Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Stupor mundi

12/05/2016 12493 visiteurs 8.9/10 (8 notes)

C astel Del Monte, Pouilles, première moitié du XIIIe siècle. L'empereur Frédéric II de Hohenstaufen dit « Stupor Mundi » a rassemblé dans sa forteresse les plus grands esprits scientifiques de son temps. Le dernier à prendre possession des lieux, Hannibal Qassim El Battouti, a promis au souverain une invention fantastique. La jalousie des uns, les croyances des autres et des problèmes purement chimiques vont rendre la tâche du savant délicate et passablement dangereuse.

« Demain, nous œuvrerons pour la vérité et contre la bêtise du monde. » Les paroles que Néjib met dans la bouche de l'homme de science annoncent la couleur. Au-delà de l'intrigue en elle-même, Stupor Mundi se lit aussi comme une métaphore sur le rôle de la connaissance dans la société. Hannibal veut apporter à ses contemporains une découverte incroyable. En face de lui, les religieux - que ce soit les imams de Bagdad qu'il a dû fuir ou la Papauté qui voit d'un mauvais œil les inventions de ce Maure sulfureux - comme l'administration de son mécène, tous sont prêts à le manipuler à dessein. La comparaison est universelle et, malheureusement, toujours d'actualité.

D'une richesse narrative impressionnante, l'album ne s'arrête pas à ce seul propos. En effet, le scénariste évoque également la mémoire et la manière dont les souvenirs – les images - se fixent dans l'esprit. Houdê, la fille du héros, se bat pour retrouver une partie de son passé, particulièrement sa fuite désastreuse du Califat. Les multiples retours en arrière et les différentes évocations culturelles qui en découlent s'intègrent astucieusement et enrichissent admirablement le corps principal du récit.

Autre point fort de ce livre qui n'en manque vraiment pas, les pages baignent littéralement dans une atmosphère extraordinaire faite d'érudition et de savoir. Fin lettré, artiste, bretteur talentueux ou abbé savant, ces nombreux personnages secondaires qui hantent l'imposant château et ses alentours apportent corps et éclairages aux événements.

Ouvrage imposant tant par la taille que par le contenu, Stupor Mundi se révèle être une lecture passionnante qui devrait séduire tant les amateurs du Nom de la Rose que ceux du Triangle Secret. Jolie prouesse !

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
8.9

Informations sur l'album

Stupor mundi

  • Currently 4.51/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (47 votes)

  • Néjib
  • Néjib
  • 04/2016 (Parution le 08/04/2016)
  • Gallimard
  • 978-2-07-066843-4
  • 304

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    snip Le 19/05/2019 à 19:26:11

    Un récit captivant et une narration bien maîtrisée par l'auteur. De nombreux personnages se révèlent au cours du récit et apportent chacun des facettes et des lectures différentes. Il n'y pas un détenteur de la raison mais chacun voit le monde selon ses croyances et peut détenir sa part de vérité. On y trouve de la sagesse, de la politique, du cynisme, de l'amour. Une des forces du récit est garder toujours un pied dans la réalité de qui possède le pouvoir. Le dessin, même s'il sert la narration en étant assez dépouillé et expressif, reste pour moi trop laid et tremblant. C'est un partie pris et non un défaut, mais quand même, c'est vraiment pas esthétique.

    Tiburce2 Le 07/05/2018 à 09:52:47

    Original et intelligent, ce qui fait deux bonnes raisons de le lire.
    L'histoire : nous sommes au la fin du Moyen Age et suivons un grand savant arabe qui vient en Europe dans un chateau où se rassemblent les plus grands savants pour bénéficier du financement de l'Empereur. Entre quête scientifique, religion, inté rêts politiques, secrets personnels, le récit est précis, ciselé, et m'a très vite emporté.
    Le trait, qui semble au départ un peu hasardeux s'avère très lisible, et étonnamment expressif. Je suis rentré très viote dans l'histoire et l'ai lu presque d'une traite, avec plaisir (à noter qu'il n'y a aucune longueur, ce qui appréciable vu les 304 planches).
    Bref, une belle surprise, un beau moment de lecture et de découverte, et un zeste d'intelligence.
    4/5

    KrazyKat Le 25/03/2018 à 12:09:26

    Un petit bijou !
    Une très bonne surprise et une des meilleures lectures BD des dernières années.
    Indispensable à toute bédéthèque qui se respecte !

