Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Forçats 1. Dans l'enfer du bagne

08/09/2016 4667 visiteurs 6.5/10 (4 notes)

G uyane française, 1923. Cela fait plus de dix ans qu’Eugène Dieudonné, un sympathisant libertaire condamné pour un crime qu’il n’a pas commis, purge sa peine. Arrivé pour une série de reportages, le légendaire Albert Londres rencontre le détenu à plusieurs reprises. Alors qu’il se prépare à dénoncer les horreurs du bagne, il se prend d’amitié pour cet homme franc et certainement innocent.

Patrice Perna et Fabien Bedouel reprennent la formule de fiction historique qui avait si bien fonctionné dans l’excellent Kersten, médecin d’Himmler. En effet, les hommes, les lieux et une bonne partie des faits décrits dans Forçats se sont bien déroulés. En outre, le bagne de Cayenne et l’affaire Dieudonné ayant été largement médiatisés et documentés, le scénariste n’a eu que l’embarra du choix pour tisser son récit. Malheureusement, les nombreux retours en arrière et certaines scènes obligées, pour ne pas dire forcées comme la longue tentative d’évasion qui débute l’ouvrage, par exemple, rendent la lecture très inégale et presque confuse. Est-ce un récit d’aventure ? Didactique ? Militant ? Toujours à la frontière des genres, Dans l’enfer du bagne tangue d’un bord à l’autre, sans jamais se décider. La qualité d’écriture n’est pas en question, Perna maîtrise parfaitement son sujet, simplement, dans l’enthousiasme, il donne l’impression d’en avoir trop «mis» dans le cadre donné.

Le dessinateur a changé de plume et, dans une certaine mesure, de style pour montrer les affres de cette prison à la si terrible réputation. Le trait, plus dense et plus plein que dans ses albums précédents, rappelle agréablement Brüno ou même Philippe Berthet par moments. L’ambiance est constamment lourde et pesante, comme seul peut l’être le soleil brûlant à l’équateur. Les excellentes couleurs de Florence Fantini renforcent également l’atmosphère étouffante dans laquelle se débattent constamment les protagonistes. L’immersion est totale et très bien mise en scène.

Œuvre généreuse et angoissante, ce premier volume de Forçats impressionne au premier abord, mais peine à convaincre totalement sur la longueur. Il offre néanmoins un excellent témoignage sur d'intolérables pratiques carcérales pas si anciennes.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.5

Informations sur l'album

Forçats
1. Dans l'enfer du bagne

  • Currently 4.33/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (15 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    kurdy1207 Le 29/11/2016 à 08:48:46

    Porter la plume dans la plaie ! L’écrivain Albert Londres se rend en Guyane pour faire un reportage sans concessions sur le bagne. Il s’intéresse au forçat Dieudonné, déjà coupable de deux évasions, et injustement enfermé pour avoir appartenu à la bande à Bonnot. Ce qu’il nie ouvertement. Mais le destin va lui permettre d’effectuer une troisième évasion avec, bien malgré lui, Albert Londres. Mais nous en saurons plus dans le tome 2.

    La vie du bagne est décrite dans toute son horreur. Tous les principes de base de sa création sont bafoués par des hommes sans vergogne qui ne valent guère mieux que leurs détenus. Les humiliations par le directeur, les gardes ou les « portes-clés » qui sont les bagnards les mieux vus par la direction, sont le quotidien de ceux venus payer leur dette à la société. Cette BD relate de belle manière la vie au bagne bien avant l’histoire d’Henri Charrière dit Papillon.

    Si vous aimez l’univers graphique de Tyler Cross, rentrez à fond dans celui de forçats qui lui ressemble énormément. Fabien Bedouel, déjà dessinateur de « L’or et le sang », nous livre encore un super travail. Bravo l’artiste.