Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

World War Wolves 3. De griffes et de crocs

21/11/2016 4775 visiteurs 6.7/10 (3 notes)

J ohn Marshall peine à trouver sa place dans cette nouvelle société où ses talents de romancier semblent bien inutiles pour protéger sa famille. Pour l’instant, ce qui le préoccupe, c’est l'introduction d’un loup-garou dans l’îlot de paix que représente Las Cruces. Il croit savoir qui est le monstre et il a bien l’intention de l’attraper. Jeremy et Sarah ont été rejoints par Angela. Les sens développés du musicien aveugle sont troublés : en dépit d’un ressenti général plaisant, quelque chose – peut-être l’étrange parfum qu’il ne parvient pas à identifier – l’inquiète. À New York, Malcom Spolding et les autres évadés de Rickers Island cherchent à fuir la cité. Mais Raven, le chef des Lycanthropes, n’est pas mort et il semble bien décidé à régler ses comptes.

World War Wolves, c’est, de prime abord, un « survival » somme toute classique avec son lot de créatures et de victimes se retrouvant dans un environnement social qui a complètement éclaté, exacerbant les rapports humains qui doivent être redéfinis en fonction du danger. Les positions sociales changent au gré des nouvelles aptitudes nécessaires pour faire face à la menace. L’exercice peut vite devenir « bourrin », mais il évolue vers le délice lorsque les auteurs se révèlent capables de s’intéresser aux êtres tout en fournissant la dose de tension et d’adrénaline recherchée par les amateurs de ce genre.

Jean-Luc Istin est parvenu à atteindre ce délicat équilibre. Certes, la violence et l’horreur sont bien là, cependant, le scénariste n’en abuse pas, préférant se concentrer sur les personnages centraux. Ainsi John qui doit renouer des relations avec sa femme et ses enfants et s’intégrer pleinement dans la nouvelle donne de ce monde ravagé. Le couple étonnant formé par le guitariste non-voyant et la petite orpheline dont la relation adroitement construite – les rendant attachants – est perturbée par l’arrivée d’une tierce personne qui était à leur recherche. Enfin, Malcom, le lâche de service, qui a trouvé la volonté de forcer son destin et qui peine encore à conserver cette récente estime de soi.

Si la tentative d’évasion de « Big Apple » tire quelque peu en longueur, il n’en demeure pas moins que l’histoire ne ronronne pas. L’alternance entre les trois arcs narratifs offre une sensation de rythme maintenant le lecteur en éveil. De plus, l’auteur commence à faire bouger ses pions, introduisant une louve bien différente de ses semblables rencontrés jusqu’alors, dessinant l’espoir d’une solution pour sauver l’humanité et d’une explication sur les origines du mal qui terrasse progressivement tout le continent américain.

Le remplacement au dessin de Kyko Duarte par Zivorad Radivojević ne nuit pas au plaisir. Tout en affirmant son propre style, ce dernier se glisse dans les pas de son prédécesseur, livrant des planches où émotions et atmosphère sont bien mises en valeur. Son trait est sans doute moins énergique, moins « jeté » que celui de l’artiste espagnol, mais il gagne en précision tant pour les décors que pour la caractérisation des protagonistes.

Jusqu’ici, c’est un sans-faute.

Par O. Vrignon
Moyenne des chroniqueurs
6.7

Informations sur l'album

World War Wolves
3. De griffes et de crocs

  • Currently 4.67/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.7/5 (9 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Zorglubu Le 25/02/2017 à 13:12:21

    Définitivement j apprécie cette série qui est vraiment à la hauteur de mes attentes. Le dessin et le scénario font de cette bd une série à lire absolument pour tous les amateurs du genre. #Apocalypse #Loup-Garou #Suspense

    judoc Le 11/11/2016 à 11:26:32

    Dans la continuité des 2 premiers albums. Le dessinateur a changé sans que cela affecte la qualité des dessins. Je n'ai pas constaté de gros écarts entre la patte de Z. Radivojevic et celle de K. Duarte qui ont donc tous les deux beaucoup de talent. Le scénario me plaît toujours autant et associe personnages charismatiques, atmosphère pesante et intrigue prenante.

    Toujours fan de la série... A suivre !

    i-SkUNk Le 07/11/2016 à 11:41:57

    Je laisse ici un commentaire pour les trois 1er tomes.
    Très bonne série! J'ai cru au depart à un "Walking Dead" avec des loups-garous, mais pas du tout. Premièrement, le fait qu'ils soient la moitié du temps en "homme", permet une histoire bien plus complexe en terme de gestion de la menace. La psychologie desdits loups est également très intéressante. Peu à peu ils perdent leur repères humains, et deviennent aussi bestiaux que lorsqu'ils sont en loups. Ajoutons à cela une louve spécifique, et des héros humains avec des aptitudes intéressantes (un aveugle qui détecte le mensonge, et les loups meme en homme. Un mec qui sait tout réparer sans qu'il sache comment...etc..) Graphiquement, le NB est cool, meme si un peu de couleur aurait été appécié. L'expression des loups en cours de transformation est saisissante je trouve... en bref, une très bonne surprise.