Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

I l y a un village isolé, loin de tout. Le dominant, au faîte d’une colline, une vieille masure en bois, abîmée par le temps. Elle est occupée par Anne et Paul. Il est malade ; sa compagne se consacre complètement à lui. Un soir apparemment comme les autres, des corps d’hommes tombent des cieux et s’écrasent sur la bourgade et la maison. Passés la stupeur et l’effroi, la population s’organise. Il faut enterrer les cadavres. Paul ne peut aider ; Anne ne le souhaite pas. Alors, les villageois décident que ce cimetière improvisé se trouvera à côté de leur domicile et qu’ils seront désormais les gardiens des nouvelles sépultures. La vie du couple est désormais liée à cet étrange don du ciel.

Nouveau venu dans le monde de la bande dessinée, Florian Quittard est scénariste de longs et courts métrages. Anaïs Bernabé, qui a mis en image le tome 3 de Sasmira, a exercé son talent comme character designer pour jeux vidéo et s’adonne, par ailleurs, à la peinture et à la sculpture. La Pluie des corps verse dans un style poético-fantastique, couvrant une large palette thématique, depuis l’épouvante (la chute d’hommes sans vie), jusqu’à des passages à l’onirisme serein. L’histoire se développe à la fois dans l’intimité d’un couple qui se délite et sa confrontation avec des habitants hostiles qui n’aiment pas l’imprévu ni ceux qui sont différents, le tout nimbé de phénomènes mystérieux.

Le récit, avare de dialogue, faisant le choix opportun du silence et de l’implicite, avance avec détermination vers un dénouement qui ne répondra pas forcément à toutes les questions qui se posent. Il referme son étreinte sur les deux personnages principaux, entre amour perdu et destinée tragique, de la perte du libre arbitre à une délivrance mystique. Né au détour d’une lecture de l’œuvre de Howard Philip Lovecraft, il aborde les thèmes de l'effroi inexplicable, de la folie, de la claustration et, surtout, de la mort. Elle est le fil rouge de tout l’album, en échappant aux poncifs les plus évidents.

Le graphisme d’Anaïs Bernabé sert parfaitement le scénario. L’artiste a fait le choix du rendu d’une atmosphère, sans chercher forcément la précision du détail. Ce qui compte dans l’expression d’un visage, dans le cadrage choisi ou le découpage d’une planche, c’est l’expression de ce que ressent le personnage. Les couleurs sont ainsi primordiales et sont l’objet d’un traitement soigné. L’album est globalement sombre, les scènes sont essentiellement nocturnes et fixées dans un huis-clos oppressant. En extérieur, le ciel est toujours lourd et menaçant, d’un vert lugubre, qui peut attirer ou repousser.

La Pluie des corps est une œuvre originale, marquée par de fortes personnalités artistiques. Le récit est audacieux parce qu’il part d’une idée marquante et particulièrement morbide, mais aussi parce qu’il ne dévoile pas tout son sens et laisse au lecteur une large part d’interprétation et de construction. Cet album remarquable, qui s’affranchit de certains codes parfois trop présents dans la bande dessinée contemporaine, mérite de retenir l’attention de chacun.

Par F.Houriez
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

La pluie des Corps

  • Currently 4.37/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.4/5 (27 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    jmarcv Le 24/03/2017 à 23:21:37

    un album qui ne laisse pas insensible. l'histoire quoique un peu glauque entraîne le lecteur vers une conclusion qui n'en n'est pas une. Les dessins et la colorisation est superbe. Une BD pour les fans de lovecraft. (j'en suis un);
    on a l'impression de rester sur notre fin, mais faut-il que tout soit expliqué à la fin d'un BD ?

    thieuthieu79 Le 28/02/2017 à 21:39:39

    Un album très beau graphiquement avec une esthétique très particulière qui oscille entre conte fantastique, huit-clos oppressant et épouvante.
    Un scénario un peu déroutant du fait qu'il traite de plusieurs sujets mais aussi et surtout parce qu’il ne dévoile pas tout son sens et laisse au lecteur une large part d’interprétation et de construction. 
    Du coup, beaucoup de questions restent sans réponses, ce qui laisse une part d'incompréhension qui peu être préjudiciable au récit..