Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Chrononauts 1. Vol. 1

17/10/2016 5009 visiteurs 5.0/10 (2 notes)

C orbin Quinn et Danny Reilly vont bouleverser l'Histoire en inventant le voyage dans le temps. Après avoir filmé des événements du passé, ils décident de réaliser le grand saut eux-mêmes. Mais pour les deux jeunes scientifiques, la tentation est grande de profiter de leur avantage technologique pour leur propre bénéfice à travers les époques traversées.

Dire que Millar propose ici un pur divertissement est un doux euphémisme. Il faut toutefois s’accorder sur la définition de divertissement. Si cela consiste à s’intéresser à deux adolescents proches de zéro en termes de maturité afin d’assister :
- à leur prise de possession de la maison pendant les congés des parents pour y régner en maîtres grâce à la carte de crédit qui leur a été laissée, le libre accès au bar et à la cave, profitant de cette opportunité pour multiplier les conquêtes d’un soir,
- puis à la course poursuite à travers chaque pièce et le jardin pour échapper à la correction promise par le retour des autorités (si peu prévisible),
alors vous avez des chances d’y trouver votre compte. Par contre, si vous souhaitez lire une aventure avec une épaisseur, tant au niveau du contexte que des personnages, passez votre chemin. Il n’y a ici qu’une succession de scènes écrites pour décrocher une adaptation cinématographique. Effectivement, il est facile de percevoir le blockbuster potentiel qui pourra être tiré du scénario : d’un côté, des héros beaux gosses, aussi balaises physiquement qu’intellectuellement, à l’attitude fanfaronne et insolente mais cool ; de l’autre, des séquences spectaculaires où, par exemple, des légionnaires romains côtoient des samouraïs montés sur un char blindé et qui permettront de multiplier des effets spéciaux tous plus « trop bien » les uns que les autres pour cacher la vacuité de l’histoire.

Ce qui est sûr, c’est que cela se lit facilement : aucune analyse des conséquences à modifier la trame du passé, aucun réel enjeu ni surprise. Heureusement que tout cela est mis en images par Sean Gordon Murphy qui, s’en pour autant livrer sa meilleure prestation, a suffisamment de talent pour proposer un visuel attractif permettant d’aller au bout du bouquin. Une nouvelle fois, l’apport à la colorisation de Matthew Hollingsworth est à souligner, tant il sait mettre en valeur le trait si caractéristique de Murphy.

À défaut de le remonter, l’album fait passer le temps sans agresser les méninges, mais une question demeure : ce dessinateur surdoué trouvera-t-il un jour un scénario à hauteur de son talent ?

Par O. Vrignon
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Chrononauts
1. Vol. 1

  • Currently 3.15/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.2/5 (13 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 04/11/2020 à 14:04:51

    Le thème des voyages dans le temps est assez fascinant dans la mesure où des théories scientifiques admettent que cela pourrait être plausible. Pour autant, nous savons tous que cela n’existe pas à moins de considérer les OVNIS comme des voyageurs temporels qui disparaitraient aussitôt repéré afin de ne laisser aucune trace susceptible de modifier notre futur.

    Ce one-shot joue véritablement avec les codes. C’est une bd qui ne se prend pas au sérieux. Ainsi, on verra apparaitre une armée de type guerre du Viêt-Nam dans le désert de Samarkand en l’an 1510. Il est vrai qu’avec cela, les hordes de mongols n’ont qu’à bien se tenir !

    L’absence de toute vraisemblance aurait pu me braquer mais c’est le divertissement qui prime car les auteurs ont assuré tant bien que mal.

    sebastien01 Le 05/09/2019 à 07:31:43

    Un grand scénariste (Mark Millar) et un grand dessinateur (Sean G. Murphy) s’associent pour réaliser un grand n’importe quoi sur le thème du voyage dans le temps (Chrononauts 2015, #1-4).

