Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Rebels (Wood) La naissance du rêve

28/11/2016 4116 visiteurs 6.5/10 (2 notes)

S eth Abott est un green mountain boy, Sara Hull la femme d'un officier, Corne de roc un Indien, Silence Bright une esclave révoltée et enfin, il y a un pauvre gamin anonyme. Tous ont en commun d'avoir eu un rôle à jouer dans l'un des événements les plus notables de l'Amérique du Nord : la Guerre d'Indépendance. Tous ont souffert aussi, dans leur âme et dans leur chair.

Brian Wood (Northlanders, DMZ) propose dans ce recueil cinq récits autour de ce conflit. Sa démarche est originale dans le sens où il offre une vision de l'intérieur, par l'intermédiaire des principaux acteurs. C'est leurs histoires et pas seulement les faits historique qui sont racontées. En prenant diverses situations et intégrant la chronologie des batailles, le scénariste explore avec justesse et émotions les dilemmes, les choix et les sacrifices qu'ont dû faire les gens impliqués - de plein gré ou non - dans cette lutte armée. La liberté ou l'engagement ? La patrie ou la famille ? Le combat ou la passivité ? Insurgés ou royalistes ? Et enfin, tuer ou se faire tuer ? Tous ces personnages partagent le sentiment d'avoir la vie chevillée au corps et le sens de la loyauté, quel que que soit le camp.

Plusieurs dessinateurs ont participé à cet ouvrage : Andréa Mutti (majoritairement), Matthew Woodson, Ariela Kristantina et Tristan Jones mais leurs styles réalistes, relativement similaires, facilitent l’enchaînement de l'un à l'autre, d'autant plus que Jordie Bellaire assure la mise en couleurs de l'ensemble. Les angles de vue variés dans un découpage bien pensé rendent la lecture fluide.

Des faits réels mis en images, mais surtout de beaux portraits d'hommes et de femmes ayant vécu la naissance d'une nation dans la douleur, voici Rebels. S'il y a un regret, c'est que la longueur des chapitres soit inégale : l'auteur paraissait largement disposer de quoi développer les plus courts. Le lecteur aurait aimé vibrer plus longtemps aux cotés de ceux qui furent des héros, à leur manière.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
6.5

Informations sur l'album

Rebels (Wood)
La naissance du rêve

  • Currently 4.29/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (7 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    kurdy1207 Le 08/02/2017 à 08:08:46

    Des tranches de vie pendant la guerre d’indépendance des 13 colonies nord-américaines. Toutes aussi poignantes les unes que les autres. Elles traitent bien évidemment de la recherche de liberté, du courage, mais aussi de l’absence d’un mari parti à la guerre ou bien encore du courage des femmes lors des batailles et du manque de reconnaissance des nouvelles autorités.

    Cela aurait pu être un sans-faute, mais avec cinq dessinateurs différents il suffit qu’il en soit un seul au talent moindre ou différent pour gâcher l’ensemble. Ce qui est le cas ici, mais heureusement uniquement sur 10 pages sur une BD qui en compte 220.

    Au final, il s’agit d’un très bon album