Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L à-haut sur la colline, assis dans l’herbe, un homme communie avec la nature, son ami le lapin et son ami Bambi.

Partant de rien, Fabcaro narre une fiction autour du pacte républicain rompu : un homme passe en caisse pour payer ses courses sans sa carte de fidélité sur lui : sacrilège ! Pris la main dans le sac, il s’enfuit un poireau à la main. « Hasta la revolucion siempre. »

Partant d’un fait divers plus grotesque qu’absurde, Fabcaro met les deux pieds dans les mécanismes de l’emballement médiatique et, de fait, national, qui peuvent résulter de pareil outrage au vivre-ensemble. Et tout le monde d’en prendre pour son grade.

Son récit tire sa force de ce qu’il a d’imprévisible et de prévisible. Imprévisible, parce que l’auteur opère de violentes cassures d’une case à l’autre, passant sans crier gare de l’étalage de la bêtise dans ce qu’elle a de plus commun et de plus affligeant à de stupéfiantes pirouettes (ou roulades arrière) vers des territoires que toute tête bien faite ne saurait concevoir. Le tout sans avoir l’air d’y toucher, avec un dessin globalement assez figé, c’est-à-dire ne préparant nullement l’esprit à ces incongruités. Prévisible, parce qu’autour de ce sujet, il n’en loupe pas une, tant et si bien que c’en est sidérant, accablant. CUMP (pour cellule d’urgence médico-psychologique), journalistes qui n’ont rien à dire, micro-trottoir qui font dire ce qu’ils veulent faire entendre, experts en tout genre qui prennent la pose qui s’impose, Assemblée nationale le petit doigt sur la couture… rien n’est épargné, pas même les parents perdus, ne sachant pas trouver les bons mots, et leurs ados idéalistes (car, c’est bien connu, la génération Z n’est pas celle, désenchantée, que l’on veut bien nous décrire) sachant, eux, trouver les bons mots et joindre le geste à la parole. Et Fabcaro de taper à nos portes et de présenter quelques belles séquences de pornographie contemporaine : soudainement, le laser de sa ligne de mire vient gentiment se poser sur soi, car, si je ne suis pas le facho de l’autre, je suis son bobo, et réciproquement, bien évidemment.

Au-delà, ce qui est bon, le tour de force de l’auteur, c’est que son bouquin fait en soi partie intégrante des processus qui se mettent en branle à la moindre surchauffe des salles de rédaction, à savoir une dénonciation bon ton de toute cette surenchère. Cette autodérision est sans nul doute une des qualités du livre, et non des moindres. Ainsi, au passage, il s’offre quelques menus plaisirs sur le microcosme de la bande dessinée, attention qui ne manquera pas de toucher - dans tous les sens du terme - les vrais amateurs !

Et de conclure, tel un grand philosophe : « Vous savez quoi ? Je crois qu’on se complique trop la vie… Tout ça est une grande farce tragique… En fait rien n’est sérieux… ».

Par F. Mayaud
Moyenne des chroniqueurs
8.1

Informations sur l'album

Zaï zaï zaï zaï

  • Currently 4.59/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.6/5 (105 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    pysa Le 13/04/2019 à 10:49:36

    Difficile voire impossible de résumer cette bande-dessinée et ce road movie totalement absurde mais au combien drôle. Les dessins sont simples, à peine esquissés. Surtout ne pas oublier sa carte du magasin !

    Laurent57 Le 05/10/2018 à 21:48:16

    Zai Zai Zai, du titre à la dernière page, c'est excellent.
    Les dessins sont très simples, et c'est dans l'anonymat des personnages qu'on reconnait nos voisins, amis et proches.
    C'est drôle, c'est drôle, c'est drôle.
    Fabcaro dénonce ce qu'il y a de plus vomissant en chacun de nous.
    Bravo. A garder proche du canapé pour régaler nos invités.

    Yovo Le 01/04/2018 à 11:48:32

    Fabrice, modeste auteur de BD, oublie un jour sa carte de fidélité au Super U. Considéré pour cela comme un criminel, il entame alors une cavale burlesque avec toute la force publique à ses trousses…

    Comique de situation, running gags, punchlines féroces… Fabcaro fait un usage convaincant de la dérision et démontre par l’absurde les ravages de la pensée unique, de nos discours plaqués et jugements à l’emporte-pièce, avec cette idée simplissime mais géniale de la carte de fidélité, symbole de la société de consommation.
    Habituellement je ne suis pas client de l’humour en BD, et là où d’autres ne m’ont jamais fait rire, Fabcaro y parvient grâce aussi à son superbe graphisme, incisif et réaliste, qui du coup est complètement décalé par rapport au contenu. Car ce n’est pas que drôle… C’est beau et plus intelligent qu’il n’y parait. Son Fabrice évoque le "Plume" d’Henri Michaux. A travers cet avatar, c’est la condition précaire de l’ensemble des auteurs de BD qu’il dénonce avec force. Marrant, malin, pas prétentieux, ce petit bouquin est une pépite !

