Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L ’assassinat de Galswinthe puis le mariage du roi veuf avec sa maîtresse Frédégonde ont déclenché une guerre fratricide avec l’Austrasie dont la reine n’est autre que la sœur de la défunte. En 575, après deux années de conflit, les troupes neustriennes sont écrasées et Chilpéric s’apprête à se rendre à son frère Sigebert, mais son ambitieuse épouse refuse de s’avouer vaincue. Elle restera souveraine et éliminera tous ceux qui se mettront sur sa route, peu importent les liens de sang. En face d’elle, Brunehaut entend bien contrecarrer les plans de cette fille de rien.

La série Les reines de sang a pour ambition de retracer les parcours de femmes de pouvoir qui ont marqué l’Histoire, en un ou plusieurs tomes pour chacune. Tandis qu’Arnaud Delalande et Simona Mogovino font revivre la légende noire d'Aliénor d’Aquitaine (cinq tomes sur six parus), que Thierry et Marie Gloris ont produit le diptyque Isabelle, la louve de France et que Philippe Nihoul se penche sur l’orientale Tseu Hi, Virginie Greiner se consacre, elle, à Frédégonde (545-597) dont la cruauté et la propension à semer la mort sur son chemin vers le trône lui ont valu des épithètes peu glorieuses de la part des chroniqueurs contemporains. Un penchant sanguinaire que les manuels de la République n’ont pas manqué, en leur temps, d’utiliser comme outil d’édification, à l’instar du supplice de sa vieille ennemie Brunehaut ou de l’épisode du vase de Soissons, afin d’illustrer les tribulations de la dynastie mérovingienne.

Après avoir montré les manigances de la brune neustrienne issue du peuple pour supplanter les épouses successives du roi Chilpéric, ce second volet s’attache à suivre sa lutte pour détenir seule les rênes du royaume en dépit des revers, des infortunes diverses et de la vengeance personnelle de sa rivale austrasienne. Cette héroïne sombre se révèle intéressante à bien des égards du fait de sa volonté marquée et de son instinct de survie à toute épreuve. Tous les travers et vices qui lui ont été prêtés sont repris par la scénariste qui ne force cependant pas le trait et respecte ce qu’on sait de cette souveraine, y compris son élan de foi. La belle est dangereuse, venimeuse même, et parvient à ses fins en usant de toutes les armes à sa portée, séduction, pleurs et colère en tête. L’album balaie neuf ans d’histoire, mais se concentre surtout sur les cinq premières. La narration est dès lors plutôt rythmée, passant d’un camp à l’autre, transportant de Tournai à Metz en s'arrêtant à Paris ou Rouen ; elle relate les excès de la reine, les gêneurs tombant tour à tour, tandis que les alliances s’inversent.

Le récit est porté par le dessin expressif d’Alessia de Vincenzi, rehaussé des couleurs d’Albertine Ralenti. L’ensemble s’avère agréable, malgré des planches aux cases nombreuses et une multitude de protagonistes – tous reconnaissables néanmoins. Les plans sont variés, même si certains paraissent moins avantageux, et les émotions transparaissent bien. Un soin tout particulier est apporté aux vêtements afin de restituer au mieux l’époque.

Les auteurs remplissent leur office et offrent une bande dessinée qui se lit avec plaisir tout en portant un regard sans fioriture sur une femme que l'ambition a poussé au pire.

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Les reines de sang - Frédégonde, la sanguinaire
2. Volume 2/2

  • Currently 1.88/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 1.9/5 (17 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    pysa Le 09/11/2018 à 23:29:39

    Deuxième tome du diptyque consacré à la reine Frédégonde, toujours aussi machiavélique. L'histoire est intéressante mais s'arrête un peu abruptement. Les dessins sont de bonne facture.

    kergan666 Le 28/05/2018 à 01:25:20

    j'aime beaucoup les différents albums de la série des Reines de sang celui-là ne fait pas exception à la règle.
    que ce soit au niveau des dessins que du scénario.
    je ne connais pas vraiment cette époque et je ne peux donc pas juger de l'exactitude ou non du récit cependant si je me base sur les autres Reines de sang il y en a potentiellement mais après tout ce ne sont pas des récits historiques.
    seul reproche que je fais à cet album et au précédent (également à beaucoup d'autres) ce sont les couleurs.
    en effet, ayant vu les planches originales, le noir et blanc est beaucoup plus beau.
    les couleurs gâches franchement la qualité des dessins.
    j'espère vraiment revoir la dessinatrice De Vincenzi sur d'autres albums (mais avec d'autres couleurs).