Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Homicide - Une année dans les rues de Baltimore 1. 18 janvier - 4 février 1988

13/06/2016 5135 visiteurs 7.3/10 (4 notes)

B altimore, Maryland, USA : 620'000 habitants, 240 meurtres par an, la brigade des homicides compte 36 inspecteurs.

Adaptation du livre éponyme de David Simon, Homicide est une plongée sans concession dans le quotidien auquel font face une poignée de policiers. Ici-bas, pas de poursuite endiablée, ni de fusillade ou de belles pépées, juste des rues sales et les cadavres des perdants de la société. Entre les exigences de la hiérarchie (des résultats et, surtout, pas de vague !) et les derniers lambeaux d'une conscience professionnelle qui s’effiloche au fil des affaires, les dossiers s'ouvrent et se ferment inlassablement, en laissant s'échapper qu'un mince filet de sang déjà séché.

Parfaitement en phase avec son sujet, Philippe Squarzoni (Saison brune), et Drac pour les couleurs, illustrent ces longues journées quasi-routinières avec un aplomb et un rendu glaçants. En effet, plutôt que de tenter de retranscrire exactement uniformes ou les lieux des crimes, le dessinateur a préféré synthétiser cet univers pour mieux en ressortir sa substantifique moelle. Le résultat, qui pourrait être perçu comme anonyme ou sans attrait, se révèle, au contraire, troublant de réalisme. Les journées (et les nuits) sont sans fin, les organismes à la limite de la rupture et les collègues à peine supportables, alors que le café a vraiment le goût de jus de chaussette !

En conservant une figure héroïque forte en gueule, Pierre Dragon et Frédérik Peeters (RG) n'avaient pas osé s'aventurer aussi loin. Dans L.627, Bertrand Tavernier avait utilisé l'humour pour se donner un peu d'air frais. Rien de tout cela dans Homicide. Les auteurs offrent un portrait ultra-naturaliste, aussi désespérant et qu'admiratif à propos des premiers rouages du système de justice américain. En cas de besoin, faites le 911.

Sur le même sujet :

Philippe Squarzoni présente Homicide.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.3

Informations sur l'album

Homicide - Une année dans les rues de Baltimore
1. 18 janvier - 4 février 1988

  • Currently 4.16/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.2/5 (25 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Hublot Le 12/03/2017 à 22:32:09

    Bizarre ! La forme narrative est originale, plutôt intéressante mais lassante a la longue. Le dessin est superbe. Après la lecture des 2 premier tomes je me dit que cela risque d'être long et sans fin.

    herve26 Le 09/11/2016 à 21:54:34

    Sans le jury auquel je participe pour désigner la meilleure bd de l'année, je n'aurai sans doute pas prêté une attention particulière sur cet album.
    Le spitch en quatrième de couverture souligne que ce récit policier est très éloigné des feuilletons américains que l'on connait. Je n'ai pas ressenti cette impression, au contraire. Au travers de ce documentaire en bd, j'ai retrouvé les stéréotypes des séries américaines policières: du policier chevronné et sage (Addario) au flic de terrain aguerri (Landsman), en passant par le pistonné (Pellegrin)qui se révèle un excellent enquêteur, rien de neuf sous le soleil de Baltimore.
    Le dessin de Squarzoni est très bon ,voire un peu froid.En prenant le parti d'une voix off quasiment tout au long du récit, l'aspect documentaire et froid est accentué.
    Bref, je suis sans doute passé à côté de quelque chose, mais en tout cas je n'ai pas envie de connaître la suite.

    judoc Le 10/09/2016 à 17:53:41

    Froide, sombre et glauque, cette BD difficile n’épargne rien au lecteur. L’ennuis et les difficultés (souvent insurmontables pour élucider ces nombreux homicides), corrodent méthodiquement et mécaniquement le moral des forces de l’ordre et laissent peu de place à l’espoir. Les affaires se suivent et se ressemblent, les relations entre collègues sont souvent nauséabondes et ces policiers "ordinaires" tout(s) proche(s) du gouffre.