Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L'aviatrice 2. Aventures orientales

27/12/2016 2760 visiteurs 6.0/10 (1 note)

A u printemps 1935, Nora Stalle et Théo, son mécano, tentent d’accomplir le raid aérien Paris-Saïgon-Shanghaï, pour le compte des entreprises Caudron-Renault et Air Zénith. À bord de leur Caudron-Simoun - premier avion de tourisme à atteindre les 300 km/h -, ils ont d’abord traversé l’Europe occidentale. Au début du deuxième volet de leur périple, on les retrouve prisonniers des Kazakhs, qui comptent bien en faire une monnaie d’échange dans le conflit qui les opposant à la Russie. Puis se succéderont tempête de sable, Bangkok, la Chine, mission d’espionnage, embuscade, l’Indochine, le Cambodge, le tout ponctué de diverses rencontres et d’immersions dans des conflits locaux.

Il s’agit du deuxième pan du diptyque L’Aviatrice, Aventures orientales, après Nora, paru en 2014. Au scénario, officie Étienne Borgers, au parcours plutôt épisodique dans le neuvième art, qui a laissé son nom sur quelques albums de Natacha. Au dessin c’est François Walthéry, créateur de l’hôtesse de l’air susmentionnée, qui régale les regards de son trait classique et tout en rondeur, ainsi que de la féminité affichée, néanmoins sans ostentation, de son héroïne. Le graphisme est sans audace, mais sans déception pour autant.

Le bât blesse plutôt sur le plan narratif. D’une part, la séquence vol/ravitaillement/cérémonie d’accueil/petite péripétie au sol se répète trop et induit un ennui certain. D’autre part, les exposés nombreux, longs et successifs des tensions guerrières ou révolutionnaires traversées par les personnages sont plaqués artificiellement sur la trame du voyage en avion. Ils alourdissent les dialogues et n’apportent rien à l’histoire, si ce n’est de la confusion. Il aurait fallu choisir entre le récit d’aventure ou le témoignage historique.

Même si la jeune femme intrépide et son débauché de mécanicien sont attachants, si certaines scènes sont réussies, ou si les clins d’œil à Hergé (Les Cigares du pharaon et Le Lotus bleu) sont sympathiques, au final, cet album manque cruellement de rythme, d'unité et d'identité.

Par F.Houriez
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

L'aviatrice
2. Aventures orientales

  • Currently 2.86/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.9/5 (7 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    chato40 Le 29/06/2017 à 09:55:18

    Pas vraiment d'histoire, une succession de scènes similaires, peu de liant.
    Trop, trop.... de dialogue avec des bulles interminables, presque plus grosse que la case réservée au dessin : ) !!
    Déçu par cet opus où l'on s'ennuie.

    sting.c.m Le 01/01/2017 à 15:37:39

    Dessin très faible, toutes les perspectives de l'avion sont fausses!
    Histoire dispensable pour ne pas dire quelconque.
    Grosse déception que cet album.