Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L ors de l’été 1839, à Nantes, le jeune Jules Verne, qui aspire à des expéditions au long court, s’introduit sur un navire à quai. Il est alors le témoin de la livraison par le capitaine d’un mystérieux objet à un commanditaire qui entend garder le secret sur l’existence de ce qu’il qualifie de fabuleux instrument. Vingt-huit ans plus tard, monsieur Verne se trouve à Paris pour rencontrer son éditeur lorsqu’il est rejoint par son frère. Celui-ci le convainc de partir sur le plus grand paquebot du monde qui doit appareiller de Liverpool pour l’Amérique afin d’assouvir ses rêves d’enfant. Jules ne se doute pas que cette décision va rouvrir une blessure intime et l’entraîner dans l’inconnu.

Esther Gil a choisi de plonger le célèbre romancier dans une aventure qu’il aurait pu écrire. Ce démarrage est l’occasion de faire connaissance avec le personnage. Après quelques pages consacrées à un évènement vécu durant son enfance, le curseur se pose sur un homme établi, marié, père et écrivain reconnu. La scénariste s’attache ainsi à décrire la psychologie du héros ainsi que quelques éléments de l’univers dans lequel il évolue.

Si ce dernier point est loin d’être désagréable, c’est tout de même ici que le bât blesse. Car les épisodes sur les travaux urbains d’Haussmann ou la description des caractéristiques techniques du Great Eastern (détails véridiques) sur lequel Jules Verne s’apprête à traverser l’Atlantique occupent un espace important. Tant et si bien que l’intrigue prend quelque peu corps seulement dans les dernières pages de l’album et ce sans que beaucoup de matière ne soit livrée. Une pagination plus conséquente aurait été nécessaire pour rétablir l’équilibre après ce long passage introductif.

Heureusement, la prestation de Carlos Puerta atténue ce ressentiment. Si son style « photo réaliste » peut parfois gêner au niveau des visages et des postures un brin rigides, sa méticulosité sur les décors est impressionnante. S’y associe un travail considérable sur les couleurs et la lumière, permettant aux atmosphères de prendre vie et de baigner le lecteur dans des fresques immersives contribuant pleinement à la narration.

Quelque peu déséquilibré, ce premier épisode constitue néanmoins une introduction agréable. Il est tout de même à souhaiter que la suite de ce diptyque puisse corriger ce problème de consistance sans pour autant sombrer dans l’excès inverse.

Par O. Vrignon
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Jules Verne et l'Astrolabe d'Uranie
1. Tome 1/2

  • Currently 3.91/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.9/5 (11 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    duncan89 Le 25/03/2017 à 12:11:52

    Plutôt mitigé après lecture...

    je reconnais le talent technique de carlos puerta sur cette album, mais ce coté photo-réaliste maîtrisé m'a donné l'impression de lire un roman photo. Cela manque de dynamisme et cela contribue à rendre le récit lent et lourd.

    Car justement coté histoire il ne se passe pas grand chose, on observe une longue mise en place des personnages et de l'intrigue avec sur la fin un coté mystique/mystérieux plus appuyé histoire que l'on lise le tome 2.

    La colorisation est terne et n'aide pas sur ce point non plus.

    IL va vraiment falloir densifier le tome 2 pour justifier le nom de la muse grecque de l'astronomie évoquée dans le titre...

    meuillot Le 25/10/2016 à 12:32:47

    Quand on évoque le nom de Jules Verne on s’évade spontanément en pensant à ses romans issus des Voyages extraordinaires. Dans le monde de la bande-dessinée, ses œuvres ont été fréquemment revisitées. Que vont bien pouvoir apporter de plus Esther Gil & Carlos Puerta dans ce nouveau diptyque ? Dans ce premier tome de Jules Verne et l’Astrolabe d’Uranie , les premières planches relatent l’enfance du futur grand écrivain français. On comprend alors que les auteurs vont se démarquer en s’intéressant à sa vie.

    Frustré par une trame qui laisserait sur sa faim sur ce mystérieux Astrolabe ? Gêné par quelques visages dits "figés" (ou plus précisément, immortalisés comme une photo prise sans retouche...) ? Aucunement !

    Tant le dessinateur éblouit nos yeux avec son trait qui, si on l’a vu une fois, devient tellement identifiable. Pour Jules Verne et l’Astrolabe d’Uranie, il met un point d’honneur à reproduire les décors, éléments, structures, bateau tels qu’ils existaient au XIXe siècle (cet effort se vérifiait déjà dans dans Baron Rouge). On sait, en outre, qu’il aime ajouter ce côté fantastique (déjà appréciable dans Adamson). Pour cet album, il y a des passages formidables d’intensité comme la tempête en mer ou l’attaque des indiens. Chaque case de C. Puerta mérite qu’on s’y attarde. Il joue également avec le lecteur en dessinant quelques célèbres acteurs de cinéma…

    Tant la scénariste Esther Gil (qui l'avait déjà démontré avec Victor Hugo : aux frontières de l’exil) prouve son aisance à jongler entre le fictif et le véritable.

    Dans Jules Verne et l’Astrolabe D’Uranie, on y trouve ce respect envers l’Histoire. L’auteur utilise des faits avérés pour y greffer des doutes, des suppositions qui amènent naturellement à de nombreuses péripéties. Ici, E. Gil pose les bases avec une anecdote sur Jules Verne enfant. Puis elle respecte au mieux l’époque dans laquelle l’écrivain s’épanouit : La ville parisienne qui se transforme, la Révolution Industrielle, la traversée sur ce célèbre bateau avec son frère, cet amour secret avec Estelle. Elle prend également plaisir à intégrer Hugo qui faisait parti de ceux qui inspiraient Verne. Ainsi, on observe ce dernier en pleine contemplation devant un poème du dramaturge romantique.


    Pour ce récit imaginaire parsemé de faits historiques et d’anecdotes authentiques, c’est, au minimum, un parcours découverte sur l’existence du romancier que nous proposent ses créateurs. Pour les plus avisés, ils constateront le travail minutieux fourni par un duo, sans aucun doute, passionné par leur sujet.

    Indispensable avant même la sortie du T2 !