    Random- Le 05/03/2018 à 12:53:26

    Je crois que Zaï Zaï Zaï Zaï est l’album le plus drôle que j’ai jamais lu. Rire aux éclats sur une BD, c’est plutôt rare... et pourtant, ici, chaque planche est un véritable délice, avec une approche différente du sujet, le tout formant un un ensemble savoureux. Ca se lit très vite... un peu trop peut-être... mais qu’importe!

    judoc Le 22/02/2017 à 21:10:36

    Un "nouvel" ovni dans le monde de la bulle, un auteur qui a les neurones qui s'touchent et c'est un vrai régal.

    J'ai bien failli me faire dessus tellement je me suis marré, chaque page (ou presque) déclenche un sourire puis un éclat de rire. Cet album est une compilation hystérique de situations et de répliques improbables, pas la peine de chercher un fond de sens au scénario, il n'est qu'un prétexte à un déballage d’âneries pittoresques en tout genre.

    Merci Môôôssieur Fabcaro, je vous découvre à travers cet album et ne compte pas laisser vos "œuvres dessinées" dans les étals de nos libraires. Prenez le temps de vous reposez et de vous ressourcez, vous êtes aux grands couillons immatures ce que l'olympe est aux monts de la péninsule grecque... Ne changez surtout rien, continuez vos efforts et sortez d'autres albums de ce type !

    J'avais mis 4 à cet album, mais il mérite ses 5 étoiles !

    Rody Sansei Le 11/11/2016 à 15:06:40

    Lecture sympa, quelques sourires ici et là, mais cette aventure sans queue ni tête (où tout n'est que prétexte à se moquer des dérives politiques sécuritaires) en fait quand même trop. J'en ai même zappé quelques cases sur la fin.

    Wonderphil Le 01/11/2016 à 06:12:21

    Je suis devenu fan intégral de Fabcaro grâce à cet album. Du Monty Python poussé à l'extrême, et c'est pas un petit compliment dans ma bouche !

    misspanchoe Le 19/10/2016 à 15:46:30

    Il faut absolument faire un détour par Zaï *4 : complètement décalé, de l'humour absurde absolument parfait, et le livre en lui-même est très beau ! Ça se lit (trop) vite, et quand c'est fini, on en voudrait encore !

    maxlavigne Le 28/02/2016 à 22:47:36

    c'est un humour particulier , absurde mais drôle!! de très bonnes pages qui m'ont fait rire à haute voix! Super format à offrir à des copains partageant cet humour!

    meuillot Le 22/02/2016 à 12:59:03

    Une BD aussi atypique que saisissante si on se laisse porter par l’humour qu'elle dégage. Des situations invraisemblables apportant son lot de conséquences aberrantes. Mais c'est ici que s'exprime la force du récit. Fabcaro se moque, fait de l'auto-dérision, et rend ses personnages aux traits figés totalement expressifs. Car la force est dans l’intérieur des bulles : ce sont les mots qui rendent vivants les protagonistes.
    Mention spéciale à cette double page où interviennent un journaliste et un envoyé spécial. Très bon.
    Zaï Zaï Zaï Zaï se lit vite et bien. Un bon moment où l'absurdité est à la limite de la réalité.

    Hugui Le 07/01/2016 à 23:00:50

    L'absurdité de l'histoire et son anachronisme finissent par faire rire, les situations sont bien croquées et renvoient en miroir aux incongruauité de la vie.
    Vite lu mais amusant.

    Kessy. Alternativ Le 09/12/2015 à 17:20:47

    Un chef d’oeuvre absurde et délirant tout en restant très sage dans la mise en page et dans les personnages..... En effet Fabcaro trouve le moyen de provoquer le rire grâce à l’inexpressivité des personnages (par ailleurs très proches de par leur façon d’agir et de leur visages du blog de B. Vivès)... et enfin de compte de leur inhumanité! Car les personnages ressemblent le plus souvent à des figurines sans vie ,ce qui est paradoxal pour une critique de la société ! Mais grâce à l’ambiance générale loufoque de l’album le mélange marche! Le tout enveloppé d’une dynamique très underground comme Fabcaro en a l’habitude, et cela donne ce pitit chef d’oeuvre qu’est Zaï Zaï Zaï Zaï. Donc ne vous privez pas, foncez sur cette excellente BD, car malgré tout (critique de la société et blablabl$#@*), ça reste une BD d’humour, et assez accessible..

    Bourbix Le 01/09/2015 à 10:35:12

    Une mise en scène aussi statique que dynamique (qui a dit paradoxal ?) , au service d'une histoire aussi absurde que la prise d'otage avec un bocal de cornichons de Daniel Prévost. Les personnages ne sont que caricatures en tout genre et l'absurdité des propos et des scènes est aussi juste qu'hilarante. Un véritable indispensable dans votre BD-thèque.