Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Typhoon 2. Tome 2/2

06/10/2016 3191 visiteurs 7.0/10 (1 note)

U n matin de janvier 1943 à Bruxelles, un pilote de la RAF crible d'obus l'immeuble qui abrite la Gestapo. Préparée en secret depuis quelques semaines, cette mission n'avait cependant pas reçue d'autorisation officielle. Dans les décombres, les nazis retrouvent parmi les victimes un corps qui n'appartient pas à leur service. En effet, c'était un agent infiltré appartenant à la résistance. Mais qui était cet espion ? Dans cette seconde partie de dyptique, Jean, encore sous le choc d'avoir perdu son coéquipier Raymond, multiplie les erreurs et se remet en question. Comment rendre hommage à son ami et à Simon, ce frère qu'il a laissé derrière lui en territoire boche trois ans auparavant ?

Christophe Gibelin, à partir d'un fait historique authentique et de la vie de l'aviateur belge le Baron Jean De Selys Longchamp, invente une intrigue passionnante et cohérente. Par le biais d'une double narration, linéaire et épistolaire, le lecteur suit le cheminement des pensées de Jean. Ce procédé efficace permet ainsi de comprendre les motivations profondes qui ont poussé ce militaire à cet acte courageux certes, mais qui reste une insubordination ayant causé le démantèlement d'une organisation destinée à lutter contre l'ennemi allemand. Donc, un bien ou un mal ? Chaque action a ses conséquences, ce tome le démontre clairement en opposant le destin de deux êtres d'une même famille, mais à mille lieux l'un de l'autre.

Fan de machines volantes (voir sa précédente série Les Ailes de Plomb), l'auteur livre un très beau travail de reconstitution de la base et de cet avion, considéré comme l'un des meilleurs chasseur-bombardier de la Seconde Guerre mondiale, le Typhoon. Au sol ou dans les airs, dans les scènes de combat ou lors de ballets aériens, il se dégage, grâce à la mise en page et au cadrage audacieux, fluidité et dynamisme. Dommage que les personnages ne bénéficient pas de la même aisance, car leurs visages manquent de distinction. Il n'en reste pas moins que le trait relativement fin et le graphisme épuré, notamment sur les décors, mettent en valeur les éléments importants. Le tout est mis en couleurs dans des camaïeux doux de gris et sépia, rehaussé au besoin de touches dans des tons plus vifs.

Voici une bande dessinée autour de l'aviation mais pas que, car elle sort du lot grâce à une construction narrative originale (voix off manuscrite), une exploration psychologique captivante du héros, un scénario solide et un dessin qui va à l'essentiel.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Typhoon
2. Tome 2/2

  • Currently 3.67/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.7/5 (9 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Saigneurdeguerre Le 12/01/2020 à 18:44:25

    Avril 1942, Angleterre.

    Un avion léger Lysander se pose. A son bord, le capitaine de Seys qui apporte des nouvelles fraîches de Belgique où il dirige un réseau de résistance.


    Critique :

    Comme mentionné dans le premier volume, je ne suis pas fan des dessins des personnages, les nez m'indisposent, n'est pas Cléopâtre qui veut. Heureusement, les avions sont beaucoup plus réussis. On voit tout de suite quelle est la passion de Christophe Gibelin. Un autre aspect très dérangeant, ce sont les changements de lieux, sans aucune précision, dans la même planche… Il y a de quoi se perdre. Je n'ai jamais aimé les puzzles fussent-ils en bandes dessinées.

    Une fois encore, je manifeste mon regret de voir cette BD s'éloigner de l'histoire de Jean de Selys dont elle s'inspire pour l'essentiel : le mitraillage du siège de la Gestapo de Bruxelles.
    A cela, l'auteur ajoute la découverte parmi les victimes d'un faux officier allemand, ce qui va permettre à la Gestapo de remonter un réseau de résistants et de les arrêter… Personnellement, j'ai toujours eu du mal à croire qu'un résistant, même déguisé en officier allemand, se balade dans le siège de la Gestapo avec la liste des membres de son réseau… Fera-t-on un jour toute la lumière sur cette affaire qui, je pense, n'est qu'une belle légende ? le baron de Selys a été rétrogradé pour désobéissance et pas pour la perte de ce pseudo espion…

    Pourtant, Jean de Selys Longchamps est réellement un aventurier d'une trempe exceptionnelle. Il suffit de suivre son parcours depuis le 10 mai 1940 jusqu'à son décès le 16 août 1943, au retour d'une mission sur Ostende. Il s'écrasa à l'atterrissage à Manston et fut tué.

    Le Typhoon n'est redoutable, comme chasseur, qu'en dessous de 3000 mètres. Mais c'est une plate-forme de tir exceptionnelle avec ses 4 canons de 20 mm auxquels venaient souvent s'ajouter 8 roquettes ne laissant aucune chance aux chars qu'il va massacrer en Normandie, surtout, offrant un appui remarquable aux forces terrestres. Il pouvait aussi transporter 2 bombes de 227 kg. C'est donc davantage un avion d'attaque au sol qu'un chasseur comme pouvait l'être le Spitfire. Les roquettes n'eurent qu'un faible taux de réussite à cause de leur imprécision (certains spécialistes parlent de 4% de tirs au but), cependant, leur effet psychologique fit que souvent les équipages abandonnèrent leurs blindés lorsqu'ils étaient attaqués par des Typhoon. Leurs 4 canons de 20 mm, eux se montrèrent terriblement efficaces contre locomotives et véhicules de toutes sortes. C'est surtout en Normandie que le Typhoon connut son heure de gloire. Les pilotes ne l'aimaient pas beaucoup à cause de ses pannes à répétition et d'un nombre élevé d'accidents.