histoire et j'ai aimé et je le conseille et c'est tout et j'aime pas le commentaires longs et prétentieux mais il faut 100 caractères.

    yannzeman Le 07/10/2017 à 16:18:31

    Les 12 salopards mercenaires.
    Encore une histoire avec des bêtes immondes, à la recherche du mauvais coup, dans une afrique de cauchemar, plus sordide q'un western sauce Pekimpah ou Tarantino.

    Les premières pages, d'une longueur infinie, donnent le ton du récit. C'est sordide, sans concession pour l'être humain, ça se veut ironique mais ça tombe à plat.

    Difficile de s'attacher aux personnages, ils sont tous puants. Même le personnage central, Lino Ventura du pauvre, n'inspire ni la confiance ni le respect.

    Il n'y a pas que des héros sur terre, mais il y en a quand même. Ce serait bien que les auteurs en parlent aussi. Les méchants ne servent qu'à mettre en valeur les gentils ; les méchants entre eux perdent totalement de leur saveur.

    La soeur de "charlie", par exemple ; impossible de croire à ses larmes de crocodile, elle peut mourir dans d'atroces souffrances que cela ne me fera rien. Son personnage est aussi détestable que les autres.

    Je ne comprend pas l'intérêt de s'attarder sur des salauds, comme dans "il était une fois en France", que j'ai abandonné au 1er tome.

    Le dessin de Sylvain Vallée sauve l'ensemble du naufrage, mais ce n'est pas suffisant. J'espère qu'il reviendra un jour à des projets plus ambitieux et plus nobles. Ce serait dommage de gâcher ainsi son talent.

    Docteur Jones86 Le 08/08/2017 à 02:24:28

    Une très bonne BD superbement dessiné et bien écrite. C'est très rythmé, les personnages sont travaillés avec soin et l'histoire est prenante sans être politiquement correct. Que ce soit dans le dessin ou dans le texte, c'est sans détour et c'est agréable. C'est pas forcément la claque que j'attendais mais j'ai passé un super moment à lire cet album!

    jphomehr16 Le 21/05/2017 à 18:10:33

    A lire absolument. Scénario remarquable et original. On attend la suite avec impatience. Le dessin est super. Quel suspense

    empavy Le 18/05/2017 à 22:02:39

    Excellent scénario de Nury et toujours bien accompagné de Vallée : le duo gagnant encore une fois. Très bonne BD. Impatient de voir la suite.

    meuillot Le 23/04/2017 à 16:35:47

    Tout commence avec l’histoire du fondateur du Katanga, un certain Msiri. Né en 1830, il devient vite un mercenaire après que son père l’eut chassé de ses terres, pour une tentative d’enlèvement d’une fille de son clan. Accompagné d’une armée de cinquante hommes, il quitte donc le territoire de Nyamwezi et part à la conquête de lieux inconnus vers l’Ouest. Fort de son armement rare à l’époque (ses guerriers étaient équipés de mousquets), Msiri se retrouve rapidement à la tête de plusieurs régions. C’est ainsi qu’il baptisa son royaume Katanga. Celui qui s’était constitué un harem de 1200 femmes instaura terreur et respect très longtemps. Il aura fallu l’arrivée du commandant Le Marinel, mandaté par le Roi belge Léopold II, pour que disparaisse le Katanga avec son monarque. C’était sans compter sur les moult procréations du mercenaire aux milles femmes…

    Cette riche introduction est fièrement narrée par Godefroid Munongo, Ministre de l’Intérieur du Katanga indépendant. Nous sommes en 1960, le Congo proclame son indépendance. Le Katanga présidé par Moïse Tshombé fait sécession. Cette riche province aux zones diamantifères veut garder le contrôle de ses territoires et se revendique comme Etat. La guerre entre le Congo et le Katanga est inévitable. Avec toute l’horreur que cela implique pour les civils. L’ONU fait intervenir ses Casques Bleus en tant que médiateurs. La puissante Union Minière du Haut-Katanga (UMHK), ne s’en satisfait pas et décide, par l’intermédiaire du Conseiller spécial du ministre nommé Orsini, d’embaucher des mercenaires pour protéger l’Etat du Katanga et leurs richesses minières.

    Orsini supervise le recrutement d’une bonne trentaine de soldats désœuvrés. La tête de ce commando spécial est confiée à Felix Cantor, un ancien officier dont le curriculum vitae parle pour lui. Entouré de têtes brûlées sans foi ni loi, idoines pour accomplir leur tâche, on s’apercevra au fil des pages que Cantor sera un personnage phare de ce triptyque. Cette équipe d’anciens criminels aura fort à faire puisqu’une mission subsidiaire lui sera imposée. Celle d’exfiltrer un domestique noir, qui s’est réfugié dans un camp de l’ONU. Charlie, de son prénom, accorde une importance toute particulière dans la mesure où il est en possession d’une belle poignée de diamants. Cette histoire parallèle ajoute une tension considérable à l’ambiance déjà peu respirable.

