Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Pornhollywood 1. Engrenages

11/01/2016 4060 visiteurs 5.0/10 (1 note)

À Hollywood, les arrière-cours des Majors ne sont pas forcément des plus reluisantes et les étoiles de la cité des Anges cachent toujours une part d’ombre que certains sont prompts à exploiter.

Avec Pornhollywood, Noël Simsolo initie le lecteur au Los Angeles des années trente, celui de la naissance du cinéma parlant, celui qui peine à sortir de la crise qui vient d’ébranler le pays. Malgré le Hays Office qui codifie le contenu des films afin qu’aucun ne puisse abaisser les principes moraux de ses spectateurs ou susciter la sympathie du public pour le crime, le méfait, le mal ou le péché…, la rigueur économique oblige les studios cinématographiques à miser sur le sexe (Baby face – 1933) et les films de gangsters (Scarface – 1932) pour renflouer leurs caisses. Nécessité fait loi et il faut bien faire vivre tout le petit monde qui gravite autour des comètes d’un jour. Sortant de la prohibition, la Mafia cherche aussi un second souffle et le miroir aux alouettes hollywoodien est un business juteux pour qui connaît l’usage de l’intimidation et de la compromission. Loin des stars comme Marlène Dietrich ou Clark Gables, et à travers le destin de Jim Jewsky - réalisateur prometteur réduit à tourner des films pornographiques pour un parrain local - Noël Simsolo propose une autre vision du rêve hollywoodien, allant en cela beaucoup plus loin que n’a pu le faire Jérôme Félix dans Une vie à écrire . Entre un homme de main psychotique, un flic véreux, un caïd mégalomane, une héritière nymphomane et un cinéaste désabusé, sans parler d’une kyrielle de seconds rôles, Noël Simsolo dresse un portrait sans concession ni fausse pudeur des mœurs de la Côte Ouest de l’Entre-deux-guerres tout en amorçant une réflexion sur la fin du Muet et l’ambiguïté des relations qu’entretenaient l’industrie cinématographique et la pègre.

Sur un registre aussi sombre, Dominique Hé déploie une ligne claire qui colle à l’époque, mais qui pâtit d’une mise en couleurs sans relief ni nuance ; et malgré ses efforts, il ne parvient pas à faire oublier la surenchère dans le scabreux et le violent d'un récit qui tarde à annoncer la direction à prendre. Reste à savoir ce qu’il en sera lors du clap de fin prévu pour mars 2016 !

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Pornhollywood
1. Engrenages

  • Currently 2.67/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.7/5 (12 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    yannzeman Le 28/03/2016 à 23:53:55

    L'exemple même de la mauvaise BD racoleuse et sans âme.

    La vulgarité inonde cet album, les personnages sont tous affreux, sales et méchants/cons.

    Ce polar n'a pas beaucoup d'ambition, et on ne s'attache à aucun personnage ; quand ils meurent, on passe aux suivants, et on arrive à la fin de cet album en se posant la question de savoir comment un éditeur digne de ce nom a pu accepter un tel projet...

    Economisez votre argent, passez votre chemin.