Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les poilus 1. Frisent le burn-out

29/02/2016 3014 visiteurs 5.0/10 (2 notes)

L a guerre des tranchées et ses poilus. Bouzard, inspiré en cette période de commémoration, revisite avec le ton qui est le sien les mythes et réalités qui entourent ces héros d’hier, aujourd’hui plutôt perçus comme des victimes. Engoncés dans leurs capotes bleu horizon, ils errent sur un fond couleur boue immuable avec, face à eux, les casques à pointe servant de couvre-chef aux Allemands, plus communément nommés les alboches, les fritz, les teutons…

"On les aura !"

Certes, mais pendant ce temps-là, au fond des tranchées, la vie n’est guère rieuse, moins qu’à l’arrière, en tout état de cause, où les hauts gradés sont un brin facétieux, voire capricieux ; il faut bien tuer l’ennui. Bouzard s’empare de quelques anecdotes connues, la Trêve de Noël par exemple, et de lieux communs entendus, flatulences et feuillées en bonne place, pour les mettre à sa sauce sous forme d’histoires courtes, prépubliées dans le mensuel Fluide Glacial. Sans doute le bon format pour les lire, car, en fin de compte, si ce n’est le contexte, ces récits n’ont pas de véritable lien entre eux pour leur conférer une consistance un peu plus enthousiasmante sous forme d’album.

Là où Bouzard parvient usuellement à créer un rapport fort, voire à un installer une complicité, entre son lecteur et un personnage clé central - bien souvent lui-même où tout du moins quelque chose s’en rapprochant (Plageman, The autobiography of me too, La bibite à bon Dieu) -, il est moins à l’aise pour mettre en place pareille relation dans ce contexte plus diffus où - puissent-ils m’excuser un jour - les protagonistes sont pour ainsi dire interchangeables. Les bons passages, souvent assez drôles et bien amenés, restent en rangs trop clairsemés dans un ensemble somme toute fort convenu. Comme si l’auteur s’était embourbé dans un humour de caserne de bon aloi, sans savoir quel esprit insuffler à sa bande dessinée, quel parti pris adopter pour aborder son sujet, et n’avait finalement pas osé violer l’Histoire.

Par F. Mayaud
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Les poilus
1. Frisent le burn-out

  • Currently 3.59/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.6/5 (22 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    lodeb Le 11/05/2016 à 22:43:27

    Il y a bien longtemps que je ne m'étais plus tapé de tels fou rires, faire un album "poilant" sur des faits tels que ceux-ci, il faut savoir le faire et c'est fait !!!