Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

À la fin du 19è siècle, Jules Toulet tente de retrouver Anna, un amour perdu. Il erre sur la Méditerranée, de port en port, vivant chichement de ses peintures et dessins. À Istanbul, il fait la connaissance de Salomé Ziegler, jeune femme ombrageuse, capitaine de L’Odysseus. Elle est à la recherche d’un peintre et de ses toiles, Ammon Kazacz. Ce dernier a fait de l’antiquité grecque sa spécialité. Jules la met sur une piste. Un accord est trouvé : Salomé emmène l'artiste et celui-ci la paiera à raison d’une toile par semaine.

Commence alors un périple aux multiples itinéraires. Il est d’abord géographique, conduisant les jeunes gens d’Alexandrie à Marseille, d’Athènes à l’île de Santorin. Il est aussi introspectif, explorant l’enfance et l’adolescence de Salomé. Il est enfin artistique, quête de peintures fascinantes, avec, toujours en arrière-plan, L’Odyssée et les différents épisodes parcourant le retour d’Ulysse à Ithaque, après la guerre de Troie.

L’Odyssée avait revêtu un caractère obsessionnel pour Athénaïs, la mère de Salomé. Elle ponctuait le quotidien et nourrissait l’imaginaire de ses enfants par des lectures, des citations ou des évocations du texte d’Homère. Salomé finira par devenir marin et partir à la recherche de sa propre Ithaque. Elle est elle-même une Ulysse des temps modernes, vivant une succession d’épreuves et aspirant à un lieu et un état de quiétude.

Emmanuel Lepage (Névé, Muchacho) est reparti des Voyages d’Anna (2005), dans lesquels apparaissent Anna et Jules. Il a respecté un engagement envers son fils, Ulysse, de réaliser un ouvrage avec un personnage homonyme (Anna, sa sœur, avait eu droit au sien). Il y a adjoint sa passion pour les bateaux et les peintres orientalistes du 19è siècle. Sa compagne, Sophie Michel, a pris en main la dimension narrative de l’œuvre. Enfin, les tableaux d’Ammon Kazacz ont été réalisés par René Follet. Certains avaient été publiés initialement dans un ouvrage intitulé Les Grecs en 1971, tandis que d'autres ont la saveur de l'inédit.

De cette genèse originale résulte un splendide album sur lequel il est impossible d’émettre une quelconque réserve. La foi de l’auteur en son projet et l’accompagnement bienveillant de son éditeur font de cet album une fresque impressionnante de maîtrise, d’audace et de beauté. Forte de ses 221 planches, l’histoire prend son temps pour aller au bout des personnages et des situations, sans longueurs ni éléments superflus. L’adhésion et l’empathie pour les différents individus sont spontanées. Le balancement entre la quête principale et des retours en arrière ou pauses narratives va de soi. Les rythmes de lectures, dynamiques ou méditatifs, s’enchaînent sans heurts. Les dialogues, ciselés, dosés et élégants, alternent de manière évidente avec les passages de L’Odyssée.

Graphiquement, chaque case arrête le cheminement du regard, qui absorbe la vivacité ou la grâce du trait, mais qui s’imprègne surtout de l’atmosphère qui en émane. Le travail à l’aquarelle et les choix inattendus de la mise en couleur ne recherchent pas le détail réaliste, mais une émotion qui s’extrait naturellement du papier. Les peintures de René Follet, symboles de force et d’énergie, jaillissent. Elles donnent à entendre et à sentir, autant qu’à voir.

Les Voyages d’Ulysse est un projet déraisonnable, comme il y en existe trop peu. À la croisée de la littérature, de la peinture, de la photographie (réminiscences des vieux clichés sépia sur plusieurs pages) et du cinéma, cet album est une œuvre totale qui a, de plus, l’intelligence de toujours mettre la technique au service de l’émotion. Chacun y trouvera forcément un écho, un fragment de miroir ou un peu de soi.

Par F.Houriez
Moyenne des chroniqueurs
7.8

Informations sur l'album

Les voyages d'Ulysse

  • Currently 4.30/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (43 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    MediathequeMonaco Le 30/10/2017 à 11:23:03

    Nous connaissions très bien Emmanuel Lepage pour ses bd documentaires remarquables : La lune est blanche, Un printemps à Tchernobyl.
    Avec cet album, nous voici embarqués pour un tour de la méditerranée « tel Ulysse », à travers une histoire de quête « enchanteuse ».
    Les illustrations et le graphisme sont d’une très grande beauté. Une ode à la méditerranée, à la navigation, à la lecture et à l’origine du roman. Derrière la bd d’aventure, nous sommes embarqués avec ces beaux personnages. Cette bande dessinée fait partie pour moi des meilleures de l’année. Nathalie

    MediathequeMonaco Le 30/10/2017 à 11:17:12

    Nous connaissions très bien Emmanuel Lepage pour ses bd documentaires remarquables : La lune est blanche, Un printemps à Tchernobyl.
    Avec cet album, nous voici embarqués pour un tour de la méditerranée « tel Ulysse », à travers une histoire de quête « enchanteuse ».
    Les illustrations et le graphisme sont d’une très grande beauté. Une ode à la méditerranée, à la navigation, à la lecture et à l’origine du roman. Derrière la bd d’aventure, nous sommes embarqués avec ces beaux personnages. Cette bande dessinée fait partie pour moi des meilleures de l’année.
    Nathalie

    Tiburce2 Le 16/05/2017 à 11:53:59

    Magnifique invitation au voyage, servie par des dessins de toute beauté. J'aime beaucoup ce que produit Emmanuel Lepage pour la beauté de ses dessins et sa capacité à rendre palpable les atmosphères différentes des voyages, notamment au travers de l'expressivité incroyable de ses personnages.
    Et les 220 pages permettent de camper les décors, de fouiller les personnages, de capter les ambiances... et de produire des planches à couper le souffle.
    La thématique d'Ulysse est intéressante, et même si elle est peut-être un peu trop marquée, donne un angle narratif différent de ce qu'on voit d'habitude.
    Résultat : une lecture qui fait voyager très loin. C'est rare, et en plus c'est beau.

