Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Contrecoups Contrecoups - Malik Oussekine

14/03/2016 3826 visiteurs 8.0/10 (1 note)

A lors qu’il remet le corps sans vie de Malik Oussekine à l’Institut Médico-Légal, l’ambulancier a ces mots : "La machine à réécrire l’Histoire est en marche". Peut-être, toujours est-il que la version édulcorée servie dans un premier temps n’aura pas fait long feu. Aujourd’hui, c’est bien la notion de bavure policière qui reste attachée à cette funeste affaire. En marge des manifestations étudiantes de décembre 86, Malik Oussekine, vingt-deux ans, est tabassé à mort par la police, plus précisément par des membres du peloton voltigeur motocycliste. Cette unité, mise en selle après les événements de mai 68 pour disperser les manifestations, est composée de binômes qui se déplacent au moyen de deux-roues et dont le passager est muni d’une longue matraque.

Trente années plus tard, lorsque les auteurs conçoivent ce livre, Contrecoups, leur démarche n’est pas d’enquêter sur une évidence, mais d’essayer de rendre perceptible ce qui s’est passé durant cette nuit de décembre 1986, de lui conférer une réalité que le lecteur puisse s’approprier. Pour ce faire, ils vont construire leur récit à travers les trajectoires d’une dizaine de personnages dont le destin va être lié, de près ou de loin, le temps d’une soirée, à celui qui sera au mauvais moment, au mauvais endroit, avec les mauvaises personnes : Malik Oussekine (1).

Laurent-Frédéric Bollée, appuyé en cela par le dessin de Jeanne Puchol, résolument ancré dans l’époque, évoque l’air du temps (le journal Pif Gadget, le SIDA, l’émission Apostrophe…), donne un contexte. Tout comme dans sa bande dessinée Charonne - Bou Kadir, dont le point d’orgue est la soirée du 8 février 1962 - autre date tristement célèbre concernant les débordements des Forces de l’Ordre -, Jeanne Puchol alterne les ambiances à bon escient, notamment grâce à un art consommé du cadrage qui renforce la puissance des scènes où tout s’accélère, où la violence s’empare de l’humain, plaçant ainsi le lecteur en témoin ; mais pas seulement.

Dans son propos introductif, Laurent-Frédéric Bollée a écrit "Nous avons recréé la réalité pour mieux exposer ce fait divers qui a valeur de symbole - pour tenter d’en démonter les mécanismes, les ressentis, les blessures intimes". Sur ce point, la multiplicité des regards (étudiants, policiers, médecins légistes, ambulanciers, anonymes…) constitue un prisme remarquablement efficace. D’une part, parce que leur nombre légitime le fond de ce qui est narré (c’est précisément ce qui fait la force des reportages de Joe Sacco ou, pour sortir du seul cadre de la bande dessinée, du film Shoah de Claude Lanzmann). D’autre part, parce que cette diversité des points de vue permet d’embrasser ce drame sous ses différents aspects. Ainsi, les auteurs mettent en lumière les limites des visions des différents acteurs de pareils événements, chacun étant cloisonné dans sa fonction, son rôle. Toutefois, c'est en confrontant ces parcours qu'ils ont construit leur fiction et lui ont conféré sa vérité, une vérité indéniablement ancrée à proximité du vrai (Degas parlait de donner une idée du vrai avec du faux).


1/ Il ne sera pas le seul, cette même soirée de décembre 1986, Abdel Benyahia, un algérien de 19 ans, est tué dans un café par un policier ivre qui n’était pas en service. Pendant 48 heures, aucune information ne filtrera sur cette affaire.

Par F. Mayaud
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Contrecoups
Contrecoups - Malik Oussekine

  • Currently 4.71/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.7/5 (7 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.