    Diamants, titre de ce Katanga est doté d’un dynamisme remarquable. Fabien Nury n’a plus rien à prouver si ce n’est de continuer à nous faire plaisir. Avec derrière lui des titres aux succès mérités (Il était une fois en France, Tyler Cross, Mort au Tsar), F. Nury démontre des qualités scénaristiques impressionnantes. Cette nouvelle série ne déroge pas à la règle. En mêlant réel et fiction, il donne le résultat d’un thriller politique palpitant. Et pour que l’illustration soit à la hauteur de l’intrigue, il s’associe une nouvelle fois à Sylvain Vallée. Par sa faculté à faire d’une caricature, un personnage quasi réaliste, le dessinateur nous abreuve de scènes, d’expressions plus vraies que nature.

    Au final, ce binôme qui nous avait déjà conquis avec Il était une fois en France, réédite leur parfaite entente. Il n’est ainsi pas risqué d’affirmer que ce premier volet de Katanga fait partie des meilleurs productions de l’année. Et il ne devrait vraisemblablement pas être le seul puisque la suite devrait paraître fin 2017. Pour notre plus grand plaisir.

    patchalbd Le 14/04/2017 à 11:21:54

    La perfection existe !!!
    Pas possible de faire mieux avec un scénario et un dessin de très haute qualité.
    Ce sont vraiment 70 planches de pur bonheur ... !!!

    Hublot Le 08/04/2017 à 08:21:25

    Formidable bd ! Voila bien un moment que je n'avais pas lu une bd au scénario et au dessins de cette qualité. Petit bémol, le choix du papier...cela mérite une édition bien superieur..

    mediatheque_lannion Le 07/04/2017 à 12:44:45

    Superbe BD !!! Pour moi la BD de l'année 2017, voire plus !!!

    Le début m'a fait penser au film "les 12 salopards" avec la sélection de l'équipe.

    On a l'impression qu'à un moment donné on va voir surgir Lino Ventura, Alain Delon ou même Bebel... un vrai film des années 1960 mis en BD... Si elle n'est pas adaptée au grand écran, je ne comprends plus rien...

    Sur l'aspect historique on se rend compte que le rôle des européens n'est pas glorieux (colonialisme...), que le capitalisme et le pouvoir sont encore une fois la source de tous les maux (toujours d'actualité en cette période électorale)

    Le seul petit reproche au niveau du dessin est que tous les africains sont représentés avec des grosses lèvres.

    Xav.F Le 29/03/2017 à 22:08:27

    Un duo de talent qui a déjà fait un carton avec "il était une fois en France", et les revoilà reparti pour le Katanga pour nous décrocher le titre du meilleur album de l'année 2017! Respect!

    Yovo Le 25/03/2017 à 21:28:13

    Le moins que l’on puisse dire c’est que cette nouvelle série démarre très fort.
    Fabien Nury offre avec «Katanga » une véritable démonstration de scenario. Un récit copieux au rythme haletant, à la narration habile et accrocheuse dans un contexte historique bien restitué…Bref, une redoutable mécanique parfaitement ordonnée qui augure d’une suite d’anthologie !
    En revanche - et c’est le seul bémol - c’est très violent et nombre de gros plans sanguinolents m’ont semblé gratuits voire superflus ; cela contribue à renforcer l’ambiance déjà un peu caricaturale créée par les visages de certains personnages.

    kingtoof Le 23/03/2017 à 21:08:19

    Superbe histoire de barbouzes qui relate l'épopée katangaise.
    Fabien Nury est un très grand scénariste et les dessins de Sylvain Vallée ont du style.
    On veut la suite...

    judoc Le 13/03/2017 à 20:34:34

    Une nouvelle prouesse de la part de ces deux auteurs que j'adore. Un scénario très prenant et terriblement bien ficelé, associé à d'excellents dessins qui nous offrent des personnages charismatiques, une histoire originale et un album tout à fait somptueux.

    Courrez dévaliser votre libraire !

    Dunyre Le 12/03/2017 à 18:34:54

    Étant professeur d'histoire je ne peux que saluer la performance d'équilibre entre le contexte historique, très bien représenté, et la nécessaire part de fiction qui apporte ce plus qui fait toute la différence.

