Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

C e devait être une mission - presque - de routine. Un commando américain d’une dizaine d’hommes débarque sur une île au large de la Nouvelle-Guinée en 1943. Bien sûr, ils s’attendaient à tout : des japonais embusqués et armés jusqu’aux dents, une faune sauvage et hostile, un climat à ne pas faire coucher un zombie dehors… Un zombie ? C’est justement ce à quoi ils vont faire face et il n’y en a pas qu’un, mais une multitude prêts à mordre tout ce qui ressemble de près ou de loin à de la chair fraîche. Parmi les rescapés, le Caporal Joseph Grégovitkz essaie de sauver sa peau et découvre également le secret de l’origine des morts-vivants.

Pour les férus d’Histoire, l’Unité 731, sous titre de Black Sands, évoque forcément quelque chose. Il s’agit d’un programme d’expérimentation mené par des chercheurs japonais sur des cobayes humains avec pour finalité de fabriquer quelques virus pouvant servir d’armes bactériologiques. Tiburce Oger s’est très librement inspiré de ces faits historiques pour construire un scénario dans un genre survival angoissant et sanglant. Chapitré en trois parties, le récit est habilement mené. Au jeu des fausses pistes, l’auteur de Buffalo Runner est passé maître dans l’art de mener le lecteur par le bout du nez. C’est d’ailleurs ce qui fait tout l’intérêt de l’album qui aurait très bien pu s’enliser dans de l’affrontement convulsif et du gore permanent, avec déballage de cervelles, boyaux ou autres viscères. Non, le suspense est maintenu pratiquement jusqu’à la dernière planche et l’équilibre giclées d’hémoglobine - phases explicatives est relativement bien maîtrisé.

Mathieu Contis, au dessin, signe son premier album. Décors détaillés, palette de couleurs dans un registre vert et sombre pour des ambiances moites et glauques sont les principales qualités de son travail. En revanche, les visages des personnages sont parfois inégaux, les perspectives ne sont pas toujours respectées et quelques choix graphiques sont discutables dont les jets de sang, élément ô combien essentiel de ce style de récit, un peu trop géométriques.

Il en faudrait cependant plus pour obscurcir davantage Black Sands, une lecture typiquement « pop corn », avec du Septième Art façon série B qui jaillit de chaque page. Divertissement assuré.

Par L. Gianati
Moyenne des chroniqueurs
5.7

Informations sur l'album

Black Sands - Unité 731

  • Currently 3.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.0/5 (9 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    thieuthieu79 Le 18/06/2016 à 19:05:46

    Une histoire très prenante, un scénario correct mais qui se limite a un combat très classique américains / japonnais / zombie sur font de guerre et d'expériences. Les dessins et l'ambiance générale retranscrives très bien l'atmosphère tendue et difficile de la guerre. néanmoins, un point très négatif: la ressemblance entre les différents personnages et entre américains et japonnais; si bien qu'il faut parfois plusieurs relectures avant de bien comprendre qui est qui...
    L' ensemble reste malgré tout correct et divertissant.

    judoc Le 24/04/2016 à 13:40:14

    Des "Scientifiques" jouent avec un virus pour la "grandeur" de la science et du Japon afin de créer l'arme absolu. Les Américains, bien décidés à ne pas les laisser faire, lancent l'offensive et c'est vite le bordel sur ce paisible îlot de l'Océan Pacifique.

    Tirée de la terrible histoire de l'unité 731 qui a apparement réellement existé, cette BD qui se déroule pendant la seconde guerre mondiale, bifurque rapidement sur une chasse aux zombies sans tomber toutefois dans les excès d'hémoglobines propre à ce genre de récit.

    Un scénario bien mené et des dessins corrects (même s'il m'a été parfois difficile de différencier les personnages Japonais des Américains) donnent au final un album intéressant.

    pcl29 Le 15/04/2016 à 21:22:56

    le coté glauque, le scenario bien mené, tout contribue à se plonger dans cette BD et à n'en sortir qu'à la dernière passe... un vrai plaisir, enfin pour moi.

    kurdy1207 Le 11/04/2016 à 13:32:17

    Sur une île du pacifique, la fameuse et immonde unité 731 japonaise de recherche bactériologique sévit. Cette histoire part de faits historiques, mais fait plutôt penser à un « Walking dead » pendant la Deuxième Guerre mondiale. Cela dit, ça se lit bien… mais rien d’indispensable.

    kingtoof Le 25/03/2016 à 07:27:13

    L'unité 731 de l'armée impériale japonaise organise des expérimentations sur une petite île du Pacifique : l'objectif ultime créer une armée de surhommes.
    L'armée américaine organise un commando pour détruire cette installation mais en même temps récupérer les travaux menés par les savants-fous japonais.
    Tortionnaires japonnais, camp d'internements, expérimentations inhumaines, virus qui transforment les hommes en zombies... voila ce que recèlent ces sables noirs...