Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

La légèreté

18/04/2016 5883 visiteurs 7.3/10 (3 notes)

A bsorbée à imaginer, au fond de son lit, les quelques phrases qui signifieront la coda d'une liaison dont l'issue ne satisfera personne, elle est à la bourre le 7 janvier 2015. Un retard salvateur : elle n’est pas dans la salle de rédaction de Charlie hebdo lorsque les frères « Kichi » (qui vous en voudrait de les écorcher, fut-ce de manière symbolique ?) répandent la mort.

En deux temps, de juin à août 2015, puis en janvier-février 2016 – les attentats du 13 novembre survenus, Catherine Meurisse s’est penchée sur cet épisode appartenant désormais à la mémoire collective et, surtout, inscrit en elle. Comment éviter les banalités cruelles pour synthétiser cette expérience, vue de l’extérieur s’entend : disparition brutale d’amis-de complices-de mentors, perte du goût de faire ce qu’on aime, d’un point de vue créatif ou contemplatif ; incapacité (ou très faible faculté) à rebondir malgré l’appui précieux de ceux qui restent et qui tentent de vous épauler ; volonté de trouver refuge dans des valeurs (l’Art) ou des lieux qualifiés de « sûrs » (la nature, ceux liés à l’enfance ou propices à une retraite éventuellement régénératrice). Et que dire de ce parti-pris, a priori incongru, consistant à chasser l’horreur en s’immergeant dans la Beauté ?

Ni journal, en dépit des repères chronologiques laissés ici et là, ni méthode curative, malgré quelques notions psy abordées, ni réel « envers du décor », outre quelques anecdotes livrées de l’intérieur par une victime au statut particulier, ni pensum à la gloire de l’Art-tout-puissant, même on s’y est cru à deux doigts, La légèreté est un… récit qui se conclut par une heureuse nouvelle. La quête s’est faite par étapes, voire tâtonnements, empruntant des voies variées, comme en attestent le style et le ton choisis pour restituer les séquences ayant émaillé ce parcours.

Ce livre s’ouvre sur la pointe des pieds (expression idiote, soit dit en passant, la pulpe des doigts devant être un vecteur émotionnel plus performant…), de peur d’occuper un rôle de voyeur. Inutile de chercher à vivre une sortie de traumatisme par procuration, de chercher à se repaître de coulisses post-Charlie, plutôt découvrir la voie d’une « remontée en surface », parsemée de passages franchement drôles tels des sursauts au cours desquels la nature profonde de l’individu se redresse provisoirement. Il se referme, non pas soulagé, mais avec une forme de promesse en poche : l’auteure de Mes hommes de lettres et de Moderne Olympia et autres petits bijoux d’espièglerie, tant dans le ton que dans la forme, peut tourner une page. Fin de l’amnésie, de l’anesthésie émotionnelle. Retour des souvenirs, de l’envie, notamment celle de créer de nouvelles bandes dessinées (pour le dessin de presse, cela semble révolu). Le mieux, à coup sûr, serait de ne jamais être tenté de relire La légèreté pour savourer ses prochains albums, en particulier ce « projet sur mon enfance à la campagne – la campagne de mon enfance et le regard adulte que je porte sur elle. » Vivement !

Par L. Cirade
Moyenne des chroniqueurs
7.3

Informations sur l'album

La légèreté

  • Currently 3.29/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.3/5 (24 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 05/09/2020 à 19:37:46

    Je ne connaissais pas Catherine Meurisse mais j'avais déjà entendu son histoire de survivante de l'attentat de Charlie Hebdo qui ne relève non pas de la chance mais de la tragédie. Quand on échappe à une mort certaine, on est victime d'un syndrome terrible: celui d'être un survivant et d'assumer ce statut si particulier.

    Ce récit auto-biographique est une thérapie psychologique qu'elle nous livre sans aucune concession. On peut le voir comme le témoignage d'une dessinatrice de la bande à Charlie. C'est assez touchant et parfois très poignant. Elle livre également un bel hommage à ses compagnons qui étaient sa seconde famille. On pénètre véritablement dans sa psychologie qu'on ne peut que comprendre après tant d'horreur.

    Cependant, au-delà de cela, je n'achèteras pas cette bd que je trouve à classer dans une oeuvre trop intime et surtout trop triste malgré une fin tendant à aller de l'avant. L'auteure retrouvera sa légèreté et on lui souhaite que le meilleur pour l'avenir.

    Rody Sansei Le 08/01/2017 à 17:05:59

    On sent clairement que le bouquin fait office de thérapie pour cette personne touchée au plus près par ces évènements tragiques. Malheureusement, pour le lecteur que je suis, tout tombe un peu à plat (à part quelques planches ici et là). C'est au final une BD trop intimiste, où pas grand chose ne me parle. Au delà de l'ennui que j'ai eu à la lecture, je comprends le besoin d'écrire ou de dessiner pour faire sortir tout ce qu'on a sur le coeur. De là à l'éditer...

    kingtoof Le 25/08/2016 à 10:26:17

    Album de reconstruction après Charlie ou comment faire face suite à l'inacceptable, quand on pense avoir tout perdu...

    Hugui Le 31/07/2016 à 14:48:23

    Leçon de vie universel que le parcours de Catherine Meurisse après la tuerie de Charlie hebdo : C'est l'art et la beauté qui permettent de vivre. Avec l'amitié. Reste plus qu'à appliquer en se baladant dans la nature et en visitant les musées.