Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Platinum End 1. Tome 1

02/06/2016 5075 visiteurs 7.0/10 (1 note)

L a fin. En se jetant du haut de la tour voisine, Mirai a choisi de mettre fin à son calvaire. La chute de l’adolescent est cependant stoppée par un ange « venu pour le rendre heureux ». La jolie créature à l‘allure juvénile lui attribue alors des facultés qui lui permettront d’influer sur son entourage. Peu convaincu, le garçon utilise pourtant la « flèche de l’ange » pour éclairer d’un jour nouveau la disparition tragique de ses parents. L’insistance de l’alliée ailée à le voir user de ces pouvoirs devient suspecte : est-il le jouet d’une manipulation ?

Après la parenthèse Bakuman, rideau levé sur les coulisses de l’édition par l’intermédiaire de deux apprentis mangakas, Tsugumi Ohba et Takeshi Obata reviennent au mode fantastique, si bien exploité dans le populaire et addictif Death note. Impossible d’ailleurs de ne pas tisser quelques analogies entre cette série au succès fracassant et leur dernière création. Ni de formuler quelques questions une fois la lecture du premier volume achevée. En terme de duos – attelage privilégié des auteurs -, comment ne pas voir dans le binôme Mirai / Ange une forme de négatif au sens photographique de Light / Ryûk ? Les thèmes de la manipulation et de l'incarnation de la main de Dieu (a fortiori si celui qui remplit le rôle n’a pas atteint la maturité) sont-ils source intarissable d’inspiration ? L’utilisation de dons surnaturels n’a-t-elle d’intérêt scénaristique que si elle est dévoyée ? Le registre de la compétition n’est-il pas une facilité pour faire monter la pression et dévoiler le profil d’adversaires au fil des tours d’une forme particulière de tournoi ?

Les trois premiers chapitres laissent plus interrogatif que véritablement critique. La mise en place est soignée, les repères et autres stéréotypes identifiables (tel que l’opposition entre la droiture modèle du jeune héros et le comportement coupable de ses adversaires), la palette des sensations recherchées suffisamment large (compassion, curiosité, tentation de se « mettre à la place de », excès libidineux, débordement gore). D’un point de vue graphique, le niveau de détails impressionne parfois, la dichotomie entre environnement ordinaire et univers cosmique fonctionne, tandis que certaines créatures semblent profilées pour finir en statuettes ou défiler dans quelques artbooks à feuilleter d’un doigt et d’un œil légers.

À ce stade, difficile d’avoir un avis tranché. La confiance accordée aux auteurs n’est pas entamée ; toutefois, le fait qu’ils demeurent sur un terrain de jeu qui leur est très familier, mêlé à la forte tentation de jeter des ponts avec leurs séries précédentes qui en découle, privent de la sensation de véritable découverte. Fort heureusement, l’ultime vignette pique à vif la curiosité au point de rendre urgente l’envie de connaître la suite. Du vrai travail de pro.

NB : pour les impatients qui ne souhaitent pas attendre la parution du volume suivant en librairie, signalons que Kazé propose la lecture de chaque nouveau chapitre, simultanément à sa parution japonaise, sur une dizaine de plateformes légales.

Par L. Cirade
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Platinum End
1. Tome 1

  • Currently 3.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (8 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 30/08/2020 à 20:22:02

    Death Note a fait partie de ces séries de mangas qui m’ont particulièrement marqué et qui m’ont donné envie d’en découvrir d’autres du même acabit. Je n’ai pas connu l’engouement de la fameuse série Monster mais j’ai participé à celle de Death Note qui était plus récente. Voilà que l’auteur revient avec une nouvelle série qui s’avère assez prometteuse.

    Verdict ? A la lecture, j’ai quelques fois été énervé par des facilités scénaristiques qui m’ont paru assez gros comme une maison. On fait tout de suite le lien avec sa précédente série où le démon se transforme en un ange mais ce n’est pas pour autant qu’il est très catholique. L’ange pousse un peu à l’extermination mais c’est pour les besoins du scénario.

    Il y a un côté assez prenant avec un véritable cliffhanger final qui risque de changer toute la donne. Oui, c’est bon malgré toutes les faiblesses. On adhère assez rapidement à ce récit. Par contre, je pense que le lectorat sera assez divisé sur cette nouvelle série qui pourra apparaître comme surestimé. Il faut bien comprendre les mécanismes.

    En effet, l’auteur possède une sorte de talent pour amener progressivement les choses en les expliquant une à une de manière assez détaillée. Or, ce n’est pas forcément les scènes d’action qu’on va apprécier mais le cheminement. Moi, je suis fan. Alors, c'est forcément 4 étoiles pour l'une des meilleurs séries manga du moment.

    omoide Le 08/11/2018 à 23:08:27

    (4/10)
    Décor quasi-inexistant, personnages fades, scénario qui a du mal à convaincre. A la lecture, le 1ier tome de "Platinum End" ne peut que doucher les attentes de ceux qui ont connus le duo Ohba et Obata gràce à leur œuvre la plus maitrisée : Deathnote.

    A la fin de ce premier volume, tout juste peut-on se dire que les auteurs essayent de recycler une partie de la recette qui a fait leur succès : Mirai Kakehashi, lycéen candidat au suicide, accède à des pouvoirs divins (amour, mort, etc) après sa rencontre avec une créature divine. Ça vous rappelle quelque chose?

    Malheureusement, le déroulé de ce volume semble avoir été construit dans l'urgence. Tout comme les planches, où les personnages semblent flotter dans un monde éthérée, sans beaucoup de décor auxquels s'accrocher.

    Espérons que le 'cliffhanger' laisse envisager le 2nd volume sous de meilleurs auspices.