    Deux scientifiques – un tantinet irresponsables – inventent une combinaison pour voyager dans le temps, le premier voyage se passe évidemment mal et c’est le début d’une course-poursuite déjantée et à toute allure à travers les époques. L’occasion de nous offrir une succession de scènes plus improbables les unes que les autres (zigzaguer entre les dinosaures, offrir un crucifix à Jésus, jouer du bazooka au Moyen-Age, filmer les fesses de Christophe Colomb, etc.).

    Il y a certes un maigre scénario mais il ne s’agit clairement que d’un prétexte pour faire voyager nos deux dingues et leur faire vivre de folles aventures, tous flingues dehors, à bord d’une DeLorean. Car Chrononauts est à n’en pas douter une célébration du trentième anniversaire du film "Retour vers le futur" sorti en 1985. A la différence près que nos deux voyageurs temporels s’amusent à semer la zizanie sur leur passage. L’histoire est très divertissante et superbement illustrée (c’est typiquement le genre de registre dans lequel Sean G. Murphy est à l’aise). En un sens, ce comics tient donc bel et bien sa promesse. Cependant, il s’agit plus d’un délire étiré sur une centaine de pages que d’une bonne histoire ; sans renier le grand spectacle, il aurait été pertinent d’y intégrer un élément de réflexion, même minime, par exemple sur les conséquences de tels agissements irréfléchis dans l’Histoire.

    Une suite, Chrononauts: FutureShock, est annoncée pour la fin de l’année ; malheureusement sans son meilleur atout, Sean G. Murphy, occupé par d’autres projets.

    Stunfy Le 05/08/2018 à 14:55:44

    L'article illustré sur mon blog : https://stunfy.wordpress.com/2018/08/05/review-chrononauts/

    C’est en apprenant le chantier du film Chrononauts que je me suis rappelé avoir un jour acheté cette mini-série sur un coup de tête à la seule vue de sa couverture. L’association de Mark Millar et de Sean Murphy sur un buddy-comic spatio-temporel avait tout pour me séduire. Et pourtant…

    Chrononauts, mini-série de 4 épisodes au nom imprononçable, nous présente les aventures temporelles du Dr. Corbin Quinn et du Dr. Danny Reilly. L’un est un brun, l’autre blond et tous les deux sont aussi bodybuildés qu’intelligents. Après plusieurs années de recherche, ils ont enfin réussi à développer des tenues leur permettant d’effectuer des sauts temporels et décident d’aller filmer l’arrivée de Christophe Colomb en Amérique. L’événement est médiatisé et suivi par des millions de terriens lorsque l’irréparable se produit. Au cours de son saut, le Dr. Quinn est dévié et se retrouve propulsé dans l’Ouzbékistan de 1504 jusqu’à ce que le Dr. Reilly soit envoyé pour le chercher. S’ensuivent alors les péripéties habituelles de voyageurs temporels et les conséquences qui les accompagnent.

    Comme prévu, le travail de Sean Murphy (The Wake, Punk Rock Jesus, Tokyo Ghost) est remarquable. Les environnements sont variés autant temporellement que géographiquement et lui permettent d’exprimer son plein potentiel. La patine appliquée aux couleurs par Matt Hollingsworth (déjà présent sur The Wake) donne un effet vieilli aux planches qui rend le tout très agréable à lire.

    Malheureusement, c’est un Mark Millar en demie-teinte que l’on retrouve aux commandes du scénario. Ses personnages sont très peu crédibles à l’image de ses deux scientifiques surdoués qui semblent se transformer en gamins flambeurs et l’accumulation. Le voyage temporel devient un prétexte aux coups de coude dans les côtes du lecteur qui se retrouve écrasé par de nombreuses références historiques. Pour autant, les conséquences des actions de nos héros ne sont que trop peu abordés à l’exception du dernier segment où celles-ci deviennent subitement le cœur du récit.

