Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les mondes de Brik & Brok 1. Le cœur du danger

25/01/2016 1992 visiteurs 5.0/10 (1 note)

E t si les robots n’avaient pas été les seuls habitants de la Terre ?

Dans Au cœur du danger, la nouvelle production de Didier Ray et Rémi Bostal, aux éditions Cerises & Coquelicots, le silicium a définitivement supplanté le carbone et dans Babel, les androïdes ont remplacé les humains à tel point que personne ne se souvient de ces derniers.

En imaginant une "Robotanité" persuadée que « le robot créa le robot », Les mondes de Brik & Brok reprend les imperfections et déviances humaines, et les transposent aux machines. Ce procédé permet à cet album jeunesse de servir de parabole pour ces chères têtes blondes et de les aider, par métaphores interposées, à réfléchir à notre société à travers celle, imaginée, de New-Capek. Malheureusement, ce premier volet du diptyque semble se chercher tant dans le scénario que le dessin. Si l’exercice s’avère, finalement, simpliste pour un lectorat d’adultes, il devrait cependant fonctionner pour un public plus jeune. Dommage toutefois que, socialement, ces robots reprennent, avec un mimétisme coupable, tous les défauts de l'Humanité.

Pour conclure, si Les mondes de Brik & Brok devenait une réalité, cela démontrerait que les lois d’Asimov sont fausses ! Ce qui, là aussi, remettrait en cause beaucoup de choses…

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Les mondes de Brik & Brok
1. Le cœur du danger

  • Currently 4.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    PatriceAix Le 28/01/2016 à 20:37:37

    1.un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, en restant passif, permettre qu'un être humain soit exposé au danger ;
    2.un robot doit obéir aux ordres qui lui sont donnés par un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la première loi ;
    3.un robot doit protéger son existence tant que cette protection n'entre pas en conflit avec la première ou la deuxième loi.

    il ne faut pas confondre loi et théorie...La loi la plus efficace qui soit n'a de valeur que si elle est appliquée, et une théorie si elle est avérée. Un des aspects intéressants de la nature humaine est sa capacité à raisonner dans l'abstrait, et imaginer par exemple des situations qui n'auront jamais rien à voir avec la réalité. Donc dans cette hypothèse "ludique" d'un monde dépourvu d'humains pensé par Didier Ray et Rémi Bostal, les lois de la robotique de notre ami Asimov, sans être fausses, ne serviraient simplement à rien.
    Que des robots découvrant dans les restes d'un très vieil androïde des tissus organiques qui ne ressemblent à rien de connu, en viennent à remettre en question tous les "dogmes" liés à leurs origines, reste un clin d'œil fort sympathique à des fonctionnements somme toute bien humains...

    Dans 2001 l'odyssée de l'espace l'ordinateur HAL 9000 transgresse la première de ces lois. Il semble qu'Isaac Asimov ait quitté la salle de cinéma bruyamment lorsqu'il a vu la scène... et je trouve cela très drôle...

    Merci S. Salin pour votre intérêt, et cet article.