Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

La déconfiture 1. [Première Partie]

08/09/2016 4896 visiteurs 7.3/10 (4 notes)

F rance, 1940. Videgrain, estafette au 11e régiment, est séparé de son détachement. Perdu au milieu de la Débâcle, il erre à la recherche de son unité sur des routes encombrées de colonnes de civils fuyant l’avancée allemande. Cette fois, c’est la guerre, la vraie.

Plus de vingt-cinq ans après Exode, Pascal Rabaté rejoue la Drôle de Guerre dans La déconfiture. Le refrain est bien connu : face à la Blitzkrieg de la Wehrmacht, les forces françaises, aussi mal équipées que préparées, se font balayer en quelques semaines. Entre Robert Lamoureux et Jean Aurel, l’auteur du Linge sale dresse un portrait mi-amusé, mi-consterné d’une nation en pleine déroute. En bon conscrit, Videgrain tente de remplir son devoir du mieux possible, alors qu’autour de lui tout semble s’écrouler. Au fil de ses pérégrinations, il croise des soldats tout aussi perdus – géographiquement et moralement - que lui, des fuyards surchargés et pas mal de désolation.

À la limite d’un absurde digne de Samuel Beckett, les rencontres et les dialogues sont savoureux et toujours très réalistes. Le scénariste s’est documenté et ça se voit, sans heureusement, tomber dans le didactisme. Rabaté ne refait pas l’Histoire, à la place, il raconte et montre quelques individus égarés dans le chaos qui se remontent les manches pour faire ce qu’ils pensent juste.

Graphiquement, le dessinateur a choisi un style simple et d’une grande légèreté. Pas d’excès ou de fureur dans la mise en scène ni le découpage, tous les évènements – y compris les cadavres jonchant les bas-côtés - sont dépeints d’une seule et même manière très humaine, au travers des yeux du héros. Cette vision frontale et distanciée se révèle particulièrement efficace de par sa franchise. En effet, en évitant les effets de manche, l’artiste réussit à faire ressortir au grand jour les émotions de ses personnages, tout en mettant le lecteur face aux siennes : « Et nous, qu’aurions-nous fait alors ? »

Excellente relecture d’un épisode peu glorieux, La déconfiture pique là où ça fait mal et s’amuse quand il le faut. Suite et fin dans le deuxième tome.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.3

Informations sur l'album

La déconfiture
1. [Première Partie]

  • Currently 4.37/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.4/5 (19 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    voltaire Le 01/03/2019 à 16:03:24

    Brillant.
    Un soldat, Amédée, parcourt la France de l’exode à la recherche de son régiment. Dans cette France de juin 40, il est amené à rencontrer de multiples personnages, certains abjects, d’autres sympathiques, d’autres encore simples silhouettes d’un pays qui débine.
    C’est une guerre sans héroïsme, sans actions d’éclat mais au plus près de l’humain avec ses épisodes tragi-comiques ou absurdes. Le dessin en noir et blanc, bien que minimaliste, en dit long et créé une ambiance prenante que la justesse des dialogues renforce.
    Bref, c’est superbe, l’instantané vrai et cruel d’une armée et d’un pays alors en déroute.

    herve26 Le 03/03/2018 à 08:53:23

    Dans un style très épuré, Pascal Rabaté nous offre sa vision de la débâcle de 40 à travers le regard d'Amedée Videgrain, simple soldat désabusé.
    Ce premier volume se lit bien mais cela sent le déjà vu. Ce thème a maintes fois été traité au cinéma ( on pense évidement aux films de Robert Lamoureux -"la 7ème compagnie" ou encore à "jeux interdits" avec ce flot de réfugiés mitraillé par l"aviation allemande).
    Reste des dialogues bien troussés et percutants sur cet épisode qui traumatisa l'armée française.