Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Jhen 15. Les portes de fer

07/12/2015 6186 visiteurs 7.0/10 (1 note)

Les Portes de fer est le 15ème épisode de Jhen, personnage créé par Jacques Martin (scénario) et Jean Pleyers (dessin), qui est apparu en 1978 dans Le Journal de Tintin. C’est le deuxième récit écrit par le tandem Jean-Luc Cornette et Jerry Frissen, auxquels s’adjoint un nouvel illustrateur,Paul Teng.

Les aventures du jeune architecte ont commencé à Rouen en 1431, alors qu’un bûcher était destiné à une certaine Jeanne d’Arc. Cette fois, en 1442, il évolue en Transylvanie, territoire instable que se disputent Hongrois et Ottomans. Après avoir fréquenté les Carpates dans le tome précédent (Draculea), Jhen attend son ami Venceslas dans la ville fortifiée de Sibiu. Cependant, les janissaires ottomans, défaits par l’armée hongroise, ne peuvent pas se présenter devant le Sandjakbey sans victoires à raconter, sans territoires asservis, sans butin.

Profitant de la lâcheté du seigneur de Sibiu, qui se cloître derrière ses murailles, les orientaux pillent villages et hameaux sans défense, tuent, violent et emportent le trésor chrétien local, la Sainte-Croix, crucifix d’une beauté et d’une richesse inégalées. Mais Venceslas fait partie des prisonniers qui accompagnent le trésor sur l’autre rive du Danube. Il n’en faut pas davantage pour que Jhen sorte de sa retraite et vole au secours de son ami, entre deux armées, dans une guerre qui n’est pas la sienne.

La question de l’opportunité d’une reprise d’une série classique est à nouveau posée. Quels choix opérer ? Où placer le curseur, entre modernité et fidélité à l’œuvre originale ? Cet album, comme le précédent, affirme sa volonté : ce sera la modernité. Jhen a vieilli et muri (moins tout de même que son "cousin" Alix dans le spin-off qui lui est consacré). Paul Teng dessine avec son propre style, proche cependant de celui de Rosinski. L’esthétique de Thorgal n’est jamais très loin (traitement de l’arrière-plan, du décor, dynamique des personnages).

Au-delà de cette question de la continuité ou de la rupture, cet épisode est fort réussi. Le scénario est serré, sans temps mort, les personnages sont cernés, les interactions s’assemblent avec fluidité et tous les nœuds sont dénoués à la dernière planche. Celle-ci laisse Jhen heureux d’avoir retrouvé son ami mais désabusé quant à la nature humaine, faite de soif de pouvoir ou de dévotion aveugle. A nouveau, la bande dessinée livre un récit où s’associent, avec équilibre et pertinence, un contexte historique maîtrisé, le cheminement d’un personnage récurrent et des valeurs intemporelles. Un très bon moment de lecture.

Par F.Houriez
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Jhen
15. Les portes de fer

  • Currently 4.19/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.2/5 (26 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    LeGaumais Le 06/02/2023 à 12:20:48

    Le dessins de Paul Teng sort vraiment du lot. Il a su considérablement moderniser cette série et lui proposer un bel avenir.

    L'histoire en elle-même est très bien construite. La Transylvanie est quasi absente de la BD hors univers de Dracula.

    Comme souvent, cet album de Jhen se base sur des faits réels ce qui rends l'histoire crédible mais aussi intéressante d'un point de vue historique.

    kurdy1207 Le 11/12/2017 à 13:28:29

    Je n’ai jamais vraiment accroché au dessin de Jean Pleyers aussi, Jhen n’était pas une série faite pour moi.

    Mais avec Paul Teng c’est autre chose. Son dessin a su moderniser le personnage et il a surtout apporté du mouvement ce qui manquait cruellement. Le scénario de Jerry Frissen ne gâte rien.

    Du coup nous nous retrouvons avec un très bon album mêlant le courage, l’amitié, l’aventure ainsi que les plus bas instincts. Hongrois et Ottomans s’affrontent pour une croix et beaucoup périront pour se l’approprier ou la récupérer.

    J’ai adoré ! Il manque un je ne sais quoi pour en faire un excellent album. Mais maintenant c’est certain, si les auteurs restent les mêmes, Jhen va devenir une de mes séries préférées.

    Mercutio_Untold Le 13/01/2016 à 20:58:47

    Transylvanie, 1442. Les Janissaires de Corbaci Tursun Oktchanv mettent à sac les environs de la ville fortifiée de Sibiu. Ils s'emparent de l'imposant crucifix du monastère de Sainte Croix qu'ils comptent emporter comme trophée. Jhen se joint aux troupes hongroises du seigneur local pour délivrer son ami Venceslas, prisonnier des ottomans. Une belle histoire d'amitié et de bravoure. De superbes dessins de Paul Teng dans les paysages enneigés de Transylvanie du XV. Une réussite.

    monsieur burp Le 09/12/2015 à 16:13:27

    Belle redécouverte que voilà.
    Un dessin plus "dur" au trait plus encré nous donnant un personnage plus nerveux et vieillissant. Une certaine petite distance au style de Jacques martin.
    Mais aussi un bon scénario nous emportant facilement vers la page suivante. Pas de temps mort et notre personnage sera activement confronté à cet univers tragique.
    Ça faisait longtemps que je n'avais pas lu une aussi bonne histoire de notre héros.
    Du bonheur.