Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Trou de mémoire 2. Combien de temps un homme peut-il survivre sans respirer ?

27/10/2016 4143 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

M ilton n'avance pas et même ce qu'il a découvert depuis son retour à New York ne l'aide guère. Bien décidé à combler les trous qui plombent sa mémoire, il n'hésite pas à remuer ciel et terre pour en apprendre plus sur sa vie et ses activités. Mais aura-t-il le temps d'obtenir des réponses avant que Aaron et Cahal, les flics de San Francisco, ne lui mettent le grappin dessus ou que les truands lancés à sa poursuite ne le retrouvent ?

Développant l'univers graphique original et marquant mis en place dans Gila monster, Pascal Regnauld enfonce encore le clou. Dans un décor essentiellement urbain et réaliste, son trait fait la part belle aux gueules patibulaires, qu'elles soient de policiers ou de gangsters. À la fois classique et moderne, son dessin s'éloigne du style de Canardo pour offrir des planches tout en ambiances. Variant au gré des séquences, la colorisation retenue, une trichromie (noir-blanc-ocre ou noir-blanc-bleu) contribue à cette sensation. Enfin, sans nuire à la lisibilité les compositions variées encouragent l'immersion, le regard scrute chaque case comme le tueur chaque recoin, et soulignent à merveille la tension qui va crescendo.

En effet, l'étau se resserre doucement mais sûrement autour de Milton. Roger Seiter prend un malin plaisir à jongler entre les trois fils narratifs mis en place - le tueur, les flics et la mafia - pour garder sans cesse son personnage sous pression. S'appuyant sur une narration en voix off, l'auteur de Fog rend le lecteur omniscient et parvient, malgré l'évidence de l'inéluctable issue, à l'hypnotiser du début à la fin. Avec le savoir-faire qu'on lui connait, le scénariste avance ses pions et sème les indices. Détails anodins, grosses coupures, fausses pistes, meurtres par balle, tous les ingrédients sont réunis et s'imbriquent avec fluidité. En amoureux des polars, l'auteur alsacien construit une intrigue captivante jusqu'à son dénouement et rend, par la même occasion, un bel hommage à ses inspirations.

Implacable et sombre, Combien de temps un homme peut-il survivre sans respirer ? conclut magnifiquement un diptyque de haute tenue qui mérite sa place parmi les meilleurs titres du genre.

Par M. Moubariki
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Trou de mémoire
2. Combien de temps un homme peut-il survivre sans respirer ?

  • Currently 4.58/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.6/5 (12 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Yayayoute Le 04/11/2016 à 09:22:20

    Tome 2. Combien de temps ...
    Grande constance dans la qualité du graphisme et des couleurs bien adaptées à du "noir". Le scénario tient bien la route, s'appuyant sur des traumatismes typiquement américains : l'activité mafieuse, les oppositions chroniques des forces de l'ordre et ... un peu de l'assassinat de JFK.
    On en voudrait encore plus tellement cette BD vous accroche, mais la fin proposée est logique pour un tel sujet.
    (Au fait, c'était bien un "méchant").
    Chapeau aux auteurs.