Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L'aile brisée

15/04/2016 8335 visiteurs 7.7/10 (3 notes)

« Et votre mère ? », c'est en étant confronté à cette question lors d'une présentation de L'art de voler (album narrant la vie de son père) qu'Antonio Atlarriba décida de s'intéresser à Petra, l'autre pan de ses origines. L'aile brisée était né, avec toujours l'excellent Kim aux pinceaux. Sous couvert d'une biographique familiale, l'auteur dresse également un double portrait de l'Espagne du XXe siècle.

Premièrement, il s'agit d'une histoire féministe, celle des « niggers of the world » comme chantaient Yoko Ono et John Lennon. De ces citoyennes n'ayant que des devoirs et pas de droit, dont le rôle se limitait aux tâches ménagères. Le tout sous « l'indulgence» de l'Église catholique qui veillait au grain pour éviter toutes tentatives d'émancipation. Il faudra bien des années à Petra pour oser timidement égratigner quelques règles morales afin d'améliorer son quotidien.

Deuxièmement, alors que la trajectoire de son géniteur était marquée par son engagement auprès des Républicains, L'aile brisée permet à Atlarriba de montrer l'autre camp, celui des Nationalistes de Franco. En effet, avant de se marier, Petra travailla comme gouvernante auprès du Général Juan Bautista, un des pontes du régime. L'image qu'en dresse le scénariste s'avère passionnante et étonnante. Sous la poigne de fer du Caudillo, différents courants idéologiques se rencontrent et conspirent dans la peur. Le mélange parfaitement dosé des genres - anecdotes privées et enjeux nationaux - donne une véritable ampleur à l'ouvrage.

Compagnon indispensable de L'art de voler, L'aile brisée se lit comme un roman d'aventures aux multiples ressorts dramatiques, tout en proposant une réflexion historique sur la place des femmes en Espagne et, plus largement, dans toute la société d'avant et après Mai 68.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.7

Informations sur l'album

L'aile brisée

  • Currently 4.52/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (27 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    pokespagne Le 15/08/2016 à 09:19:33

    En dépit de sa renommée, "l'Art de Voler" ne m'avait finalement qu'à moitié convaincu, principalement à cause du dessin trop appliqué et comme "contraint" de Kim. Je réalise, en refermant cette "Aile Brisée" à la lecture un peu fastidieuse, que c'est surtout la forme de la narration choisie par Altarriba, ce flux continu, uniforme, de scènes, d'informations et même d'émotions, qui coule sans rupture, sans même un véritable remous - alors que certaines situations sont quand même excessivement brutales, voire impressionnantes - qui empêche une véritable adhésion du lecteur à cette chronique complexe de la vie d'une femme du peuple dans l'horreur fasciste, machiste, de l'Espagne de Franco. Le refus - car je ne pense pas qu'il s'agisse d'incapacité, "Moi, assassin" prouvant que Altarriba sait conter des histoires complexes et profondes - de jouer l'émotion, au bénéfice d'une sorte de neutralité cotonneuse, d'une rapidité du passage d'un drame à l'autre, d'une époque à l'autre, déréalise complètement les situations et bride tout véritable attachement à des personnages qui pourtant ne sont pas que symboliques - même s'ils le sont, d'une certaine manière. "L'Aile Brisée" manque de la plus élémentaire respiration, et du coup, il manque aussi de souffle, alors que s'y joue clairement le destin d'une femme et d'une nation, toutes deux asphyxiées par la chape de plomb d'une culture ignoble (car, sans racisme aucun, on ne dit pas assez combien la "culture traditionnelle espagnole" est rétrograde, profondément primitive et brutale) et d'un fascisme abject. Le meilleur du livre tient d'ailleurs dans ces hypothèses, atroces, sur le nettoyage politique effectué par les franquistes dans leurs propres rangs après (longtemps après) leur victoire, le récit possible d'événements que l'histoire officielle de l'Espagne fait toujours mine d'ignorer. Par contre, s'il y a un échec vraiment cuisant dans cette "Aile Brisée", c'est bien le fait que Altarriba n'arrive jamais à traiter ce qui devrait être le "trou noir" le plus vertigineux de l'histoire de sa mère, l'aveuglement de ses proches par rapport au handicap de celle-ci : il y avait là le plus beau sujet qui soit, mais l'auteur n'a visiblement pas su comment l'approcher, se contentant d'en faire un élément un peu anecdotique en début et fin du livre, alors que le plus grand mystère résidait sans doute là.