Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

J ean-Paul Eid est surtout connu pour son personnage de Jérôme Bigras, protagoniste d'albums conceptuels à l'humour burlesque. Mais voilà qu'il abandonne la caricature pour raconter un drame familial où s'entremêlent deux récits. Il y a d'abord l'histoire de Rose, figure de proue d'un ensemble de trois musiciens qui tire le diable par la queue alors que meurent les boîtes de jazz montréalaises à la fin des années 1950. Les comparses se rendront à New York, puis à La Havane où le trio se désagrégera en pleine tourmente révolutionnaire.

Parallèlement et par petites touches, les auteurs présentent Victor Weiss, professeur d'anthropologie à Paris 8. L'enseignant est interpellé par la CIA qui lui apprend que ses restes ont été retrouvés dans les ruines des tours du World Trade Center. Ce sera pour lui le début d'une quête identitaire qui l'amènera de Paris à New York, puis jusqu'à l'arrière-pays québécois où il renouera avec des racines jusqu'alors inconnues.

Le rythme, un peu lent, donne aux auteurs le temps de bien installer l'action. Le dessinateur fait confiance à ses illustrations et n'hésite pas insérer de longues successions de cases muettes aux allures de plans-séquences. S'appuyant sur la convergence d’éléments en apparence disparates, le récit séduit par sa construction habile.

Les boites de jazz du siècle dernier ont inspiré Jean-Paul Eid, avec un changement complet de style à la clé, et ça lui réussit.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

La femme aux cartes postales

  • Currently 4.17/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.2/5 (6 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.