    Tout est dans l'équilibre, et le duo Nury-Vallée nous assure encore un excellent album. Tout est très juste, précis et bien adapté à l'attente des lecteurs.

    kergan666 Le 10/03/2017 à 20:35:51

    tout dans cet album m'a plu.
    que ce soit les dessins, en particulier les visages et leurs expressions, que les couleurs parfaitement adaptées.
    quand au scénario rien à dire à part, bravo!
    une fois lancé dans la lecture il est très difficile de s'arrêter.
    une grande série commence.
    vivement la suite.

    Zorglubu Le 09/03/2017 à 17:02:23

    Et bien une très bonne série en perspective. Ce premier tome ouvre le bal avec intelligence en plantant le décor, les personnages et en lançant les hostilités. C'est parfait. Une grande différence, il est vrai, avec "Il était une fois en France": la dose de cynisme qui irradie l'ensemble.

    Les dessins sont bien sûr au niveau y compris la colorisation qui m'a beaucoup plu. C'est parfait.

    Presque trop. Tout est si méticuleusement emboîté que sa lecture me laisse craindre une forme de stéréotype notamment pour les personnages.

    PS : En réalité pas tant que ça et faut bien râler un peu. Je l'ai déjà prêtée à deux personnes en une semaine...

    kurdy1207 Le 08/03/2017 à 16:48:20

    A mon avis, cette BD est librement inspirée du roman de Wilbur Smith « Le dernier train du Katanga » écrit en 1965 et qui donna en 1968 un film avec l’acteur Rod Taylor.

    Mais je dois dire que cette BD est très largement au-dessus du roman (ce n’était pas encore la grande époque de l’écrivain) et du film.

    Donc, comme dans le film, une bande de mercenaires triée sur le volet part à la recherche de diamants. Ici le prétexte n’est pas de sauver des colons mais une prétendue alliance avec la région frontalière du Kasaï et, toujours comme dans le film, c’est un ex nazi qui va venir mettre la zizanie dans une opération qui semblait pourtant réglée comme du papier à musique.

    Les gueules des protagonistes sont des vraies gueules un peu comme dans ces films des années 50 et 60 avec Gabin, Ventura, Meurisse, Constantin, Aznavour et tant d’autres. Pas le temps de s’ennuyer et les 72 pages (merci messieurs) défilent à la vitesse grand V. Le dessin est tout simplement extra comme dans « Il était une fois en France » et le scénario, même s’il n’est pas totalement original, tient bien la route.

    De la bonne BD populaire comme je l’aime. Loin, très loin de la prise de tête et rien que pour le plaisir de l’aventure même si celle-ci a une part de monstruosité.

    Génial !

    Blackfrag Le 05/03/2017 à 20:08:08

    Une belle promesse que nous offre ces auteurs de talents! Une histoire bien réfléchi à 100 à l'heure ! des tronches de mercenaires aux personnalités tout droit sorti d'un film d' Audiard, la qualité du dessin de Vallée est toujours au rendez-vous et la couleur accentue ce plaisir de lecture ! on boude pas notre plaisir qui plus est, avec une pagination de 70 pages ou on s'en prends plein la tronche façon film d'action, j'ai aussi beaucoup aimé le découpage ainsi que les cases "courrier"
    Une collaboration des auteurs qui n'est plus à démontrer... Merci ,j'ai adoré ! vivement la suite :)

    herve26 Le 05/03/2017 à 16:53:34

    J'attendais cet album avec impatience. Jugez donc, la nouvelle série des auteurs de "Il était une fois en France".
    Il faut l'avouer cet album est une réussite totale. Tant au niveau du dessin (on y croise des trognes et des gueules dignes du cinéma américain ou français des années 50), que du scénario, qui est très cinématographique au demeurant.
    Les premières pages commentées en voix off sont en ce point remarquables. Le procédé est d’ailleurs souvent réutilisé sur ce premier volume, tout comme la reproduction de courriers. Tout concourt ou presque à nous faire croire que nous suivons une histoire véridique.
    La touche locale( corruption, massacre, colonialisme et trafic en tout genre ) est très bien mise en scène dans cet opus, qui met en place avec talent tous les ingrédients de cette nouvelle série.
    Même si le rôle des mercenaires occupe une place prépondérante ici, on sent que le dénommé Charlie va vite occuper le terrain dans les prochains volumes.
    Une aventure comme j’aime lire et, à l’image de « Il était une fois en France », que j’aime relire.
    Fabien Nury s’affirme là , de nouveau ,comme un scénariste hors pair. Quant au dessin de Sylvain Vallée, il ne souffre d’aucun défaut et les personnages qu’il nous présente ont tous une présence imposante.
    Une réussite.
    Vivement la suite.