Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

A nne Corre avait 15 ans lorsque l’ennemi a pris la Bretagne en 1940. L’adolescente qui n’a pas froid aux yeux commence tout doucement à poser des gestes de révolte (fleurir la tombe d’un résistant, contrebande d’aliments, etc.), puis joint la rébellion où elle se fait complice de l’assassinat d’un collaborateur. Elle est par la suite capturée et déportée dans un camp de concentration où elle mourra de la tuberculose vers la fin de la guerre. Un mystère entoure ses derniers jours, en fait personne ne sait précisément où et quand elle est décédée ni où se trouve son corps. Les réminiscences que les villageois ont d’Anne sont par ailleurs mitigées, peut-être parce qu’elle était amoureuse d’un militaire allemand.

Roger Faligot fait ses armes dans le monde de la BD reportage en présentant les fruits d’une démarche journalistique rigoureuse et convaincante. Aux fins de l’ouvrage, il a rencontré les personnes qui ont côtoyé la protagoniste, consulté les archives et même retrouvé le carnet pourpre dans lequel elle consignait ses pensées. Il réhabilite ainsi la mémoire de la jeune femme dont le souvenir était occulté.

L’enquête s’appuie sur le coup de crayon, relativement banal, d’Alain Robet, lequel est surtout connu pour ses sagas maritimes et historiques. Les visages sont généralement figés et les expressions interchangeables (pourquoi diable les acteurs ont-ils tous la bouche entrouverte en demi-cercle). Les décors sont cependant variés et maîtrisés. L’illustrateur rend aussi bien les villages bretons que les camps de concentration, les villes bombardées ou encore la forêt.

Ce n’est pas facile d’apporter un point de vue nouveau sur la France pendant l’Occupation, même quand on présente une héroïne inconnue.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

La fille au carnet pourpre

  • Currently 4.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 06/11/2020 à 14:56:14

    Cette fille au carnet pourpre, c'est Anne Corre qui n'avait que 15 ans lorsque les troupes allemandes ont envahi la France ainsi que sa Bretagne natale. C'est une fille intrépide qui n'accepte pas cet état de fait et qui va s'engager afin de libérer notre pays de cet envahisseur. Elle le paiera de sa vie à la toute fin de la guerre. Cette BD est un hommage qui lui est rendu et à travers cette héroïne inconnue à tout les résistants qui ont combattu cette idéologie fasciste.

    Le début n'est pas très captivant mais au fur et à mesure de ce récit, cela commence à le devenir. On voit que l'auteur s'est solidement documenté pour partir de vrais écrits et des témoignages. Il y a tout un carnet assez intéressant en fin d'ouvrage. Un mot sur le dessin que je trouve un peu faiblard mais bon.

    J'ai trouvé que c'était courageux de la part d'adolescents que d'entrer en résistance pour combattre le nazisme. Comme quoi, on peut avoir une bonne conscience politique à cet âge-là. Je pense que l'époque se prêtait à une plus grande maturité d'esprit que de nos jours.