Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Universal War Two 3. L'Exode

24/11/2016 9129 visiteurs 7.8/10 (4 notes)

A lors que Canaan se trouve à son tour englobée par les mystérieux triangles, Théa a réussi à réunir sa petite bande de « rebelles ». Avec eux, le mythique et bougon Kalish (en personne) est également de la partie. En effet, Vidon a pris les commandes du Gengis Khan et s’est échappé avec les quelques survivants de cette nouvelle catastrophe planétaire, emportant par la même occasion la technologie nécessaire aux sauts temporels. Un impensable jeu de cache-cache intersidéral se met alors en place.

Avec L’Exode, Denis Bajram arrive au milieu de son récit, mais pas encore à la croisée des chemins tant son scénario demeure mystérieux. Si le lecteur a droit à quelques impressions à propos de qui se trouve « en face », les protagonistes s’agitent toujours dans la plus grande ignorance et cela a tendance à fortement les irriter. Pris à fleur de peau, cette bande d’ados réagit violemment et sans trop de nuance. D’ailleurs, les nombreuses grossièretés contemporaines qui jalonnent leurs échanges détonnent dans l’univers souvent policé du space-opera. Ce choix de la rupture et du décalage peut étonner, voire décevoir. En fait, il apporte une réelle dynamique et un tranchant certain à la série. Les forts en gueule restent souvent plus dans les mémoires que les silencieux.

Point fort de l’album, malgré le fracas et les nombreux élans dramatiques, le scénariste conserve son calme. La narration est posée, le temps prend le temps de passer. Non pas qu’il ne se passe rien, les surprises succèdent aux révélations d’une manière régulière. Simplement, le découpage et, surtout, la mise en page, extraordinairement raffinée, permettent de percevoir l’échelle sur laquelle l’histoire se déroule. Le cosmos, c’est grand, sombre et glacial. Face à ce vide infini, les hommes ne sont que des enfants dont les cris se perdent sans provoquer aucun écho.

Mêlant considérations quasi-philosophiques (l’évolution psychologique de Théa est aussi très révélatrice) et science-fiction à grand spectacle, ce troisième tome d’Universal War Two démontre une fois de plus le talent de conteur et de « montreur » de Denis Bajram.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.8

Informations sur l'album

Universal War Two
3. L'Exode

  • Currently 4.11/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (38 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Rody Sansei Le 24/11/2016 à 07:30:14

    Après un premier tome qui démarrait fort et un deuxième en demi-teinte, le troisième est clairement sur la pente descendante : des gros mots à toutes les pages ou presque, de l'humour pour plaire aux ados et une histoire qui n'avance réellement que dans le dernier quart. On est très loin de Universal War One. Rien à redire en revanche sur le dessin, c'est toujours aussi beau (et c'est ce qui fait remonter la note).

    kev1_44 Le 15/11/2016 à 17:02:46

    Je suis un fan de UW1. Je ne suis toujours pas séduit par UW2. On sent que l'idée est là mais c'est long et ça vole bas...
    Je croise les doigts pour les prochains tomes.

    minot Le 05/11/2016 à 19:14:09

    C'est ce qui s'appelle un beau plantage. Si le dessin reste de belle facture (bien qu'il m'ait semblé un cran en-dessous des deux précédents albums), hélas le scénario est cette fois-ci bien décevant.
    D'abord car il n'arrive rien de très épique à nos "héros" (en tout cas, c'est beaucoup moins angoissant que dans les deux tomes précédents), ensuite car tous les nouveaux personnages phares de cette UW2 ont autant de charisme qu'une huître de Bouzigues. Même Kalish, qui nous avait tant plu dans UW1, a énormément perdu en prestance et en intérêt, tant il est réduit dans cette histoire à un vieillard ronchon et inutile.
    Et pour couronner le tout, les dialogues sont d'une médiocrité affligeante, en plus d'être souvent d'une grande vulgarité (les personnages passent leur temps à s'injurier ... vive l'intérêt littéraire de cette bd !).

    Heureusement que les dessins relèvent un peu le niveau, mais cet album constitue quand même, pour moi, une grosse déception.

    norz Le 04/11/2016 à 23:57:56

    Vraiment sans intérêt.. mais pourquoi est ce que les auteurs acceptent-ils de faire des suites?! C'est toujours bidon et ca vient gâcher le bon souvenir que j'ai de UW1

    Je rejoins Misterto sur la comparaison avec Hunger Games et Labyrinthe, on nage dans un scénario teenagers rebels

    misterto Le 04/11/2016 à 12:54:22

    Je reviens donc sur la précédente review que j'avais fait de cet album.
    Apres 1ere lecture de l'album, je suis bien déçu.
    Effectivement, je trouve que le Kalish de UW2 ne résonne pas du tout avec celui du premier cycle.
    Les dialogues sont succincts, et vides. Ce qui rapproche l'ouvrage à une lecture d'adolescent alors que UW1 était quand meme plus adulte.
    Et enfin, plus que tout, cette nouvelle bande de "jeunes ados" qui le déifient, et ou on y retrouve les traits de Milorad et de Balti, me fait fortement penser à cette mouvance Hunger Games / Le labyrinthe / etc etc ... a laquelle je n'accroche pas du tout et y suis complètement hermétique.

    Visuellement, ca reste plus que correct. Le noir est utilisé à outrance, mais ça colle avec le scénario. Les grande immensité de UW2 me manquent quand meme.