Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

I l y a une dizaine d’années, le Louvre s’est lancé dans la publication de bandes dessinées. Depuis, sa collection s’est enrichie de signatures prestigieuses et variées : pensons à Marc-Antoine Mathieu, Nicolas de Crécy, Enki Bilal ou Étienne Davodeau. Le catalogue, jusque là construit à l’intention d’un lectorat adulte, était présenté en collaboration avec Futuropolis ; c’est cependant chez Delcourt qu’est offert un premier ouvrage destiné aux petits. Le cheval qui ne voulait plus être une œuvre d’Art est scénarisé et dessiné par Olivier Supiot.

Tous les mardis, l’institution est fermée. Alors que les touristes sont absents et les gardiens en congé, La tête de cheval blanc de Théodore Géricault s’ennuie d’être une toile accrochée sur un mur. Sourde aux protestations des tableaux qui l’entourent, elle descend et entreprend de trouver la sortie. Dans sa quête de liberté, elle découvre différentes salles et galeries, particulièrement celles qui abritent ses congénères.

« Je veux me dégourdir les jambes… », « Allons, ne fais pas de bêtises ! Reste avec nous !! », « Il restera sage comme une image. »... Les dialogues donnent le ton : cet album est destiné à un jeune public. Une fois cela compris et accepté, le lecteur consent à suivre la monture qui lui sert de guide. Des artefacts assyriens à ceux du Moyen-Âge, en passant par les quadrupèdes d’Eugène Delacroix et d’Adam Frans Van der Meulen, l’auteur propose une visite ludique, instructive et à hauteur d’enfant avec, en filigrane, un questionnement sur le rôle de l’Art. Sans être franchement drôle, le récit est toujours souriant.

Bien qu’il respecte le caractère hyper réaliste de l’équidé représenté par Théodore Géricault, l’illustrateur parvient, en multipliant les angles et les cadrages, à faire oublier la sévérité de l’œuvre du peintre romantique. Les décors sont tantôt rendus avec beaucoup de détails, tantôt réduits à leur plus simple expression lorsque le bédéiste se contente d’un fond monochrome (comme le faisait Morris, un autre grand amateur de chevaux). Au final, l’ensemble est coloré, joyeux et invitant.

Une livre à mettre entre les mains de sa marmaille, quelques jours avant de visiter le plus célèbre musée du monde.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le cheval qui ne voulait plus être une œuvre d'art

  • Currently 3.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.0/5 (3 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.