    MediathequeMonaco Le 30/10/2017 à 11:25:32

    Cette bande dessinée est un conte moderne et pourtant l’histoire se passe au XIIIème siècle… Ne chercher aucune vraisemblance, car tout est vrai… La stupeur du monde, le prodigieux transformateur des choses, « Le soleil du monde s'est couché, qui brillait sur les peuples, le soleil du droit, l'asile de la paix »…
    Oui, ce texte est codé, car cette bd nous parle de savoir, de civilisation, de lutte contre l’obscurantisme, sous la forme du conte avec une mise en page et un graphisme d’une créativité exceptionnelle. Une des meilleures bandes dessinées de l’année.
    Nathalie

    Hellzed Le 14/10/2017 à 21:08:24

    Stupor Mundi fait partie de ces albums dont je me suis bigrement délecté en ne connaissant rien de leur contenu, si ce n'est qu'il était censé être de qualité. Lorsqu'il y a concordance entre la surprise de la découverte -cette exquise sensation d'avancer en terre inconnue- et qu'au fil des pages la qualité supposée se vérifie, on est alors le plus heureux des lecteurs.

    Je ne connaissais rien de Néjib et j'en connais à peine davantage à la clôture de son rejeton. Mais il est certain que ce franco-tunisien a de l'or au bout des doigts. Son sens du découpage, du rythme (et donc des ellipses), de la narration et plus largement de l'écriture pourrait sans peine être comparé aux premiers pas du Blain d'Isaac le Pirate qui s'était lui même abondamment nourri de son expérience avec David B. (les Ogres). Sauf qu'en plus de tenir la comparaison, Néjib se permet déjà d'aller voir plus loin et plus haut, comme si il avait déjà acquis la maturité, tant dans le dessin que dans les propos. Comme si il avait déjà fait de la BD depuis des années et digéré ses codes et ses considérables possibilités de mise en scène pour l'injecter dans cette histoire de moines, de rois et de savants.
    Le dessin enlevé qui va droit au but, encore plus incisif parfois que certains cadors du style "jeté" (Sfar, Blain donc, Trondheim..) et le plaisir infini de se cultiver tout en fluidité, sans jamais que le discours scientifique ne vienne miner le cheminement brillant du récit, font de ce Stupor Mundi un régal de lecteur et une belle réussite tout court.

    Vivement que Néjib se remette à sa table d'auteur, même si j'en conviens son boulot de directeur artistique chez Casterman doit être très prenant !

    biggyjay Le 19/01/2017 à 00:44:37

    Ce livre est plutôt original et rien qu'à ce titre, je ne regrette pas de l'avoir lu.
    Alors, on va aborder tout de suite le dessin, qui, selon moi, n'est pas censé être le point fort de l'album. La simplicité affichée est un parti pris et sais se faire apprécier au fil de la lecture.
    L'originalité de l'album réside dans le scénario et la force de l'album dans la narration et dans les personnages. On s'y attache très vite d'ailleurs. L'histoire se lit sans aucun temps mort jusqu'à la fin. Et là, à la fin, apparaîtra peut-être chez vous une petite frustration, rapport au devenir des personnages. Mais je respecte la fin voulu par l'auteur.
    Au final, cet album se lit très bien et est à classer tout de suite au rayon du top 10 de l’année.

    noubealitas Le 08/01/2017 à 12:54:16

    Gallimard n'est pas réputé pour sa production de navets. Même dans sa branche BD on y trouve des perles comme celle-ci, qui sont tout à l'honneur de ce prestigieux éditeur.
    Cette histoire est passionnante du début à la fin, menée de main de maître, puis-je dire, même si l'auteur est inconnu du grand public. Je le découvre d'ailleurs avec cet album.
    Le dessin est ce qu'il est, sans être rebutant, et largement convenable dans le sens où tous les personnages (pas si nombreux que ça, faut pas exagérer!) sont parfaitement distincts et reconnaissables au premier coup d’œil, ce qui n'est pas toujours le cas parmi les réputés faiseurs de "beaux dessins"... Non, non, je ne citerai pas de noms !
    La galerie de personnages est des plus intéressantes (Hannibal bien sûr, Houdè sa fille, el Ghoul, Roger, Balthazar...) et leur histoire à chacun s'imbrique superbement dans la trame générale.
    Et puis, s'il fallait une explication rationnelle à l'existence du Suaire de Turin, et bien en voilà une !!
    Super album, je recommande sans restrictions.

    Harzak Le 07/06/2016 à 11:47:04

    Original, à lire. Les premières pages donnent une impression désagréable, le lecteur est perdu devant tous les personnages, mais rapidement l'intrigue se met en place et le pavé se lit sans difficultés.

    yul56 Le 25/05/2016 à 17:35:38

    Pas d'accord avec le 1er avis mais cela engage que moi, j'ai eu peur au début du pavé en voyant tout les noms de personnages. Mais je me suis vite mis dans l'ambiance, du début à la fin...
    J'ai vraiment beaucoup aimé !!!

    bedeland Le 16/05/2016 à 11:40:16

    l histoire en elle meme est pas trops malet il y a quelques trouvailles mais la narration est poussive le rythme saccadé et le dessin mediocre le tout sur 284 pages ca fait quand meme beaucoup de defauts pour cet album