Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

D ans la Louisiane des années 1930, une camaraderie débute entre Abe, un noir et Will, un blanc. Ce dernier est le fils d’un riche industriel, mais rencontre des difficultés à assimiler ce qu’on lui inculque à l’école. Un pacte improbable prend alors forme entre les deux enfants : Abe propose d’aider son ami dans ses devoirs, puis dans la gestion de son entreprise en échange de la garantie d’un travail. Si cette alliance coule de source pour les deux comparses, il en va autrement pour leurs familles respectives. Il ne sera pas facile de la faire durer dans une époque où la ségrégation fait rage.

Louis, auteur ayant déjà signé de nombreux albums aussi bien en tant que scénariste (Sept Clones, Ultime Etoile) qu’en qualité de dessinateur (Drones, Martin Bonheur), s’attaque ici aux notions de pression sociale et d’amitié. Avec une entrée en matière violente, l’artiste annonce directement la couleur du récit. Cette introduction-choc sera l’occasion de revenir au travers de flashbacks sur le développement de la relation improbable entre les deux garçons devenus adultes. Malgré des transitions quelque peu forcées, les différentes scènes sont parlantes et pleines de sensibilité. Seul regret : un manque de développement des personnages, quel que soit leur âge.

Malgré ses compétences aux pinceaux, Louis à cette fois-ci laissé la main à Lionel Marty (Le rêve de Jérusalem, Le Mausolée d’Halicarnasse). Avec un trait semi-réaliste, les différents acteurs prennent des dimensions quasi-caricaturales qui rendent immédiate la distinction entre les « mauvais » et les « bons ». Les décors se font toutefois rares, ce qui est d’autant dommage que le peu qui s‘y trouve est plutôt réussi. Autant le graphisme que les couleurs de Véra Daviet accompagnent le récit, alternant de manière fluide entre violence et tendresse.

Abordant un sujet difficile L’amour est une haine comme les autres traite avec tact ce thème malheureusement encore d’actualité.

Par S. Mougel
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

L'amour est une haine comme les autres

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (9 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    judoc Le 19/03/2017 à 08:53:42

    Très bel album, une histoire touchante, poignante et difficile où l'amitié qui unit deux amis est mis à mal par les turpitudes de l'âme humaine. De bons dessins, un bon scénario, de l'amour de la haine... Un album à lire et à relire !

    kurdy1207 Le 14/02/2017 à 11:28:26

    Magnifique album qui nous montre la difficulté d’être noir dans la Louisiane de la première partie du XXème siècle et la quasi impossibilité d’une amitié entre un blanc (Will) et un noir (Abe).

    La méchanceté de l’homme n’a pas de limites car le jeune Will, à l’intelligence limitée, lui aussi n’est pas en odeur de sainteté.
    Nos deux jeunes amis feront aussi un pacte de non dénonciation avec deux jeunes filles amoureuses l’une de l’autre car l’amour pour tous n’était pas encore de mise (mais le sera-t-il vraiment un jour).

    Le père de Will espère que son fils reprendra l’entreprise familiale mais celui-ci n’en a pas les facultés. Aussi, montera-t-il un stratagème avec Abe en lui déléguant, sous le secret, tout l’administratif.

    Cela aurait pu fonctionner longtemps, mais Will tombera amoureux d’une intrigante qui mettra au jour leur combine.

    Tous les sentiments et toutes les bassesses humaines éclatent dans cette histoire qui vous imprègne de l’amertume du dégoût. Et ce n’est pas l’illusion du discours de Martin Luther King et des poings levés en fin d’album qui viendront redonner l’espoir car les hommes de bonne volonté sont bien peu nombreux comparés à la haine qui est colportée par la grande majorité.

    Les dessins de cet album ne manquent pas de charme bien servis par de splendides couleurs. J’ai passé un très bon moment même si Bd montre tout le désespoir qu’il y a dans l’espoir.