    En effet, toutes les situations problématiques sont désamorcées en un rien de temps et on en craint jamais pour nos deux héros. Le voyage dans le temps lui même n’est pas crédible, il est ici un gimmick dont le scénariste se sert à loisir sans le contrebalancer et lui donner une véritable puissance. Cela explique que le récit pêche dans le dernier segment qui se veut moralisateur et touchant mais qui manque cruellement d’humanité.

    Chrononauts rattrape l’inconsistance de ses personnages par des dessins riches et chatoyants pour nous livrer un récit punchy et débilou. Si vous cherchez un comic book de science fiction aux personnages attachants, passez votre chemin. A l’inverse, si vous préférez un défouloir sans prise de tête aux illustrations léchées, il est possible que Chrononauts vous séduise. A l’instar d’un film Marvel, cette mini-série est un agréable moment sans grande conséquence. Et c’est peut être ce que sera son adaptation, tout juste un bon film popcorn.

    biggyjay Le 05/11/2016 à 23:48:24

    La raison de cet achat tenait en 2 mots, ou plutôt 2 noms : Millar & Murphy.
    Millar car ma dernière lecture de lui était Jupiter's Legacy et que ça m'a bluffé ! Erreur... Le scénario de ce bouquin est bien mais il va mille fois trop vite et au final, l'histoire n'apporte rien au lecteur. C'est un comics à l'image de certains blockbuster au cinéma : on les regarde en se demandant tout au long du film quand l'événement marquant va arriver et arrive la fin et l'assurance de ne plus revoir ce film. C'est simple : après la lecture de ce comics, le scénario et les personnages ne m'inspirent rien, hélas.
    Côté dessin, c'est du Sean Murphy avec les codes de Sean Murphy (la DeTomaso héhé), c'est vraiment très bien dessiné mais selon moi le dessin des personnages principaux manque d'éclat. +1 pour le dessin, car il relève le niveau.
    Comme l'auteur du commentaire précédent, je retiens la scène de fin du chapitre 1 à Samarkand mais aussi la visite temporelle de Corbin au début du Chapitre 2, et... c'est tout.
    Amis lecteur, il existe plein d'autres bonnes BD à cette époque pour que tu ne te perde (trop longtemps) pas dans celle-ci ;-)
    De Mark Millar, j'ai préféré Jupiter's Legacy et de Sean Murphy, Punk Rock Jesus, un Chef d'œuvre !

    Damienandcoinc Le 04/10/2016 à 21:05:01

    Je viens de lire le tome 1.

    Il ne va même pas entrer dans ma bibliothèque...

    Les auteurs ont fait, amha, n'importe quoi certes (ça, c'est permis et même recommandé en SF) mais surtout, ils ont fait ça n'importe comment à mon sens... Et ça, j'ai vraiment de plus en plus de mal à la supporter...

    Je suspecterais même que ce bouquin n'a été conçu que pour caser quelques "fantasmes" bien cools des auteurs (comme les samourais faisant les cons sur un char de combat) ou pour la course poursuite à travers le temps..

    Bref, c'est pour moi une BD type "bad blockbuster" : on focalise tout sur l'image (très belle) et le scénario tient sur une feuille de cigarette (recto)... Bref, ca va vite parce que "hé coco, faut du rythme", les personnages sont stéréotypés au possible, on sait au moins 60 pages à l'avance ce qui va se passer dans la suite de l'aventure (genre pour l'ex-femme du héros principal ; pour le général de Samarcande ou pour la réaction du mafioso), le fil de la narration ne présente que des situations clichés et des retournements de situation bateau et téléscopés et le lecteur doit tout gober sans se poser de questions ("en fait, il vaudrait mieux pas qu'il s'en pose) et à la fin... Happy end !!!

    Bref, je n'ai (vraiment) pas aimé et ce n'est pas le dessin de Sean Murphy qui sauvera ce bouquin à mes yeux... Pas quand j'ai un Tokyo Ghost à côté de moi, dans la bibliothèque... Et d'ailleurs, la seule chose à sauver pour moi dans ce bouquin, c'est la double page de la charge des mongols à la fin du chapitre un...

    C'est maigre pour 15€...