    Yovo Le 30/12/2016 à 16:42:36

    Oui, cet album est absolument superbe à tout point de vue !
    Je veux juste préciser que l’histoire, aussi bien écrite soit-elle, est quand même excessivement romanesque!
    L’irradiante beauté des planches hypnotise sur le coup mais une fois le regard dessillé, de nombreux ressorts narratifs apparaissent un peu épais...
    Ne serait-ce que le point de départ : Voyageur perdu, Jules s’endort par hasard au milieu du port d’Istanbul, précisément à côté du bateau de la belle capitaine Salomé ; ce Jules a, par hasard aussi, connu un peintre légendaire dont il possède précisément un carnet de croquis rarissime, peintre dont Salomé collectionne précisément les œuvres et qu’elle recherche éperdument depuis toujours … Et les voilà partis à sa recherche en citant du Homère qu’ils connaissent tous deux par cœur…
    La plupart des situations participent de ce genre de coïncidences : Salomé qui retrouve (par hasard) son agresseur dans le bureau de son père… Salomé répugnée par les hommes qui fait de la seule jeune fille esseulée des environs son amante le plus naturellement du monde… Jules qui voit (par hasard) sa fiancée, perdue de vue depuis des lustres, portraiturée par le vieux peintre lui-même et ainsi de suite…
    Les auteurs semblent d’ailleurs s’en amuser puisqu’ils invoquent «la bonne étoile» des héros…
    Mais passons… Finalement, nous faire croire à tout cela ne requiert-il pas aussi un grand talent ?

    Quoi qu'il en soit, on ne peut que saluer l’exigence, l’ambition et l’engagement total d’E. Lepage dans son (chef d’)œuvre.
    Même après la lecture il se dégage de cet ouvrage une vraie majesté, due en particulier aux fantastiques peintures de René Follet.
    Un ébouriffant hommage à la peinture en général.

    canarenchaine Le 07/11/2016 à 20:50:02

    Tout simplement splendide ! On retrouve le grand Emmanuel Lepage, un peu perdu de vue avec ses précédents ouvrages inscrits dans le réel.
    J'approuve sans réserves la critique de Houriez.
    221 pages de cette qualité (merci aussi à Follet) + quelques pages de repros de fusain pour moins de 30 € , c'est tellement rare.
    Merci aussi à l'éditeur

    herve26 Le 03/10/2016 à 22:24:01

    Depuis plusieurs années, j'achète les yeux fermés les ouvrages de mon compatriote breton, Emmanuel Lepage.
    Ses derniers ouvrages "voyages aux Iles de la désolations", "la lune est blanche" et "Un printemps sur Tchernobyl" font partis des ouvrages que je lis et surtout que je relis, gage d'une qualité certaine, quasiment tout les ans. Car Emmanuel Lepage , avec le temps, nous offre plus qu'une bande dessinée mais de véritables tableaux à chaque vignette, ce qui se vérifie avec le présent album.
    Avec " les voyages d'Ulysse", c'est une véritable invitation au voyage, au sens de Baudelaire, que nous offre Lepage. Fini les aventures autobiographiques ici, mais place aux aventures de Toulet, un des personnage aperçu dans "Les Voyages d'Anna", paru il y a plusieurs années chez Daniel Maghen (2005)-qui fera l'objet d'une réédition en novembre 2016- . D'ailleurs, je m'interroge sur le choix du nom de Toulet, (non le peintre mais le poète) auteur des "contrerimes" , aventurier, marin ayant navigué jusqu'à l'extrème Orient, poète et écrivain qui de Jean d'Ormesson à Jean Dutourd, en passant par Jacqueline de Romilly n'a ne cesse ne nous rappeler à nous , ses souvenirs.
    "Les voyages d'Ulysse" nous offrent un formidable voyage maritime mais aussi un merveilleux voyage dans le temps. En mélant habilement l'"Odyssée" d'Homère et le parcours de Salomé, Lepage nous livre là un véritable chef d’œuvre aussi bien scénaristique que graphique. En intégrant dans son récit certaines planches de Follet (auteur que j'adore, mais malheureusement trop méconnu), Lepage compose ainsi un album d'une élégance rare: hommage aux textes fondateurs grecs, hommage aux dessinateurs plus âgés (Follet), le tout servi sur un scénario d'une beauté fatale.
    Cet album est certainement un des albums incontournable de cette année, aussi bien par son ampleur que pour sa qualité graphique .
    Pour l’anecdote, ma fille commence cette année en fac , en lettres modernes , à la Sorbonne, et Homère est , évidemment au programme. Je compte lui prêté cet album de Lepage, qui ne manque pas de faire référence à Homère, que ce soit au niveau graphique, qu'à travers les pages de l'Odyssée distillée ici ou là sur les pages de cette bande dessinée.